Google : l’affichage sélectif des rappels de vote pourrait avoir fait basculer des « millions de votes »

Par Tom Ozimek
7 novembre 2020
Mis à jour: 10 novembre 2020

Trois sénateurs républicains ont demandé à la direction de Google de répondre aux allégations selon lesquelles le géant de la technologie aurait manipulé les messages de rappel de vote préélectoral sur sa plateforme de recherche au profit des progressistes, ce qui aurait potentiellement fait basculer des « millions de votes ».

Une lettre signée par les sénateurs Ron Johnson (Wisconsin), Ted Cruz (Texas) et Mike Lee (Utah) et adressée au PDG de Google, Sundar Pichai (voir pdf), affirme qu’un projet universitaire de surveillance des élections a révélé que, pendant plusieurs jours avant le jour du scrutin, Google a affiché des messages de rappel à voter uniquement aux progressistes et non aux conservateurs.

Les sénateurs ont écrit que le 4 novembre, ils ont été informés par le Dr Robert Epstein, un psychologue de recherche senior à l’American Institute for Behavioral Research and Technology, des résultats troublants de son étude de terrain liée aux élections.

« L’une de nos conclusions les plus troublantes à ce jour est qu’entre le lundi 26 octobre (le jour où notre système est devenu pleinement opérationnel) et le jeudi 29 octobre, seuls nos agents démocrates sur le terrain ont reçu des rappels concernant le vote, sur la page d’accueil de Google. Les conservateurs n’ont même pas reçu un seul rappel de vote », a déclaré M. Epstein, selon les sénateurs.

« Ce type de ciblage, s’il est présent à l’échelle nationale, pourrait entraîner des changements sur des millions de votes, en partie parce que la page d’accueil de Google est vue 500 millions de fois par jour aux États-Unis », leur a dit M. Epstein, ajoutant que Google avait mis fin à « cette manipulation, quatre jours avant le jour du scrutin ».

Les sénateurs ont affirmé que ces conclusions allaient à l’encontre du récent témoignage de M. Pichai devant la commission parlementaire du pouvoir judiciaire, dans lequel il a déclaré que Google ne faisait aucun travail « pour faire pencher politiquement quoi que ce soit dans un sens ou dans l’autre. C’est contraire à nos valeurs fondamentales ». Ils ont ajouté que, dans une lettre de suivi adressée à MM. Johnson et Lee, le cadre supérieur a écrit que « Google ne modifie aucun produit, y compris le moteur de recherche, pour promouvoir un point de vue politique particulier […] [nous] ne le ferons pas pour la prochaine élection présidentielle de 2020. »

Les sénateurs républicains ont conclu, sur la base des remarques de M. Epstein, que les affirmations de M. Pichai selon lesquelles Google ne fait aucun travail pour « faire pencher politiquement quoi que ce soit dans un sens ou dans l’autre » sont fausses, et l’ont appelé à répondre.

« Nous vous écrivons pour vous donner une autre occasion de procéder à un examen approfondi avec votre équipe de direction, afin de déterminer la véracité de vos réponses précédentes à l’enquête du Congrès concernant cette question, et de corriger vos réponses, si nécessaire », ont-ils écrit, en demandant une réponse avant le 12 novembre.

Un porte-parole de Google n’a pas répondu immédiatement à une demande de commentaires d’Epoch Times.

M. Epstein, dans une interview accordée l’année dernière à la chaîne American Thought Leaders (maîtres penseurs américains), a discuté de certaines des méthodes que les géants technologiques comme Google et Facebook peuvent utiliser pour modifier les attitudes, les croyances et potentiellement les votes des utilisateurs. Dans cette interview, M. Epstein a parlé d’une étude qu’il a faite sur l’impact d’un rappel d’aller voter que Google a affiché, lors des élections de mi-mandat de 2018. Il a conclu qu’en raison de la démographie des utilisateurs de Google, l’affichage de ce message à tous les utilisateurs, quelle que soit leur affiliation politique, aurait conduit à 800 000 votes supplémentaires pour les démocrates.

Cependant, si Google avait affiché le message de rappel de manière sélective « aux personnes qui sont démocrates ou qui penchent à gauche, alors l’impact, l’impact différentiel aurait été plus important », a-t-il noté.

« Et dans le cas extrême, cela aurait donné jusqu’à 4,6 millions de votes de plus aux démocrates qu’aux républicains », a déclaré M. Epstein.

FOCUS SUR LA CHINE – Une crise immobilière fait scandale en Chine



Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ