Selon M. Grassley : Joe Biden « a des explications à donner » sur l’enquête de Hunter Biden

Par Zachary Stieber
18 décembre 2020
Mis à jour: 18 décembre 2020

Le candidat démocrate à la présidence Joe Biden a « beaucoup d’explications à donner » sur les relations d’affaires de son fils et de son frère, qui étaient potentiellement de nature criminelle, a dit le sénateur Chuck Grassley (R-Iowa) lundi, quelques heures avant que Joe Biden n’esquive pour la deuxième fois ce mois-ci une question sur l’enquête fédérale sur les affaires de son fils.

M. Grassley a dit que le rapport que lui et le président du Sénat pour les affaires gouvernementales, Ron Johnson (R-Wis.), ont récemment publié, montrait que Hunter Biden, ses associés et les membres de sa famille étaient liés à des ressortissants chinois et à des entreprises chinoises liées au Parti communiste chinois.

« Les dossiers montrent qu’une société liée au régime communiste a envoyé des millions de dollars au cabinet d’avocats Hunter Biden. D’autres documents montrent que Hunter Biden a ouvert une ligne de crédit avec un ressortissant chinois lié au régime communiste et l’a financée avec environ 100 000 dollars. Et puis lui, James Biden et Sarah Biden ont fait des dépenses extravagantes à l’échelle mondiale », a dit M. Grassley.

James est le frère de Joe Biden. Sarah est l’épouse de James.

M. Grassley, qui a souligné d’autres liens qui le préoccupent, a ajouté qu’il pense que Hunter et James Biden « servaient essentiellement d’agents au gouvernement communiste pour leur enregistrement en vertu de la loi sur l’enregistrement des agents étrangers », avant de noter qu’un courriel récemment découvert montre que Joe Biden était l’un des nombreux « collègues de bureau » avec certains ressortissants chinois.

« Sur la base de tous les faits connus à ce jour, Joe Biden a beaucoup d’explications à fournir », a-t-il dit.

Le président du Comité des finances du Sénat Chuck Grassley (R-Iowa) s’exprime lors d’une audition au Capitole à Washington, le 17 juin 2020. (Andrew Harnik/Pool/Getty Images)

Quelques heures plus tard, M. Biden a prononcé un discours dans lequel il a déclaré sa victoire aux élections de 2020 et a nié qu’il y ait eu fraude électorale.

À la fin de son discours, un journaliste a crié : « Quand avez-vous appris que votre fils faisait l’objet d’une enquête ? »

Joe Biden, qui serrait sa femme dans ses bras, s’est retourné et a dit : « Merci pour les félicitations. Je vous en suis reconnaissant. »

Ces derniers jours, Joe Biden et sa femme Jill ont évité ou détourné les questions sur Hunter Biden.

Lorsqu’on lui a demandé si son fils avait commis un crime, Joe Biden a répondu aux journalistes la semaine dernière : « Je suis fier de mon fils. »

Lorsque Jill Biden a été interrogée à ce sujet, l’équipe de la campagne s’est mise devant les caméras et a chassé les journalistes.

L’équipe de Joe Biden n’a pas répondu aux demandes répétées de commentaires.

Hunter Biden a annoncé le 9 décembre qu’il avait appris la veille qu’il faisait l’objet d’une enquête du bureau du procureur américain dans le Delaware. Il a dit que les procureurs enquêtaient sur ses « affaires fiscales ».

« Je prends cette affaire très au sérieux, mais je suis convaincu qu’un examen professionnel et objectif de ces questions démontrera que j’ai géré mes affaires de manière légale et appropriée, y compris en faisant appel à des conseillers fiscaux professionnels », a-t-il déclaré. L’enquête comprendrait l’examen de ses transactions avec la Chine.

L’équipe de Joe Biden a publié une déclaration affirmant que l’ancien vice-président « est profondément fier de son fils, qui a relevé des défis difficiles, y compris les attaques personnelles vicieuses de ces derniers mois, pour en ressortir plus fort. »

Un conseiller de Joe Biden a déclaré dimanche que le Parti démocrate n’interviendrait pas dans l’enquête.

L’ancien vice-président Joe Biden aux côtés de sa femme Jill Biden après avoir parlé du processus de certification des votes du Collège électoral au Queen Theater, à Wilmington, Delaware, le 14 décembre 2020. (Drew Angerer/Getty Images)

Les relations commerciales de Hunter Biden avec l’étranger ont longtemps fait l’objet d’un examen minutieux, à la fois parce que certains de ses partenaires commerciaux ont eu des ennuis judiciaires et parce qu’il a entrepris ces relations alors que son père était le premier en ligne à la présidence.

Hunter Biden était membre du conseil d’administration de la société énergétique ukrainienne Burisma Holdings et faisait également affaire avec des fonctionnaires et des sociétés chinoises, principalement par le biais d’un fonds d’investissement appelé Bohai Harvest qu’il détenait en copropriété.

Hunter Biden et son père ont tous deux insisté à plusieurs reprises sur le fait qu’il n’avait rien fait de mal, même si l’apparence d’un conflit d’intérêts était apparente. « Je pense que c’était un mauvais jugement de ma part », avait dit le jeune Biden l’année dernière, en changeant sa réponse lorsqu’on lui a demandé s’il avait déjà discuté de ses relations avec son père.

Tony Bobulinski, un des anciens partenaires commerciaux de Hunter Biden, a dit en octobre qu’il avait discuté avec Joe Biden d’un accord avec un conglomérat énergétique chinois.

M. Johnson et M. Grassley ont enquêté sur les affaires de la famille Biden pendant environ un an. Ils ont déclaré la semaine dernière que les avocats de Hunter Biden et de James Biden « avaient refusé de coopérer » avec les comités qu’ils présidaient.

Un avocat qui a représenté Hunter et James Biden n’a pas répondu aux demandes de renseignements.

Élections américaines – Rassemblement pro-Trump à Washington pour demander des élections honnêtes

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Faire un don à Epoch Times

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ