Selon un sénateur de Pennsylvanie, la multiplication des preuves montre que les élections ont été compromises

Par Zachary Stieber
29 novembre 2020
Mis à jour: 29 novembre 2020

Un nombre croissant de preuves montrent que l’élection présidentielle en Pennsylvanie a été compromise, a déclaré samedi un sénateur de l’État.

« Il y a de plus en plus de preuves que l’élection présidentielle en Pennsylvanie a été compromise. Si tel est le cas, en vertu de l’article II, section 1.2 de la Constitution américaine, le corps législatif de l’État a l’autorité exclusive pour diriger la manière de sélectionner les délégués au collège électoral », a déclaré sur Twitter le sénateur de l’État Doug Mastriano, un républicain.

« Ce pouvoir a été donné à la législature de l’État dans le but de garantir la nomination de notre président, d’envisager spécifiquement la corruption et de s’assurer que le peuple ne soit pas privé de ses droits par un processus électoral corrompu », a-t-il ajouté. « Par conséquent, nous introduisons une résolution pour exercer notre obligation et notre autorité de nommer des délégués au collège électoral. »

Mastriano et d’autres législateurs de l’État ont annoncé vendredi qu’ils introduiraient bientôt une résolution pour contester les résultats de l’élection, alléguant que « les irrégularités documentées et celles associées au vote par correspondance, à la pré-campagne et au démarchage, ont sapé notre processus électoral et, en conséquence, nous ne pouvons accepter la certification des résultats de l’élection dans aucun de nos États ».

La résolution demande à la Chambre des représentants de Pennsylvanie de reconnaître les irrégularités présumées et de désapprouver, ce que les législateurs décrivent comme une ingérance dans l’autorité de l’Assemblée générale, qui est attitrée à réglementer les élections.

La secrétaire d’État de Pennsylvanie, Kathy Boockvar, a prolongé la date limite du vote par correspondance sans l’autorisation du législateur. La Cour suprême des États-Unis a ordonné au début du mois aux responsables électoraux de Pennsylvanie de séparer les bulletins de vote arrivés après la date limite prévue jusqu’à la date prolongée, pendant que les juges évaluent si l’action était légale.

Le président américain Donald Trump (à gauche) et le candidat démocrate à la présidence américaine Joe Biden en photo. (Getty Images)

Les législateurs de Pennsylvanie ont également déclaré dans la résolution qu’ils désapprouvent et ne sont pas d’accord avec la certification des résultats des élections, la qualifiant de « prématurée », et qu’ils veulent que Mme Boockvar et le gouverneur Tom Wolf, un démocrate, retirent ou annulent la certification. Et ils ont demandé au Congrès américain « de déclarer que la sélection des électeurs présidentiels dans ce Commonwealth est contestée ».

Les républicains contrôlent la Chambre et le Sénat en Pennsylvanie, mais il n’est pas certain qu’ils aient suffisamment de soutien pour faire passer la résolution. Vingt-six des 203 membres de la Chambre des Représentants ont coparrainé la résolution jusqu’à présent.

M. Mastriano a déclaré que le corps législatif tente de revendiquer son pouvoir de nommer les électeurs de l’État au collège électoral, un mécanisme inhabituel qui a rarement été déclenché dans l’histoire des États-Unis. « Nous avons un combat sur les bras et nous allons nous battre. Nous allons porter ce combat jusqu’à la Cour suprême s’il le faut », a-t-il déclaré.

Trump a écrit sur Twitter tôt samedi qu’il a « gagné la Pennsylvanie haut la main, peut-être plus que quiconque ne le saura jamais », qualifiant l’élection de « TRUQUÉE ». Les résultats actuels montrent que le candidat démocrate à la présidence Biden a gagné. La campagne de Biden a rejeté les allégations de fraude électorale.

Dans une autre affaire, un juge a déclaré vendredi que les républicains qui ont intenté un procès contre une loi sur le vote par correspondance adoptée l’année dernière auront probablement gain de cause.

« Les pétitionnaires semblent avoir établi une probabilité de succès sur le fond parce que les pétitionnaires ont affirmé que la Constitution ne prévoit pas de mécanisme permettant au corps législatif d’étendre le vote par correspondance sans amendement constitutionnel », a écrit la juge du Commonwealth Patricia McCullough, qui a bloqué la certification des résultats des élections en Pennsylvanie, dans sa décision.

NOUVEL HORIZON – Élections américaines : Giuliani évoque une conspiration nationale

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ