Stonehenge : le mystère des origines des pierres est résolu

Par Mary Clark
31 juillet 2020
Mis à jour: 31 juillet 2020

Stonehenge, dans le Wiltshire, en Angleterre, a laissé le monde perplexe pendant des siècles. Pourtant, des scientifiques pensent avoir enfin résolu au moins un de ses anciens mystères, à savoir la provenance exacte d’un grand nombre des imposantes pierres qui le composent.

Et tout cela grâce à un échantillon de ces pierres qui a été conservé aux États-Unis pendant des décennies.

Les résultats de l’enquête, qui a duré deux ans, indiquent que les pierres géantes, appelées sarsens, proviennent d’un endroit situé à environ 24 km au nord du lieu où elles se trouvent actuellement dans la plaine de Salisbury, dans l’ancien cercle de pierres.

Souvenir

L’histoire de cette nouvelle découverte a commencé lorsqu’un échantillon de l’un des sarsens – la « pierre 58 » – a été extrait lors de travaux de conservation à la fin des années 1950, quand des tiges métalliques ont été insérées pour stabiliser un mégalithe fissuré.

L’échantillon a été remis en souvenir à Robert Phillips, qui avait participé aux travaux effectués sur ce magnifique monument mégalithique.

Robert Phillips l’a emportée avec lui lorsqu’il a émigré aux États-Unis en 1977, où il est resté jusqu’à ce qu’en 2018, il le rende pour des recherches à English Heritage, l’organisation de conservation qui s’occupe du site.

L’échantillon prélevé sur le grès a fourni des informations cruciales, permettant aux chercheurs d’étudier la composition chimique de la pierre et de la comparer à des roches similaires du sud de l’Angleterre.

Vue d’ensemble de Stonehenge. (Andre Pattenden/English Heritage)

Les nouvelles découvertes géochimiques, publiées dans la revue Science Advances, indiquent que 50 des 52 mégalithes gris pâle de Stonehenge proviennent d’un endroit appelé West Woods, situé à la lisière des Marlborough Downs du Wiltshire.

Selon Timothy Darvill, professeur d’archéologie à l’université de Bournemouth, qui a participé à l’étude, le travail scientifique était relativement simple, mais il était difficile d’établir la provenance des pierres, car le matériau dont elles sont constituées est très répandu.

« Ce que nous faisons est juste une simple affaire d’empreintes digitales. Nous prenons quelques pierres de Stonehenge même et nous en déterminons la géochimie. Pour cela, nous mesurons tous les oligo-éléments qui se trouvent dans la pierre. Maintenant, les sarsens sont des pierres vraiment difficiles à traiter, car elles contiennent 99 % de silice, et la silice est un minéral assez universel », a déclaré M. Darvill à Reuters.

Énormes pierres

Quinze des énormes pierres sarsen de Stonehenge, qui pèsent en moyenne 20 tonnes et peuvent atteindre 7 mètres de haut, forment la configuration centrale en fer à cheval du monument. Les pierres verticales et transversales du cercle extérieur, ainsi que la célèbre pierre du talon, la pierre des sacrifices et les pierres de position sont également des sarsens.

Sur les quelque 80 sarsens d’origine, 52 sont encore en place à Stonehenge. Les collines de Preseli, situées au Pays de Galles, à quelque 241 km de là, sont à l’origine des autres « pierres bleues » plus petites qui forment le cercle intérieur.

Cependant, « les sarsens – plus homogènes dans leur composition – ont été jusqu’à présent impossibles à identifier », a déclaré English Heritage dans un communiqué.

« Les archéologues et les géologues débattent depuis plus de quatre siècles sur l’origine des pierres de sarsen utilisées pour construire Stonehenge », a déclaré l’auteur principal de l’étude, David Nash, professeur de géographie physique à l’université de Brighton, dans un communiqué.

« Ces nouvelles données significatives permettront d’expliquer davantage la manière dont le monument a été construit et, peut-être, de mieux comprendre les itinéraires par lesquels les pierres de 20 à 30 tonnes ont été transportées. »

Mais il reste encore quelques mystères à résoudre.

« Nous ne savons toujours pas d’où proviennent deux des 52 sarsens qui composent le monument. Il s’agit de la pierre verticale 26 au point le plus au nord du cercle sarsen extérieur et de la pierre du linteau 160 du fer à cheval trilithon intérieur. Il est possible que ces pierres soient originaires de Stonehenge, mais à ce stade, nous ne le savons pas », a déclaré M. Nash.

Stonehenge est l’un des sites les plus connus du Royaume-Uni, et beaucoup pensent qu’il a des origines religieuses et mystiques.

Geoffrey de Monmouth, dans sa légende du roi Arthur, par exemple, un récit qui, jusqu’au Moyen-Âge, était considéré comme la véritable histoire de l’Angleterre, a même présenté Stonehenge comme une création de Merlin, le magicien.

Même si son rôle exact reste encore inconnu, Stonehenge, site du patrimoine mondial de l’UNESCO, reste un lieu fascinant et mystérieux qui, en temps normal, attire jusqu’à un million de visiteurs par an.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ