Sondage : 74 % des démocrates ne croient pas que Trump sera destitué

Par Zachary Stieber
12 décembre 2019 Mis à jour: 12 décembre 2019

Environ sept démocrates sur dix aux États-Unis ont déclaré qu’ils ne pensent pas que le président américain Donald Trump sera mis en accusation et inculpé au Sénat, selon un nouveau sondage.

Les démocrates de la Chambre des représentants (la chambre basse du Congrès des États-Unis) ont énoncé deux articles d’accusation contre le président mardi, avec un vote sur la mise en accusation à venir dès la semaine prochaine.

Mais les républicains détiennent une majorité de 53 contre 47 au Sénat (la chambre haute du Congrès des États-Unis), et on s’attend à ce que le Parti républicain acquitte Donald Trump après une brève audience. Lindsey Graham (Républicaine – Caroline du Sud), présidente de la commission judiciaire du Sénat, a déclaré cette semaine qu’un procès pour destitution du Sénat se déroulerait probablement rapidement et qu’un vote pourrait avoir lieu dès que la Chambre des représentants présentera ses arguments, à condition qu’il n’y ait « rien de nouveau et de dramatique ».

Selon un nouveau sondage mené avant l’annonce des articles, la majorité des électeurs des deux partis et des indépendants s’entendent tous pour dire qu’il est peu probable que Donald Trump soit à la fois accusé et démis de ses fonctions.

61 % des répondants démocrates à l’enquête YouGov/Yahoo (pdf) ont déclaré que M. Trump sera accusé mais pas destitué et 13 % ont déclaré qu’ils ne pensent pas que Trump sera mis en accusation.

Seulement 13 % ont dit croire que le président Trump sera destitué et condamné par le Sénat. Une condamnation requiert l’accord des deux tiers des sénateurs présents.

Près de la moitié des répondants républicains, soit 47 %, ont déclaré estimer que M. Trump ne sera pas mis en accusation, tandis que la plupart des autres, soit 42 %, ont déclaré qu’il sera mis en accusation mais ne sera pas destitué.

(De gauche à droite) Jerrold Nadler (Démocrate – New York), président de la magistrature de la Chambre, Maxine Waters (Démocrate – Californie), présidente des services financiers, Nancy Pelosi (Démocrate – Californie), présidente de la Chambre, Carolyn Maloney (Démocrate – New York), présidente du Comité permanent des voies et moyens, Richard E. Neal (Démocrate – Massachusetts) et Adam Schiff (Démocrate – Californie), président du Comité spécial des renseignements. N. Pelosi s’exprime alors que les démocrates ont annoncé précédemment des articles en guise d’arguments à destitution du président Donald Trump lors d’une conférence de presse au Capitole américain à Washington, le 10 décembre 2019. (Saul Loeb/AFP via Getty Images)

Comme à l’accoutumée, les indépendants se situaient dans la moyenne en ce qui a trait à la destitution, mais ils se rapprochaient plus des répondants républicains. Environ un tiers des indépendants, 36 %, ont déclaré que Trump sera mis en accusation mais pas démis de ses fonctions tandis que 28 % ont dit qu’il ne sera pas mis en accusation.

27 % ont dit qu’ils n’étaient pas sûrs, de même que 12 % des démocrates et 8 % des républicains.

9 % des indépendants ont déclaré que M. Trump sera accusé et condamné, ainsi que 3 % des républicains.

Les répondants ont indiqué leur préférence à la fois au sujet de la mise en accusation et la destitution, malgré leur croyance que ces deux choses ne se produiraient pas, bien que les chiffres aient pu être faussés parce qu’il y avait plus de répondants démocrates (471) que républicains (360).

Les répondants ont dit qu’ils suivaient les audiences au moins un peu ; 25 % d’entre eux ont dit qu’ils les suivaient de très près et 23 % ont dit qu’ils les suivaient d’assez près. Une majorité a déclaré que M. Trump a demandé à un dirigeant étranger d’enquêter sur un opposant politique, se référant à la demande du président américain au président ukrainien Volodymyr Zelensky d’« examiner » les allégations de corruption passée de l’ancien vice-président Joe Biden.

M. Biden, qui se présente à l’investiture démocrate pour la présidentielle, s’est tristement vanté l’an dernier qu’en 2016, il avait menacé de retenir un milliard de dollars à l’Ukraine, à moins que le président Petro Poroshenko à l’époque ne destitue Viktor Shokin, un procureur qui investiguait sur l’employeur du fils du président Biden.

L’enquête a été menée auprès de 1 500 adultes, dont 1 017 électeurs inscrits. La marge d’erreur pour l’ensemble de l’échantillon était de plus ou moins 2,8 % ; pour les électeurs inscrits, elle était de plus ou moins 3,4 %.

RECOMMANDÉ