Somme : les pompiers de Miraumont rénovent bénévolement leur caserne depuis un an

Par Nathalie Dieul
16 janvier 2020 Mis à jour: 17 janvier 2020

L’une des plus petites casernes de la Somme est en train d’être rénovée par les pompiers eux-mêmes, et ce, bénévolement, sur leur temps libre. Le but est de préserver la caserne, de motiver l’équipe et de faire économiser de l’argent au SDIS.

C’est à la cérémonie de la Sainte-Barbe il y a un an que le projet de rénovation avait été annoncé. « Nous allons rénover nous-mêmes la caserne. La toiture va être refaite et le grenier va être transformé en grande salle de sport avec une pièce de détente et une salle de cours », avait alors indiqué Jean-Marc Champy, chef de centre, rapporte le Courrier Picard.

Depuis lors, chaque samedi ainsi que pendant les vacances, trois ou quatre pompiers de la caserne qui compte 14 sapeurs pompiers volontaires se mettent au travail. Ils ont déjà refait la toiture et commencé à aménager les combles pour les transformer en deux salles fonctionnelles.

« Chacun vient quand il peut. Les pompiers sont aussi des hommes et… des femmes, avec leur vie professionnelle, leur vie de famille et leurs obligations », reconnaît M. Champy, qui est lui-même professeur de mécanique et bricoleur, lors d’une entrevue plus récente. « Chacun y met du sien. » Parmi les autres pompiers talentueux, l’équipe peut aussi compter sur un ancien artisan ainsi qu’un électricien.

Selon France Bleu, la caserne de Miraumont, une commune de moins de 700 habitants, se situe à la limite entre la Somme et le Pas-de-Calais, un emplacement stratégique puisque même si elle est petite, il n’y a pas d’autres casernes à proximité.

Pour les rénovations, les pompiers bénévoles ont aussi reçu des dons de la part d’artisans, de commerçants et d’autres habitants de la région. « C’est une menuiserie du Pas-de-Calais qui nous a fait don de l’escalier. En étant pompier, on rend service aux gens, et ils nous le rendent bien ! », se réjouit le chef du centre.

D’un autre côté, la mairie a payé le matériel sportif de la salle d’entraînement, pour un total de 1 082 €, et le SDIS leur a aussi accordé une subvention pour financer le matériel de rénovation.

Le fait de faire tout ce travail bénévolement permet de renforcer et de motiver l’équipe, mais « ça fait aussi gagner de l’argent au SDIS ».

En effet, les SDIS connaissent des difficultés pour financer les équipement un peu partout en France. Grâce aux économies réalisées, les sapeurs-pompiers de Miraumont espèrent donc recevoir plus rapidement leur deuxième véhicule d’intervention.

« Si jamais ils décident un jour de fermer des casernes, ils se diront qu’ici on travaille correctement et ils auront envie de nous garder! », indique Jean-Marc Champy.

RECOMMANDÉ