Colmar: ses collègues lui offrent 50 jours de congé pour qu’elle puisse aider sa fille atteinte d’un cancer

Par David Vives
25 août 2019 Mis à jour: 26 août 2019

Le 17 mai, Clothilde Wacquant apprend qu’elle a un cancer. L’adolescente, atteinte d’un lymphome de Hodgkin, une rare forme de cancer touchant le système immunitaire, voit son cou gonfler.

Dès le 11 juin, elle commence son traitement à l’hôpital Hautepierre de Strasbourg, qui comprend des séances de chimiothérapie.

Magali, sa mère, travaille comme secrétaire commerciale dans une filiale du groupe Leclerc à Colmar. Comment allait-elle faire pour accompagner Clothilde dans ses nombreux allers-retours à l’hôpital?

Heureusement ses collègues de bureau, Laetitia, Yannick et Gwenaelle décident de l’aider dès qu’ils apprennent la nouvelle. «J’ai tout de suite voulu lui donner des jours et on s’est dit que d’autres employés voudraient le faire aussi» raconte Laetitia Nemeth, acheteuse pour Scapalsace à Dernières Nouvelles d’Alsace.

Heureusement, il existe bien une disposition du Code du travail permettant ce geste. Un article stipule en effet qu’ «un salarié peut […] renoncer anonymement et sans contrepartie à tout ou partie de ses jours de repos non pris, […] au bénéfice d’un autre salarié de l’entreprise qui assume la charge d’un enfant âgé de moins de vingt ans atteint d’une maladie, d’un handicap ou victime d’un accident d’une particulière gravité […].»

Campagne de don de congés payés

C’est alors que commence la tournée des bureaux pour les trois collègues. Ils rendent ensemble visite à près de 400 employés de la société en l’espace d’une demi-journée.

«Certains étaient au courant, pour d’autres ça a été un choc. Dans cette situation, souvent, on ne sait pas quoi faire, alors les gens étaient contents d’avoir cette possibilité» explique Laetitia Nemeth.

«J’ai reçu un mail des ressources humaines disant qu’on m’avait offert 50 jours !» s’est réjouie plus tard Magalie. Elle souhaitait remercier ses généreux collègues, mais elle ne savait vers qui se tourner, les dons étaient anonymes.

«Je remercie mes collègues pour leur élan de générosité» a t-elle témoigné à l’Alsace.

À chaque rendez-vous à l’hôpital, Magalie pose un jour de congé, ce qui lui permet de continuer à être payée : «Ça m’a aidée à ne pas me tracasser sur ces questions-là…» confie-t-elle. Depuis le début de son traitement, l’état de santé de Clothilde s’est amélioré et ses visites à l’hôpital ont été réduites à trois par semaines.

Les collègues du bureau de Magali prennent souvent de ses nouvelles.

RECOMMANDÉ