Spectacles d’animaux sauvages : l’Assemblée doit voter la fin des numéros des fauves et des dauphins

Par Epoch Times avec AFP
8 octobre 2020
Mis à jour: 9 octobre 2020

La majorité des députés va soutenir une proposition de loi de l’ancien LREM Cédric Villani contre la maltraitance animale.

Les cirques sont en colère, les associations de protection animale applaudissent. Ce jeudi 8 octobre l’Assemblée nationale doit voter la fin progressive des spectacles d’animaux sauvages dans les cirques ambulants, des numéros de dauphins ou d’orques et également une mesure pour l’interdiction de l’élevage de visons pour fourrure en cinq ans.

La majorité va partiellement soutenir une proposition de loi de l’ancien LREM Cédric Villani (groupe EDS) contre la maltraitance animale, examinée en première lecture, avant son arrivée au Sénat.

Critiqués pour le manque de mesures concrètes adoptées jusqu’ici, les députés de La république en marche (LREM) se positionnent sur le bien-être animal, en plein essor après la campagne médiatique pour un « référendum pour les animaux », soutenue par près de 800 000 internautes et plus de 140 parlementaires.

Spectacle de cirque Bouglione « Prestige » au Cirque d’Hiver à Paris. (Photo : BERTRAND GUAY/AFP via Getty Images)

 

Spectacle de cirque « Gipsy » à Paris. (Photo : BERTRAND GUAY/AFP via Getty Images)

Interdire la détention d’orques et de dauphins

Pour les delphinariums, des élus de la majorité voudraient interdire la détention d’orques deux ans après la promulgation de la loi et dans sept ans pour les dauphins. Trois établissements détiennent des cétacés en France (28 dauphins et 4 orques), notamment le Marineland d’Antibes (Alpes-Maritimes), vent debout contre le texte.

Par amendements, des « marcheurs » entendent compléter la proposition de loi par l’interdiction des spectacles d’ours et de loups en « cinq ans », et la fin des numéros d’animaux sauvages dans les discothèques et les émissions de télévision.

En ne reprenant qu’une partie du texte de Cédric Villani, la majorité revendique un « équilibre » sur cette thématique transpartisane. Concernant chasse ou élevage, les LREM veulent éviter de créer « un nouvel antagonisme entre ruralité et métropoles », explique Aurore Bergé.

Chasse : proposition de »robots-gibier »

L’élue des Yvelines rappelle que la chasse à la glu a été suspendue fin août par l’exécutif pour la saison, et que des engagements ont été pris avec les éleveurs pour mettre fin au broyage des poussins ou à la castration à vif des porcelets fin 2021.

Par contre le groupe LREM a expurgé le texte de ses mesures contre la chasse à courre ou l’élevage intensif, mais ces sujets devraient susciter un débat passionné dans l’hémicycle. Parmi les amendements insolites concernant la chasse, « le marcheur » Damien Adam a proposé de remplacer les animaux par des « robots-gibier », mais son amendement a été jugé irrecevable.

8 millions d’euros pour le reconversion des cirques ambulants

Par ailleurs, les cirques sont aussi en colère. Plusieurs dizaines de professionnels ont manifesté lundi 5 octobre à Paris près du ministère de la Transition écologique. La ministre Barbara Pompili a promis de mettre « au moins 8 millions » d’euros sur la table pour la reconversion en « quelques années » des cirques ambulants et des trois delphinariums du pays. Une enveloppe « ridicule » aux yeux du Marineland d’Antibes.

Focus sur la Chine – Les membres du Parti communiste chinois interdits d’immigrer aux USA

Le saviez-vous ? 


Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

 

 

RECOMMANDÉ