Comment Shen Yun utilise la musique traditionnelle chinoise avec un orchestre classique

Comment Shen Yun utilise la musique traditionnelle chinoise avec un orchestre classique

n Yun dispose d’un orchestre unique qui mélange harmonieusement les instruments traditionnels chinois et occidentaux. (Avec la permission de Shen Yun Performing Arts)

26 novembre 2019

La musique qui accompagne les taoïstes est mystique et intègre, et la musique bouddhiste est solennelle et miséricordieuse – ce ne sont pas de simples abstractions. Les compositeurs et arrangeurs de Shen Yun Performing Arts sont passés maîtres dans l’art de la peinture sonore et chaque chanson raconte une histoire aussi vivante que les danseurs sur scène.

Chaque représentation est accompagnée d’un ensemble de musiciens, mais les instruments chinois ne représentent en fait qu’une fraction du groupe – ils jouent sur un fond d’instruments symphoniques classiques.

Mélanger la musique classique occidentale et la musique chinoise ancienne est un exploit remarquable. Beaucoup ont essayé, avec des résultats médiocres.

« Vous devez connaître les règles », a expliqué la joueuse de pipa et compositrice Jing Xian. L’équipe de compositeurs et d’arrangeurs de Shen Yun a son propre livret de règles. « C’est un peu une recette secrète. »

Pourquoi Shen Yun utilise un orchestre classique de l’Occident

Shen Yun est la première compagnie de danse classique chinoise au monde et sa mission est de faire revivre les 5 000 ans de la culture traditionnelle chinoise. Il s’agit d’une culture ancienne, d’inspiration divine, qui a failli être décimée au siècle dernier. Par la musique et la danse, ces artistes ont le désir de partager cette culture perdue avec le monde.

La musique classique est un système complexe, avec des règles cohérentes pour la tonalité, l’harmonie et la structure. Le résultat est un langage riche et universel qui pourrait même être considéré comme l’une des plus grandes réalisations de l’humanité.

L’orchestre symphonique Shen Yun se produit devant une salle comble au Centre national des arts Kaohsiung dans la ville de Kaohsiung, dans le sud de Taïwan, le 21 septembre 2019. (Luo Ruixun / The Epoch Times)

L’universalité est telle que la musique classique a un vocabulaire sans fin, et dans les mains d’un expert est capable d’exprimer toute émotion, toute narration, toute idée. Ses limites ne se limitent pas aux mots, de sorte que même les cultures, ou l’esprit d’un peuple, peuvent être transmis par la musique classique.

La musique classique est considérée comme européenne, mais même dans son invention, elle a traversé de nombreuses nations – le compositeur français Rameau est célèbre pour son traité d’harmonie, mais c’est le compositeur allemand Bach qui a composé le manuel de tonalité. Haydn et Mozart de l’école viennoise ont fermement établi la période classique tandis que Beethoven a fait entrer la musique dans l’ère romantique, mais les Russes ont marqué le romantisme de leur empreinte. Et depuis le tout début, jusqu’à nos jours, cet art universel de la musique classique a été utilisé pour donner aux auditeurs une image d’autres cultures. Les compositeurs ont une longue pratique d’emprunt de chansons folkloriques à divers effets. (La Marche turque de Mozart est celle que tout le monde a entendue, ou même Dvorak évoquant l’Amérique dans La symphonie du Nouveau Monde ).

La musique classique est un langage commun, précise Jing Xian. Et cela a été un facteur déterminant lors de la conception de la musique de production.

C’est pourquoi, a expliqué Jing Xian, il était important d’utiliser un langage musical qui soit vraiment universel et qui puisse atteindre toutes les nations.

Le public applaudit les artistes Shen Yun Performing Arts à l’issue du spectacle de la compagnie, le 29 mars 2019, au Centre Four Seasons pour les arts de la scène. (Evan Ning / The Epoch Times)

La deuxième raison pour laquelle les quelques instruments chinois ont été placés dans un orchestre occidental, par ailleurs standard, est la puissance de l’ensemble symphonique.

Avec un orchestre occidental, on peut avoir le gonflement des cordes et l’accent cuivré des cuivres, et tout se confond pour un effet grandiose. C’est un grand ensemble avec un grand son.

« Notre orchestre est basé sur l’orchestre occidental, et les instruments chinois sont comme des couleurs mélangées dans des instruments colorés », a déclaré Jing Xian. « Nous utilisons aussi le style classique, l’harmonie occidentale et les techniques d’orchestration, et nous ne rompons pas avec cette méthode traditionnelle d’arrangement de la musique ».

« Mais il faut connaître les règles pour les mélanger entre eux afin que les sons s’accompagnent bien. Il faut des techniques pour y arriver », a précisé Jing Xian.

Les notes de la musique divine de Shen Yun

Les anciens savants chinois avaient beaucoup à dire sur la philosophie de la musique, assez pour que Jing Xian puisse en parler pendant des jours. Elle est devenue une joueuse professionnelle de pipa à l’âge de 15 ans et a poursuivi des études en composition, en littérature musicale et en ethnomusicologie. La compositrice lauréate a ensuite obtenu une maîtrise et un doctorat en ethnomusicologie à l’Université Oxford.

Plutôt que de parler de la façon dont la musique chinoise a affecté la médecine traditionnelle chinoise ou les différents types d’ensembles utilisés dans les cours impériales, Jing Xian aborde ce qui pourrait être le plus éclairant pour le novice de comprendre : le fait qu’il y a cette conviction que chaque note est vivante.

« Chaque ton, chaque note est vivante », révèle Jing Xian. « Les anciens croyaient que tout a de la vie. Donc même le billet, chaque billet, doit avoir une qualité de vie, donc il est vivant. »

Cette philosophie a guidé la façon dont la musique a été écrite et jouée. Les notes sur la page n’étaient pas « strictes », explique Jing Xian. Elles pouvaient se déplacer, car les organismes vivants sont capables de le faire, ce qui signifie qu’une note peut être écrite comme un seul point noir sur la partition, mais le joueur insuffle à la note jouée le son de sa propre histoire : cette ondulation caractéristique souvent entendue dans la musique chinoise, par exemple. Les espaces entre chaque note étaient également importants parce que la musique avait besoin de respirer.

Le nom Shen Yun se traduit par quelque chose comme « la beauté des êtres divins dansant ». Shen signifie divin et Yun est quelque chose comme le sentiment derrière un mouvement. La musique chinoise a aussi ce « yun », précise Jing Xian.

« C’est comme la couleur », explique- t-elle. « Les notes ont aussi des significations différentes. Il y a un sens derrière tout ça : le contexte culturel et philosophique derrière les notes. »

« De plus, avec la musique de Shen Yun, nous utilisons ces différentes grandes traditions parce qu’elles nous ont été données par le divin, sinon nous ne pourrions pas l’appeler Shen Yun », a relaté Jing Xian. « C’est une tradition, elle a la spiritualité derrière elle pour nous soutenir. C’est pourquoi on nous appelle Shen Yun, parce que nous comptons sur la puissance de Dieu. Nous avons donc cette tradition et nous basons notre art sur la tradition, cette tradition significative derrière ce que nous faisons ».

Une combinaison puissante

Un gong retentit, et vous savez immédiatement que quelqu’un comme l’empereur est sur le point d’apparaître. Le thème l’annonce, et il n’est pas nécessaire de connaître la technique musicale pour savoir qu’elle sonne royal.

Les violons s’inclinent furieusement et même si personne n’a bougé sur scène, vous savez que quelque chose d’important est sur le point d’arriver.

« C’est ce genre de chose », a expliqué Jing Xian. « Vous devez choisir le bon mode pour représenter telle ou telle caractéristique de la musique, ou ce que vous voulez transmettre ».

Le 22 octobre 2017, l’Orchestre symphonique de Shen Yun au Centre de musique de Washington D.C. (Lisa Fan / The Epoch Times)

Une production de Shen Yun comprend une vingtaine de tableaux, principalement des pièces de danse classique chinoise accompagnées par l’orchestre.

Cela signifie que d’une pièce à l’autre, la musique doit exprimer ce à quoi ressemble la cour impériale de la dynastie Tang dans une danse et incarner l’esprit du peuple Miao dans la danse suivante. La production s’étend sur 5 000 ans d’histoire et la Chine abrite une cinquantaine de minorités ethniques différentes : avec leurs propres cultures et coutumes.

La danse folklorique mongole est l’une des danses préférées du public.

« Ce sont des gens des vastes prairies et ils chantent à ciel ouvert », a expliqué Jing Xian, chantant brièvement quelques mesures de ce que l’on pourrait entendre lors d’une visite amicale. « C’est très large, avec de longues lignes – leur environnement se reflète dans la musique de cette manière. Dans une ville dense, vous ne chanteriez pas comme ça. Les mélodies sont plus courtes, plus petites. Ainsi, leur musique folklorique est liée à leur mode de vie traditionnel. Vous devez l’apprendre et le présenter d’une manière traditionnelle».

« Les chansons folkloriques ont toutes leurs propres styles, et nous respectons cela et arrangeons la musique selon les styles qu’ils ont. Il faut connaître les différences entre chaque groupe, chaque nation, chaque minorité », a continué Jing Xian.

« Quand j’ai commencé, je savais très peu de choses. Puis j’ai commencé à apprendre. Il s’agit des langues, des tonalités de leur langue, de leur religion, de leurs traditions et de leurs coutumes », a-t-elle ajouté. « Vous devez connaître leurs styles, ces différents styles. Alors vous devez le présenter d’une manière classique, c’est tout ».

Shen Yun Orchestra en répétition. (Larry Dai)

Jing Xian fait paraître simple tout cet art, mais la musique de Shen Yun est le résultat d’une formidable recherche et d’un travail artistique intensif.

Shen Yun accomplit en fait quelque chose de complètement différent. Tous les éléments constitutifs de cette entreprise artistique sont traditionnels. Mais la compagnie fait entrer ces traditions ancestrales dans le XXIe siècle d’une manière significative.

« Pour faire quelque chose de différent de cette manière, on ne peut pas se limiter à la technique », a affirmé Jing Xian. Il s’agit de s’améliorer à différents niveaux : artistique, émotionnel, mental et spirituel.

« Il faut améliorer tout cela, tout le temps, afin d’améliorer la musique », a ajouté Jing Xian. « C’est là que réside le défi ».