Sommes-nous trop inquiets sur ce que nous mangeons?

25 septembre 2015
Mis à jour: 15 août 2016

Alors que nous vivons une ère où la nourriture est hyper conditionnée, avec des additifs en tout genre, nombre d’entre nous ont pris le parti de s’informer sur les étiquettes des produits que nous consommons au quotidien. Cependant, cette quête ininterrompue de bien être et de régime sain pourrait cacher une fixation tout aussi mauvaise.

Franci Cohen est un nutritionniste célèbre et consulté des médias aux États-Unis. Il nous a fait part de son point de vue sur la question.

Epoch Times: Quels sont les signes indiquant que quelqu’un se préoccupe excessivement de la nourriture qu’il ingère ?

Franci Cohen: Il existe des signes tels que la personne évite de manger n’importe quel produit en invoquant la raison d’allergies alimentaires, quand bien même elle ne souffre d’aucune allergie de ce type.

Une consommation plus élevée que la normale de suppléments, plantes médicinales, ou de probiotiques est un autre signe ; tout comme la réduction drastique du nombre d’aliments sélectionnés pour l’alimentation courante, car on considère les autres aliments comme mauvais ou négatifs pour soi. Il y a aussi des personnes qui passent une quantité excessive de temps à peaufiner les techniques de préparation des aliments, qui lavent longtemps les aliments ou les ustensiles de stérilisation.

Lorsque quelqu’un refuse de boire une bouteille scellée d’eau car la marque ne correspond pas à l’idée qu’ils se font d’une eau saine… Ou quand quelqu’un va refuser un aliment communément accepté dans le monde comme « sain »(comme un morceau de poulet grillé ou une pomme), alors même que cette personne souffre de la faim ; voilà des précautions qui sont des signes que la personne, en réalité, se nourrit de façon malsaine.

Quel façon de penser conduit à développer une fixation sur l’alimentation « saine »?

Un désir de prendre le contrôle de sa vie à travers le contrôle de la prise alimentaire, les problèmes relatifs à l’estime de soi, et certains troubles de la personnalité extrêmes tels que les TOC (trouble obsessionnel compulsif), peuvent mener une personne à essayer d’achever la perfection à travers l’alimentation.

Des conseils pour avoir un bon équilibre alimentaire sans que cela ne prenne trop de temps sur notre quotidien?

Le mieux est de ne jamais éliminer complètement un groupe alimentaire. Laissez-vous aller de temps en temps. Il n’est pas bon de passer trop de temps à s’inquiéter sur l’effet des pesticides ou des germes alimentaires ; il faut aussi comprendre que le corps humain a été crée de sorte à pouvoir faire face aux agressions ou mauvais éléments extérieurs tels que ces produits, que nous ingérons parfois à notre insu.

Après tout, le taux élevé d’acides que contient l’estomac ont leur raison d’être, les divers sucs détruisent les bactéries qui accompagnent les aliments. Vous pouvez continuer à faire des efforts pour manger sain, faire de l’exercice, et préparer les menus les plus judicieux selon vous pour vous et votre famille. Mais il n’est pas nécessaire que la nourriture pénètre chacune de vos pensées, au point de former une peur qui agirait comme un venin.

Les termes «fixation» et «alimentation saine» sont des termes contradictoires. Toute sorte de fixation est elle-même malsaine.

Détendez-vous, mangez sain du mieux que vous le pouvez dans votre vie quotidienne, et soyez indulgents envers vous même s’il vous arrive de commettre des écarts!

 

Article original: Are You Trying Too Hard to Eat Right?

 

RECOMMANDÉ