Une société trop propre pourrait-elle déclencher une hausse des allergies alimentaires ?

Les systèmes de notre corps qui nous protègent des aliments toxiques pourraient être impliqués dans la hausse spectaculaire des allergies alimentaires, selon les chercheurs
Par Joseph Mercola
16 février 2021
Mis à jour: 16 février 2021

L’augmentation des taux d’allergies alimentaires peut être le résultat de facteurs environnementaux et d’un système de protection défaillant, proposent quatre immunobiologistes de l’université de Yale.

Un article publié par les scientifiques dans la revue Cell suggère qu’une activation exagérée du système de protection des aliments toxiques de l’organisme en réponse à des facteurs environnementaux est à l’origine de cette augmentation (1).

Ils écrivent que jusqu’à 8 % des enfants aux États-Unis ont une réaction potentiellement mortelle à ce qui est classé comme les huit principaux allergènes alimentaires.

Ces derniers sont souvent appelés par le terme anglais les « Big 8 » et comprennent le lait, les œufs, le blé, le soja, le poisson, les crustacés, les noix et les arachides (2).

Les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies ont signalé un taux croissant d’allergies alimentaires chez les enfants à partir de données recueillies entre 1997 et 2011 (5).

Les chercheurs ont découvert que sur une période de 14 ans, le taux d’allergies alimentaires est passé de 3,4 % à 5,1 %. Selon les données les plus récentes, qui datent de 2016, ce taux pourrait avoir encore augmenté pour atteindre 7,6 % (6), ce qui signifie que le taux a plus que doublé en 19 ans. Les immunobiologistes de Yale avancent que cette trajectoire pourrait être le résultat d’une quantité croissante de substances non naturelles ou de produits chimiques environnementaux (7).

Votre organisme dispose d’un système de contrôle de la qualité des aliments

Les médecins et les chercheurs sont préoccupés par cette prévalence croissante des allergies alimentaires. Les chercheurs de Yale mettent en avant les multiples mécanismes sensoriels que votre corps utilise pour surveiller ce qui est consommé et comment ceux-ci affectent les allergies (8).

Ces systèmes comprennent l’odeur, le goût et les processus chimiosensoriels établis dans l’intestin et influencés par le microbiome de votre intestin. Les chercheurs affirment que les réactions allergiques jouent un rôle dans le système de contrôle de la qualité des aliments de l’organisme. Ce système comprend l’identification et la réaction aux antigènes alimentaires, qui peuvent entraîner une allergie alimentaire mortelle.

L’une des théories qui prévalent pour expliquer l’augmentation des allergies alimentaires est celle d’un environnement « trop propre » – appelée hypothèse de l’hygiène – dans lequel les enfants et les adultes ne sont plus exposés aux agents pathogènes naturels présents dans l’environnement, ce qui déclenche une hypersensibilité du système immunitaire (9).

En 2010, dans un article paru dans Clinical & Experimental Immunology, les scientifiques ont étendu l’explication à la présence d’aliments transformés, de détergents pour lave-vaisselle et d’autres produits chimiques dans l’environnement, ainsi qu’à un environnement « trop propre » sans exposition microbienne naturelle.

Les immunobiologistes de Yale affirment que tous ces éléments jouent un rôle dans la perturbation du système interne de contrôle de la qualité des aliments, conçu pour aider à protéger votre corps contre les produits chimiques nocifs et les substances nocives. Le groupe pense que cette théorie pourrait jeter les bases de futures recherches, de traitements ou de prévention. Dans un communiqué de presse de l’université de Yale, l’un des auteurs du nouveau document a souligné le problème auquel les chercheurs sont confrontés (10).

« Nous ne pouvons pas concevoir des moyens de prévenir ou de traiter les allergies alimentaires tant que nous ne comprenons pas pleinement la biologie sous-jacente. Vous ne pouvez pas être un bon mécanicien automobile si vous ne savez pas comment fonctionne une voiture normale », a déclaré le co-auteur Ruslan Medzhitov, professeur d’immunobiologie Sterling et chercheur pour l’Institut médical Howard Hughes.

« Un facteur est l’utilisation accrue de produits d’hygiène et la sur utilisation d’antibiotiques et, deuxièmement, un changement de régime alimentaire et la consommation accrue d’aliments transformés avec une exposition réduite aux aliments cultivés naturellement et une modification de la composition du microbiome intestinal », a déclaré Medzhitov.

« Enfin, l’introduction de conservateurs alimentaires et de produits chimiques environnementaux tels que les détergents pour lave-vaisselle a introduit de nouveaux éléments à surveiller par le système immunitaire. »

Lorsque votre corps détecte que des toxines ont été consommées, il active également le système nerveux parasympathique, destiné à aider à neutraliser la menace pour la santé (11). Cette réaction peut déclencher des allergies alimentaires, et l’absence de menaces naturelles peut rendre le système hypersensible.

L’équipe estime que les changements collectifs apportés à l’approvisionnement alimentaire et à l’environnement ont effectivement fait que le système immunitaire réagit aux protéines alimentaires de la même manière qu’il le ferait pour se protéger contre les toxines.

Autres facteurs d’allergie alimentaire

D’autres théories ont été proposées pour expliquer l’augmentation des allergies alimentaires, notamment la surconsommation de médicaments utilisés pour réduire l’acidité de l’estomac, car ceux-ci peuvent altérer le microbiome gastro-intestinal (16).

Des recherches du King’s College London ont également proposé que lorsque les parents évitent de présenter aux jeunes enfants des aliments connus pour produire une allergie, le risque que l’enfant fasse une réaction plus tard est accru (17). L’étude a sélectionné des enfants ayant une réaction allergique connue aux œufs ou souffrant d’eczéma pour évaluer si le fait d’éviter un allergène augmenterait ou diminuerait une allergie alimentaire.

Les données ont montré que lorsque les parents évitaient de nourrir leurs enfants avec des cacahuètes, 13,7 % d’entre eux développaient une allergie avant l’âge de 5 ans, contre 1,9 % qui avaient été initiés aux cacahuètes plus tôt. Les chercheurs se demandent également si les taux d’allergies alimentaires augmentent parce que nous passons plus de temps à l’intérieur, ce qui contribue au fait que 40 % de la population présente une carence en vitamines D (18). La vitamine D joue un rôle important dans la régulation d’une réponse immunitaire efficace.

Une recherche publiée dans le Journal of Allergy and Clinical Immunology analysant l’utilisation de l’EpiPen aux États-Unis a révélé un fort gradient nord-sud, alors que d’autres sont utilisés dans les États du Nord, ce qui suggère qu’il existe « d’importants indices étiologiques (statut de la vitamine D) » qui méritent une enquête plus approfondie (19).

Des données similaires ont été trouvées en Australie deux ans plus tard, lorsqu’il a été révélé que l’utilisation de l’EpiPen et les admissions pour anaphylaxie étaient plus fréquentes dans les régions moins ensoleillées, ce qui apportait « un soutien supplémentaire pour un rôle possible de la vitamine D dans la pathogenèse de l’anaphylaxie », peut-on lire dans un article des Annales sur les allergies, l’asthme et l’immunologie (20).

S’agit-il d’une allergie ou d’une intolérance alimentaire ?

Il existe une différence entre une sensibilité ou réaction à un aliment et une allergie alimentaire. Une véritable allergie alimentaire provient d’une tentative de médiation par le système immunitaire et est déclenchée par une réaction aux protéines présentes dans un aliment ou une boisson spécifique. La sensibilité aux aliments, également appelée intolérance alimentaire, est généralement une réaction gastro-intestinale désagréable à un aliment que vous avez consommé, mais qui n’est pas transmise par votre système immunitaire (21).

Par exemple, une véritable allergie au lait est différente d’une intolérance au lactose (22) : la première déclenche une réponse immunitaire et la seconde des symptômes gastro-intestinaux dus à une incapacité à digérer les protéines du lait. Les allergies alimentaires de type 1 impliquent l’immunoglobuline E (IgE), qui est un anticorps présent dans le sang et les mastocytes de tous les tissus de l’organisme.

Après l’avoir mangée la première fois, les cellules produisent de l’IgE pour la protéine alimentaire qui a déclenché la réaction, appelée allergène. L’IgE est libérée et se fixe à la surface des mastocytes. Cela prépare le terrain pour la prochaine fois que vous mangez un aliment qui contient l’allergène spécifique. La protéine interagit ensuite avec les IgE qui sont sur les mastocytes et déclenche une libération d’histamine.

Les réactions aux IgE commencent parfois par des démangeaisons dans la bouche, suivies de vomissements, de diarrhées et de douleurs à l’estomac. Certains allergènes protéiques peuvent passer immédiatement dans la circulation sanguine et déclencher une réaction dans tout le corps, provoquant notamment des étourdissements ou une sensation d’évanouissement, une toux répétitive, une gorge serrée et enrouée et un pouls faible (23). Elle peut également activer une réaction anaphylactique entraînant une chute de la pression sanguine, de l’urticaire et une respiration sifflante.

Une allergie alimentaire de type 1 peut prendre de quelques minutes à quelques heures pour se développer. Un deuxième type d’allergie alimentaire, le type 3, est arbitrée par l’immunoglobuline G (IgG). Il s’agit d’une allergie alimentaire retardée qui se produit 4 à 28 heures après l’exposition (24).

Les allergies alimentaires chez les adultes ne sont pas rares

Bien que la plupart des allergies alimentaires se développent pendant l’enfance, il n’est pas rare que des adultes développent une allergie alimentaire. Les données d’une enquête transversale menée auprès d’adultes vivant aux États-Unis suggèrent qu’au moins 10,8 % des adultes sont allergiques à des aliments. Les informations ont été recueillies entre octobre 2015 et septembre 2016 (25).

40 443 adultes ont répondu à l’enquête, et si 19 % ont déclaré une allergie alimentaire quelconque, seuls 10,8 % ont déclaré des symptômes concomitants à une réaction IgE. L’étude a été publiée dans le Journal of the American Medical Association dans le cadre d’une collaboration entre le Dr Kari Nadeau, expert en allergies alimentaires de Stanford, et des scientifiques de la Northwestern University (26).

Les chercheurs pensent que cela contredit une croyance de longue date selon laquelle la plupart des allergies se développent pendant l’enfance. Les données antérieures avaient estimé que 9 % des adultes avaient de véritables réactions allergiques alimentaires. Dans la cohorte, les chercheurs ont constaté que 38 % des personnes décelées avec des allergies alimentaires avaient eu une réaction qui les avait envoyées aux urgences et 48 % ont déclaré qu’au moins une allergie alimentaire avait été déclenchée après l’âge de 18 ans.

Certaines allergies alimentaires développées à l’âge adulte peuvent être graves, comme les réactions qu’Amy Barbuto, étudiante diplômée, a eues dans un restaurant thaïlandais. Dans une interview avec un écrivain du Texas Medical Center, Amy a raconté sa première réaction allergique au restaurant (27).

Avant ce jour, elle avait une intolérance alimentaire au gluten, mais en 2011, elle a souffert d’une réaction anaphylactique après avoir ingéré de la sauce soja qui était contenue dans son alimentation. Depuis lors, elle a été hospitalisée 25 fois entre 2011 et 2020 pour des réactions allergiques. Elle a expliqué au Texas Medical Center la difficulté d’éviter le gluten (28).

« C’est  difficile à éviter, même si vous faites tout votre possible pour l’éviter. Mon allergie est si grave que je pourrais y être exposée sans même le savoir. Ma nourriture peut paraître sans gluten, normale […] Mais il suffirait que quelqu’un ait touché du pain et ensuite mon assiette », raconte Amy dans un article sur le site web du centre.

Réduisez votre risque potentiel d’allergies alimentaires

Comme le montre l’histoire d’Amy, les allergies alimentaires peuvent se développer à l’âge adulte et devenir potentiellement mortelles.

Le microbiome de votre intestin est vital pour la santé et le fonctionnement optimal de votre système immunitaire, qui est le médiateur d’une réponse allergique aux aliments. En prenant soin de votre microbiome intestinal, vous contribuez à protéger votre santé. Heureusement, il existe plusieurs façons de prendre soin de ces billions de cellules microbiennes symbiotiques qui vivent en vous et sur vous.

Mangez des aliments fermentés. Ceux-ci aident à repeupler votre intestin avec des bactéries saines.

Évitez les antiacides. Ils modifient l’acidité de votre estomac et endommagent le microbiome de votre intestin.

Évitez les antibiotiques, y compris dans votre alimentation. Les antibiotiques sont prescrites en surnombre et sont pourtant dangereux, et vous ne devez pas les demander à votre médecin ni les prendre sauf en cas d’absolue nécessité. Lorsque c’est le cas, prenez un probiotique de qualité pour reconstruire votre microbiome.

Réduisez ou éliminez les aliments transformés. Ces aliments sont riches en sucre, ce qui nourrit les bactéries nocives dans votre intestin.

Optimisez votre taux de vitamine D. Sortez et fabriquez de la vitamine D grâce à une exposition solaire raisonnable, ou utilisez des suppléments si vous vivez dans des régions peu ensoleillées.

Les chiens : le nouveau probiotique

Il existe également une autre façon, moins évidente à reconnaître, de prendre soin de votre microbiome. Comme le Dr Karen Becker, vétérinaire, l’a récemment expliqué dans un de ses articles sur le site dédié à la santé animale Healthy Pets, les animaux de compagnie sont bons pour la santé microbienne. L’exposition à des chiens peut influencer le développement du système immunitaire des enfants. Deux études ont été présentées à l’American College of AllergyAsthma & Immunology en 2017, démontrant que les enfants nés dans des foyers avec un chien présentaient un risque moindre d’eczéma et d’asthme allergique (12), ce qui vient appuyer des recherches antérieures (13).

Dieter Steklis, professeur de psychologie et d’anthropologie à l’université de l’Arizona, a étudié la relation physique et microbiologique entre les humains et les animaux domestiques (14). Il s’est entretenu sur ce sujet avec un journaliste du journal en ligne à but non lucratif Tucson Sentinel (15).

« J’ai toujours été surpris du nombre de maladies et de troubles liés à des processus inflammatoires qui renvoient à votre système immunitaire. Si le fait d’avoir un chien renforce votre système immunitaire, ce qui semble être le cas, les personnes âgées qui ont un chien peuvent avoir moins de chances de souffrir de maladies dépressives », a déclaré M. Steklis.

Bien qu’avoir un chien puisse être un plaisir et un jeu, les allergies restent une affaire sérieuse. La fureur générée par la flambée des prix de l’EpiPen, un traitement salvateur contre la réaction allergique anaphylactique potentiellement mortelle, a montré qu’il y a beaucoup d’argent en jeu dans le traitement médical des allergies. En prenant des mesures pour résoudre ce problème par le biais d’un régime alimentaire et d’un mode de vie aussi variés que possible, vous économiserez de l’inconfort et de l’argent.

Le Dr Joseph Mercola est le fondateur de Mercola.com. Médecin ostéopathe, auteur de best-sellers et lauréat de plusieurs prix dans le domaine de la santé naturelle, sa vision première est de changer le paradigme moderne de la santé en fournissant aux gens une ressource précieuse pour les aider à prendre leur santé en main. Cet article a été publié à l’origine sur Mercola.com.

(1) (7) Science Daily, January 14, 2021

(2) Nutrition Today, 2020;55(1)

(3) American Academy of Allergy, Asthma and Immunology

(4)(6) Pediatrics, 2018;142(6)

(5) Centers for Disease Control and Prevention, May 2013

(8) Cell, 2021; doi.org/10.1016/j.cell.2020.12.007

(9) Clinical and Experimental Immunology, 2010;160(1)

(10)(11) Yale News, January 14, 2021

(12) American College of Allergy, Asthma & Immunology, October 27, 2017

(13) Clinical and Experimental Allergy, 2012;42(9)

(14) The New York Times, June 6, 2017

(15) Tucson Sentinel, March 9, 2015

(16) University Medical Center Groningen, December 11, 2015

(17) The New England Journal of Medicine, 2015;372:803

(18) Cureus, 2018;10(6)

(19) Journal of Allergy and Clinical Immunology, 2007;120(1)

(20) Annals of Allergy, Asthma and Immunology, 2009; 103(6)

(21) Harvard Health Publishing, January 30, 2020

(22) Allergy, Asthma & Clinical Immunology, 2018;14(55)

(23) American College of Allergy, Asthma and Immunology, Food Allergies

(24) World Allergy Organization, Food Allergy

(25) Journal of the American Medical Association, 2019;2(1)

(26) Stanford Medicine, January 4, 2019

(27) Texas Medical Center, February 5, 2020

(28) Texas Medical Center, February 5, 2020, para 8

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ