Souffrez-vous de solitude lorsque vous êtes seul?

Se poser les bonnes questions peut nous ramener chez nous
Par Nancy Colier
23 novembre 2019 Mis à jour: 26 novembre 2019

Bien que notre utilisation de la technologie ait profondément modifié nos relations avec les autres, elle a encore plus changé notre relation avec nous-mêmes, et c’est la relation la plus importante de toutes.

Nous ne nous considérons plus comme une destination. Notre moi est un vide à combler, avec du divertissement, de l’information, ou tout autre chose qui nous fait du bien. Etre seul, c’est se sentir seul, comme si notre propre entreprise ne valait rien. Dès que notre ami se lève pour aller aux toilettes, qu’on fait la queue ou qu’on est entre deux activités, on prend son téléphone pour vérifier tout ce qu’on peut vérifier, sauf être avec soi-même. Nous nous considérons comme le trou au centre du beignet.

En raison de notre sens disparu de la valeur, nous survivons grâce à la validation en tant que source de sens. « Quelqu’un d’autre pense que c’est important ? Comment j’ai fait aux yeux des autres ? » Nous offrons notre expérience jusqu’aux médias sociaux pour découvrir ce que cela signifie pour tout le monde afin de savoir ce que cela devrait signifier pour nous. Ce faisant, nous donnons efficacement notre expérience et sa valeur correspondante. Nous nous privons de la nourriture qui pourrait venir de notre propre vie.

De plus, nous créons un personnage, une marque, la personne qui représente notre moi réel qui a disparu. Nous utilisons ensuite la vie pour soutenir et défendre ce personnage, capturer notre expérience sur nos appareils pour prouver que nous sommes bien la personne que l’on nous présente, la personne que le reste du monde pense que nous sommes. La vie n’est pas vécue directement, mais plutôt utilisée comme preuve pour soutenir notre identité. En conséquence, nous avons une photothèque qui est pleine, mais notre puits intérieur est vide.

Il n’est pas étonnant non plus que de nos jours nous ayons de la difficulté avec l’estime de soi. Notre nouveau système de valeurs place la facilité et l’immédiateté au-dessus de tout. Mais l’estime de soi ne vient pas de ce qui est facile. C’est le fruit d’un travail acharné, d’efforts et de temps. Nous pouvons atteindre le sommet de la montagne en hélicoptère et même prendre des selfies une fois arrivés, ce qui prouve que nous sommes des randonneurs et que nous nous rendons au sommet des montagnes. Mais rien de cette image de marque ne bâtira le respect de soi comme la marche et la transpiration à chaque étape jusqu’au sommet.

Dans une étude, des jeunes gens étaient confrontés à une pièce vide où il n’y avait rien d’autre qu’une petite machine choquante. Avec le choix entre ne rien faire et se donner des chocs légers, 70 % des hommes et 25 % des femmes ont choisi de se choquer eux-mêmes plutôt que de s’asseoir avec leurs propres pensées et sentiments. Le but de la vie semble être de se divertir et de s’occuper jusqu’à la tombe pour éviter de se heurter à soi-même en cours de route.

De plus, nous avons oublié notre propre autorité intérieure, notre propre sagesse. Nous ne croyons plus que les réponses à nos questions puissent venir de l’intérieur – pas de Google. Nous avons cessé de nous demander ce que nous pensons être le mieux et ce que nous voulons. Nous nous sommes abandonnés à nous-mêmes comme guide dans la vie. Nous avons écarté notre plus grande source en échange d’un algorithme.

L’important n’est plus ce que nous pensons de nous-mêmes, mais plutôt ce que nous pensons que les autres pensent de nous. La comparaison est la mesure par laquelle nous faisons l’expérience de nous-mêmes. Sommes-nous à la hauteur du flux Instagram de tous les autres ? Quelle est notre place dans la photographie culturelle globale ? Plutôt que de demander « Qui est-ce que je veux être », nous demandons « Qui pensez-vous (ou pensez-vous) que je devrais être ? »

Nous devons nous rappeler que nous sommes nous-mêmes une destination. Et ce qui compte pour nous compte, ce que nous pensons, ressentons et voulons, c’est quelque chose à découvrir. Nous devons recommencer à nous consulter nous-mêmes, pas seulement Google, en redécouvrant notre propre autorité intérieure – la véritable source qui sait ce qui est le mieux pour nous. Nous voulons commencer à passer du temps dans notre propre entreprise, en étant curieux de savoir comment nous sommes au milieu de cette folle aventure qu’est la vie.

Nous devons nous rappeler ce que c’est que de vivre une expérience et la garder pour soi, sans demander à quiconque de faire des commentaires et de l’approuver. De même, nous devons reprendre l’habitude de faire des choses difficiles, des choses qui prennent du temps, mais qui construisent une véritable estime de soi. Nous avons besoin d’une confiance qui soit fiable et qui n’aille et ne vienne pas avec les gens qui nous aiment ou qui nous suivent.

Nous devons reprendre l’habitude d’inviter notre propre sagesse à la table, en nous posant les questions importantes. « Qu’est-ce que j’en pense ? Qu’est-ce que je veux ? Qu’est-ce qui compte pour moi ? Quelle est la chose la plus importante pour moi ? Qui je veux être ? » Posez-vous ces questions tous les jours. Passez du temps dans votre propre entreprise. Bien qu’il puisse sembler que nous soyons entièrement concentrés sur nous-mêmes ces jours-ci, en fait, notre relation avec la technologie nous a amenés à nous abandonner à un niveau profond, à rendre notre propre présence invisible. Maintenant, à partir d’aujourd’hui, je vous invite à rentrer à la maison, à vous rappeler que vous êtes une destination qui mérite votre attention. En effet, vous êtes votre meilleure compagnie.

Nancy Colier est psychothérapeute, célébrante interconfessionnelle, auteure, conférencière et animatrice d’ateliers. Pour plus d’informations, visitez NancyColier.com

RECOMMANDÉ