Sortir de Gaza, le juteux marché du passage avec l’Egypte

Par Epoch Times avec AFP
24 novembre 2021
Mis à jour: 24 novembre 2021

Dès que Moustafa al-Sawaf a dénoncé sur les réseaux sociaux les « millions » que touchent des sociétés privées pour éviter aux Palestiniens le « chemin de l’humiliation » entre la bande de Gaza et le Caire, semé de tracasseries et d’embûches, son téléphone a sonné.

« Une heure après ma publication, un membre du Hamas m’a appelé pour me demander de tout effacer, que c’était un sujet hyper sensible pour les Egyptiens et que ça allait nuire aux Palestiniens », raconte à l’AFP cet analyste politique gazaoui.

« J’ai donc retiré la publication pour ne pas nuire aux Palestiniens, mais en l’espace d’une heure il y avait déjà près de 80 commentaires pour me soutenir car cette affaire cause beaucoup de souffrance », dit-il.

Moustafa al-Sawaf avait dit publiquement ce que beaucoup pensent tout bas à Gaza.

-Une Palestinienne montre le signe de la victoire alors qu’elle traverse avec des proches en Egypte par le poste frontière de Rafah depuis la bande de Gaza le 29 août 2021. Photo SAID KHATIB/AFP via Getty Images.

Dans ce micro-territoire, des Palestiniens payent des centaines, voire des milliers de dollars, à des sociétés privées pour se rendre en Egypte ou rentrer de ce pays, seule issue de l’enclave palestinienne outre Israël.

Un juteux commerce devenu aussi l’un des plus grands tabous sur place.

Depuis que les islamistes du Hamas ont pris le pouvoir à Gaza en 2007, l’Etat hébreu impose un blocus à ce territoire.

S’inscrire des semaines à l’avance sur des listes

Le gouvernement israélien accorde des permis de travail, des autorisations d’entrée sur son territoire via le passage d’Erez pour y subir des opérations, et des transits permettant de se rendre en Jordanie via ce passage situé dans le nord de la bande de Gaza. Mais ces procédures peuvent être longues ou ne pas aboutir.

D’où l’importance de l’autre poste-frontière, celui de Rafah, installé dans le sud, à une centaine de mètres du défunt aéroport international Yasser Arafat de Gaza, inauguré en grandes pompes en 1998 en présence du président américain Bill Clinton, mais détruit au début de la Seconde intifada, le soulèvement palestinien du début des années 2000.

Des Palestiniens, attendent leur tour pour entrer en Égypte par le poste frontière de Rafah depuis la bande de Gaza le 29 août 2021. Photo SAID KHATIB/AFP via Getty Images.

Aujourd’hui, personne ne peut quitter Gaza par les airs, le bâtiment tout en arches a été réduit en un champ de ruines; la piste d’atterrissage recouverte de terre et d’herbe n’est plus foulée que par des chèvres. Et l’enclave ne compte pas de port autre que les ports de pêche.

Et lorsque le poste de Rafah est ouvert, le nombre de passagers pouvant traverser est restreint, d’autant que la région limitrophe, le Sinaï, est le théâtre d’affrontements récurrents entre jihadistes du groupe Etat islamique et les forces égyptiennes.

Pour sortir de Gaza, les voyageurs doivent s’inscrire des semaines à l’avance sur des listes, d’où le recours à des sociétés privées, bénéficiant de liens privilégiés avec l’Egypte, pour entrer et sortir de Gaza, ou simplement ne pas trop souffrir au passage.

Le trajet a duré quatre jours, au lieu de 5 heures

L’AFP s’est entretenue avec une dizaine de Gazaouis ayant accepté de témoigner sans que leur nom ne soit cité de crainte, disent-ils, d’être placés sur une « liste noire » égyptienne et ne plus pouvoir sortir ou rentrer à nouveau à Gaza.

Ahmed (nom d’emprunt) rentrait du Caire en début d’année. Le trajet par la route prend en théorie environ cinq heures. Il a duré quatre jours.

Parti un mercredi à 04H00 de la capitale égyptienne, il a payé environ 130 dollars un taxi privé pour parcourir les 380 km jusqu’à Rafah.

Tout s’est bien passé jusqu’à l’entrée du canal de Suez. Le point de passage de Mahdiyya était fermé et encombré de taxis. Il a payé un second taxi, partagé avec six personnes et a passé la nuit à dormir dans la voiture, avant de passer au point de contrôle égyptien.

« Les Egyptiens ont ouvert tous mes sacs, ils ont confisqué mon parfum, mes cigarettes, ouvert mes profils Facebook et WhatsApp, regardé mes photos », raconte-t-il à l’AFP.

Une banderole représentant le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi avec une citation de lui lisant en arabe «la question palestinienne restera au sommet des priorités de l’État égyptien». Photo de MOHAMMED ABED / AFP via Getty Images.

Après trois contrôles, il reprend la route, passe sans encombres par le checkpoint de Maïdan dans le désert du Sinaï, avant que tout ne se fige à nouveau à Al-Arish, à une cinquantaine de km de Rafah. « Nous sommes arrivés le jeudi vers 16H50, mais ils nous ont dit: +khalas, faites marche arrière+ », poursuit Ahmed.

Dormir dans le désert, au pied d’un point de contrôle

Le taxi s’est replié en ville. Ahmed a loué une chambre, jusqu’à ce que, deux jours plus tard, il reçoive un message lui disant que la route rouvrait. Lui et ses compagnons d’infortune foncent alors vers le checkpoint qui avait bien rouvert… mais pour une heure seulement.

Désemparé, il dort dans la rue, attend le lendemain pour finalement rejoindre enfin Rafah, la porte d’entrée vers Gaza.

Dormir dans le désert, au pied d’un point de contrôle, Fatima (nom d’emprunt) en garde des sueurs froides. C’était en 2020, elle voyageait avec un petit groupe de femmes, du Caire à Gaza.

Les Palestiniens attendent leur tour pour entrer en Égypte par le poste frontière de Rafah dans le sud de la bande de Gaza, le 15 novembre 2021. Photo de -/AFP via Getty Images.

Au checkpoint de Maïdan, « nous avons dû dormir par terre dans la rue, je me suis étendue sur un bout de carton et j’ai fait de mon abaya une couverture », raconte-t-elle. « J’avais peur, nous étions dans le désert, il n’y avait pas d’eau, pas de toilettes, nous entendions des bombardements au loin, une des femmes avec nous n’arrêtait pas de crier: +je vais mourir, je vais mourir+ ».

La nuit suivante, au passage de Balouza, fermé, elle a dormi dans un bus, puis la nuit suivante, à Al-Arish, sous un bus. « Il faisait chaud, il y avait des enfants qui dormaient avec nous et pleuraient sans cesse et j’ai dû demander à des femmes de m’entourer pour aller uriner à côté du bus ».

1.000 dollars pour faire les 400 km entre Rafah et le Caire

Au total, Ahmed et Fatima ont passé plus de quatre jours pour faire moins de 400 km, pour cette route ponctuée de postes de contrôle en raison, selon l’Egypte, de l’insécurité liée aux menaces islamistes armées.

« Tout ça, cette route, me détruit de l’intérieur (…) C’est comme si nous, gens de Gaza, étions tous considérés comme des terroristes », soupire Ahmed d’autant plus frustré qu’après être enfin arrivé à Gaza, il a appris que des connaissances avaient fait le même trajet en seulement un jour.

La différence? « Ils ont utilisé le service VIP. Au final, en comptant les taxis, l’hôtel pourri, j’ai presque payé la même somme qu’eux et ça m’a pris presque cinq jours », peste-t-il, accusant les services de sécurité égyptiens de rendre la vie dure aux voyageurs gazaouis pour les pousser à recourir à des compagnies privées.

Dans la bande de Gaza, des compagnies locales proposent des services VIP (enregistrements, papiers, taxis privés) à 1.000 dollars pour faire les 400 km entre Rafah et le Caire, et 600 dollars pour le retour, une véritable fortune pour une population paupérisée.

Or ces compagnies locales ont des « licences » de la société égyptienne Abnaa Sinaï (Les fils du Sinaï) pour vendre ces services, indique à l’AFP un responsable de l’industrie requérant l’anonymat, une information confirmée de sources officielles dans la bande de Gaza. La société Abnaa Sinaï n’a pas répondu aux questions de l’AFP sur cette affaire.

« Des pressions pour rendre le retour à Gaza pénible »

« Pour les Palestiniens, c’est une catastrophe. Dans les faits, c’est le business de la frontière. On parle de jusqu’à 175.000 dollars par jour », souligne un responsable d’une compagnie de Gaza offrant ces services VIP.

« Côté égyptien, ils font des pressions pour rendre le retour à Gaza pénible et ainsi pousser les gens à payer le service VIP la fois suivante », dit-il. La société Abnaa Sinaï n’a pas répondu aux questions de l’AFP sur cette affaire.

« A cause de ce problème de frontière, je ne suis pas retournée à Gaza pendant des années. J’avais trop peur de ce trajet, de la route à partir du Caire », confie Hiba (nom d’emprunt), une Gazaouie vivant à l’étranger qui s’est finalement résolue à retourner dans l’enclave cette année pour y retrouver sa famille.

L’Égypte a envoyé un convoi d’aide à Gaza voisine avec des pelleteuses, des camions et des grues pour « préparer le terrain pour la reconstruction » de l’enclave palestinienne.  Photo SAID KHATIB/AFP via Getty Images.

« Aux postes de contrôle, ils (les gardes) nous regardent avec des yeux qui veulent dire: +on vous déteste+ », ajoute-t-elle. Si Hiba n’a pas payé le service VIP pour rentrer à Gaza, elle se dit prête à débourser 1.000 dollars pour en ressortir et rêve du jour où elle pourra entrer et sortir de l’enclave sans frais et sans encombres.

Au cours des derniers mois, des responsables palestiniens ont demandé à l’Egypte de faciliter le transit des Gazaouis. Président de la chambre de commerce de Gaza, Walid al-Hosari a abordé récemment cet enjeu lors de réunions au Caire.

Une « affaire de gros sous »

« Les Egyptiens nous ont informés que le nombre de voyageurs de la bande de Gaza vers l’Egypte allait augmenter (…) et qu’ils pourront passer par les tunnels sous le canal de Suez », actuellement interdits aux voyageurs palestiniens, ce qui facilitera le périple, dit-il à l’AFP.

« Ils promettent, promettent, mais on ne sait jamais si cela va se concrétiser », lance un haut responsable du Hamas, disant ne pas vouloir épiloguer sur ce sujet « très sensible » pour les Egyptiens.

Pour l’économiste palestinien Omar Shaban, qui suit de près les enjeux commerciaux avec le voisin égyptien, l’idée de faire payer une fortune à des familles de Gaza pour sortir de l’enclave ne peut tenir longtemps à l’heure où l’Egypte a décidé de s’engager pour la reconstruction de ce territoire ravagé par les guerres.

Le « business » de la frontière est une « affaire de gros sous », mais les Egyptiens ne peuvent à la fois « s’engager dans la reconstruction de Gaza et empêcher la population de Gaza de rentrer en Egypte », dit-il.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ