Sortir de l’indécision et du trop penser

Par Leo Babauta
28 novembre 2019 Mis à jour: 28 novembre 2019

Il y a un temps pour réfléchir et un temps pour prendre une décision et agir.

J’ai travaillé avec des personnes très intelligentes, très compétentes et très talentueuses, mais qui se sont piégées dans l’indécision et la paralysie de l’analyse.

En effet, trop penser et se perdre dans des options infinies réduit notre efficacité en donnant lieu à de l’inaction.

Dans certains cas, il vaut mieux passer à l’action que de rester dans l’inaction et l’indécision, mais nous sommes tellement pris par la recherche de la décision parfaite que nous ne prenons aucune décision.

La réponse est de transformer l’indécision et le trop penser en action.

Avant d’en parler, jetons un coup d’œil à ce qui arrive aux personnes intelligentes coincées dans leur mental.

Le piège du trop penser

Pour quelqu’un qui ne voit pas beaucoup de possibilités, le choix est parfois facile : il suffit de choisir celle qui semble évidente.

Penser trop peut créer un nœud insoluble, mais comment le défaire ? (nhilbanda/Pixabay)

Mais pour quelqu’un qui a beaucoup d’intelligence, il y a beaucoup plus d’avenues que ça. Ensuite, cette personne commence à créer un arbre de décisions dans son esprit : « Si je choisis ceci, alors cela pourrait arriver, ce qui signifie que je dois décider si je veux ceci, et ensuite cela pourrait arriver et alors cette autre option apporte trois autres décisions… »

Ils examineront également toutes les options, ce qui les amènera à approfondir leur enquête. Il s’agit d’un cycle sans fin de réflexion sur les options et d’examen de celles-ci, et à travers cette investigation, de trouver encore plus de choses à penser.

Il est également impossible d’analyser autant d’options infinies, car chaque option contient beaucoup d’incertitude : vous ne pouvez jamais savoir comment chacune d’elles va évoluer, quelle est l’importance de chaque facteur, quelle est la probabilité pour que chaque possibilité se produise.

Ce qui nous maintient dans l’indécision, c’est cette incertitude qu’on rencontre lorsqu’on se met à utiliser ce type de pensée. Nous craignons l’issue incertaine et nous préférons lorsque nous avons beaucoup plus de certitudes.

Mais on peut rarement avoir ce genre de certitude. Et passer beaucoup de temps à analyser fait perdre des opportunités. Dans certains cas, il se peut que nous ayons manqué des occasions en faisant cette recherche.

C’est l’incertitude dans ce genre de pensée qui nous maintient dans l’indécision. (Maxpixel/ CC0)

Alors, que pouvons-nous faire ?

Agir

Penser trop peut créer un nœud insoluble, mais comment le défaire ? En le coupant.

Ce nœud ne se résout pas par la pensée : c’est la pensée qui nous y conduit. Cela ne veut pas dire que la pensée est mauvaise. Nous devrions examiner les avantages et les inconvénients, et prendre du recul pour voir une nouvelle perspective. Il est vrai que nous devrions considérer le « pourquoi » plus profond de ce que nous faisons, mais à un moment donné, nous devons dire « assez » et agir.

Fixer une limite à la pensée peut être une bonne façon de le faire. « Je vais passer les deux prochains jours à y penser et prendre une décision mardi. » Examinez les mérites, faites des recherches, parlez aux gens, puis décidez et passez à l’action.

Comment décider quand il n’y a pas de réponse sûre ? Vous devez choisir la meilleure option compte tenu de vos informations limitées. C’est comme au poker : vous n’avez jamais d’informations complètes, mais vous devez prendre une décision en fonction de ce que vous savez et des résultats les plus probables.

Commencez par prendre un peu de recul pour réfléchir au « pourquoi » plus profond de la décision. Aussi, considérez sur quoi vous basez votre décision : est-elle basée sur la peur, la satisfaction instantanée d’un désir ? D’après mon expérience, cela ne donne pas de bons résultats à long terme. L’endroit où vous voulez aller, c’est pour un bénéfice à long terme : est-ce un acte d’amour pour ceux que vous aimez ou pour vous-même ?

Pensez ensuite aux différents facteurs qui influencent la décision et à l’importance qu’ils revêtent pour vous. Pensez aux résultats probables de chaque possibilité (ne vous limitez pas à deux possibilités) et évaluez les avantages probables et les coûts probables.

Commencez par prendre un peu de recul pour réfléchir au « pourquoi » le plus profond de la décision. (menchu/ pixabay.com)

Et puis, enfin, voir la décision qui semble la meilleure. Vérifiez rapidement si c’est pour le meilleur bénéfice à long terme. Et puis tranchez. Sortez de l’inaction.

Éliminez tous les doutes et les craintes qui vous retiennent, et plongez.

Faites-vous plaisir dans cette plongée en la faisant à petits pas :

– Écrivez quelque chose de court et publiez-le.
– Faites une petite action sur la carrière ou l’entreprise de vos rêves à long terme.
– Faites un petit pas pour être en meilleure santé.
– Organisez quelque chose qui sera facile à décider, plutôt que de rester coincé dans des choses qui sont difficiles à décider pour vous.

Dans quelles décisions êtes-vous piégé ? Pouvez-vous prendre une petite décision plus facile et agir ? Cela pourrait vous donner plus d’informations pour vous aider à prendre la décision la plus importante. Et au bout du compte, le véritable avantage est d’agir sans être pris au piège de l’indécision et de l’inaction. Et si cela s’avère être une mauvaise décision, pardonnez-vous. Les erreurs sont inévitables.

Leo Babauta est l’auteur de six livres, le rédacteur de Zen Habits, un blog avec plus de 2 millions d’abonnés, et le créateur de plusieurs programmes en ligne pour vous aider à maîtriser vos habitudes. Visitez ZenHabits.net

RECOMMANDÉ