Il faut arrêter la coopération avec les génocides du Parti communiste chinois

Par Anders Corr
7 septembre 2021
Mis à jour: 7 septembre 2021

Xi Jinping, le secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC), a déclaré le 28 août : « [Nous] devons rester sur le terrain de l’idéologie. Nous devons aborder de manière active et constante les questions idéologiques qui impliquent des facteurs ethniques, et continuer à éradiquer les pensées toxiques du séparatisme ethnique et de l’extrémisme religieux. »

La déclaration de Xi est profondément raciste et sectaire compte tenu du contexte du triple génocide de la Chine contre les Ouïghours, les Tibétains et les pratiquants de Falun Gong.

S’adressant à une conférence nationale sur les affaires ethniques, Xi a déclaré que les participants devaient « prévenir fermement les risques majeurs et les dangers cachés dans les affaires ethniques ».

Ici, Xi justifie les génocides même lorsqu’il n’y a pas de « danger » ethnique évident, mais un danger « caché ».

Ne voyant apparemment pas sa propre hypocrisie, Xi a déclaré : « La coopération internationale contre le terrorisme devrait également être intensifiée, en travaillant avec les principaux pays, régions, organisations internationales et minorités ethniques chinoises de l’étranger. »

L’ethnicité convient apparemment à Xi tant qu’il s’agit de Chinois (lire han) de l’étranger. En fait, elle devrait apparemment être privilégiée pour la coopération. C’est encore plus raciste, notamment parce que les Tibétains et les Ouïghours ne sont plus autorisés à voyager et qu’ils ne sont donc pas les Chinois avec lesquels Xi encourage la coopération en matière d’« antiterrorisme international ».

Comment Xi propose-t-il exactement de coopérer avec les Chinois han aux États-Unis ou en Afghanistan, par exemple, contre le terrorisme et l’« extrémisme religieux » ? Pour obtenir quelques indices, lisez la dernière étude de cas de Freedom House sur la répression transnationale des minorités par la Chine.

La conférence à laquelle Xi s’est exprimé portait sur la « création d’un sentiment de communauté de la nation chinoise ».

Cette « communauté » est interprétée par les analystes chinois comme étant anti-américaine. « Les États-Unis ont commencé la guerre commerciale contre la Chine en 2018, suivie d’une guerre technologique et d’une guerre idéologique, y compris les allégations de violations des droits de l’homme au Xinjiang », a déclaré Xie Maosong, chercheur principal à l’Académie chinoise des sciences, au South China Morning Post. « Un sentiment de communauté au sein de la nation chinoise peut nous aider à faire face à la rivalité du pays avec les États-Unis. Il s’agit de la sécurité nationale et de la stabilité nationale, et nous ne devrions pas laisser cela affecter notre développement. »

Mais selon Teng Biao, chercheur à l’université de Chicago, et Terri Marsh, avocate internationale spécialisée dans les droits de l’homme, le PCC lui-même agit comme une organisation terroriste et devrait être reconnu comme tel par le gouvernement américain.

Coopérer avec le PCC sur quelque sujet que ce soit, y compris la lutte contre le terrorisme, est donc hypocrite et risque d’aller à l’encontre du but recherché, d’être raciste et sectaire étant donné les génocides de la Chine, son anti-américanisme et son immense et grandissant pouvoir.

Pourtant, l’administration Biden plaide apparemment en faveur d’une plus grande coopération, ce qui revient en réalité à une plus grande punition.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken soutenait la coopération avec Pékin sur le Covid-19, avant qu’il ne devienne secrétaire. Aujourd’hui, il soutient la coopération avec la Chine contre le terrorisme, alors même que le PCC mène un génocide contre les Ouïghours qu’il prétend faussement être une forme de contre-terrorisme. La Chine affirme également à tort l’existence du Mouvement islamique du Turkestan oriental (ETIM), qui est un « groupe terroriste ouïghour » issu de l’imagination intéressée du PCC.

En juillet, M. Blinken a invité à la coopération en disant que l’implication de la Chine en Afghanistan pourrait être « une chose positive ». Il a fait preuve d’une grande naïveté, ou pire, en disant cela.

Anthony Blinken a cofondé WestExec Advisors, qui « a vanté son travail consistant à aider les grandes universités américaines à courtiser les dons en Chine sans mettre en péril les subventions de recherche financées par le Pentagone », selon le site journalistique Washington Free Beacon. « Une version archivée du site de WestExec indique que les ‘universités de recherche américaines’ figurent parmi les clients de l’entreprise et que le cabinet de conseil travaille avec les écoles pour ‘rester un partenaire de confiance pour les subventions de recherche parrainées par le département de la Défense tout en développant la collaboration en matière de recherche à l’étranger, en acceptant des dons étrangers et en accueillant des étudiants étrangers dans des programmes STEM clés’. »

À une époque où le vol de propriété intellectuelle de la Chine aux États-Unis nous coûte jusqu’à 600 milliards de dollars par an, voilà l’homme que le président Joe Biden a choisi comme secrétaire d’État.

Le 29 août, M. Blinken était à nouveau au téléphone avec la Chine, cette fois avec le ministre des Affaires étrangères Wang Yi, qui aurait dit à notre secrétaire d’État « que la communauté internationale devrait s’engager auprès des nouveaux dirigeants talibans d’Afghanistan et les ‘guider positivement’ », selon un résumé Reuters d’une déclaration de Wang.

Une patrouille de talibans dans les rues de Kaboul, le 29 août 2021. (Aamir Qureshia/AFP via Getty Images)

Reuters a ensuite résumé la déclaration de Wang en disant que « Washington devrait travailler avec la communauté internationale pour fournir une aide économique et humanitaire à l’Afghanistan, aider le nouveau régime à gérer les fonctions gouvernementales normalement, maintenir la stabilité sociale et empêcher la dépréciation de la monnaie et la hausse du coût de la vie ».

En d’autres termes, selon Wang, les États-Unis devraient déverser de l’argent dans le gouvernement taliban, après que ce dernier a, pendant 20 ans, tué des Américains et protégé Oussama Ben Laden.

« Tout en respectant la souveraineté de l’Afghanistan, les États-Unis devraient prendre des mesures concrètes pour aider l’Afghanistan à lutter contre le terrorisme et à mettre fin à la violence, plutôt que de faire deux poids deux mesures ou de lutter contre le terrorisme de manière sélective », a déclaré Wang dans le communiqué. Il a reproché le « retrait précipité » des États-Unis, qui était en fait assez progressif et qui a débuté en 2011 sous la direction du président Obama, ce qui a potentiellement permis aux terroristes de « se regrouper et de revenir plus forts ».

Wang a apparemment ignoré les 20 ans d’engagement américain et d’allié pour construire la démocratie et l’État de droit en Afghanistan, période pendant laquelle la Chine a toujours soutenu le Pakistan, un État parrain du terrorisme. Ce parrainage incluait les talibans.

En juillet, Wang a accueilli le mollah Baradar, chef du bureau politique des talibans. Cette démarche était conforme aux années de soutien diplomatique et aux autres formes de soutien du PCC aux talibans.

Mais la semaine dernière, Blinken a apparemment été contraint par les circonstances à se concentrer sur l’objectif à court terme de l’évacuation de l’aéroport de Kaboul, plutôt que sur une stratégie à plus long terme. Ned Price, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a publié une déclaration indiquant que MM. Blinken et Wang ont discuté de « l’importance pour la communauté internationale de tenir les talibans responsables des engagements publics qu’ils ont pris concernant le passage en toute sécurité et la liberté de voyager pour les Afghans et les ressortissants étrangers ».

En d’autres termes, Washington implore les talibans et la Chine de laisser les Américains et leurs amis quitter Kaboul. Nos diplomates sont si désespérés qu’ils sont contraints à une panique que Wang utilise à l’avantage de la Chine.

Lors d’un appel du 16 août avec M. Blinken au sujet de l’Afghanistan, M. Wang aurait dit au secrétaire que « les États-Unis ne peuvent pas chercher activement, d’une part, à contenir et à supprimer la Chine et à porter atteinte aux droits et intérêts légitimes de la Chine, et, d’autre part, espérer la coopération de la Chine ». Wang a également critiqué les États-Unis pour avoir retiré l’ETIM de la liste des organisations terroristes.

Apparemment, la « coopération » de la Chine pour sortir notre peuple d’Afghanistan a un prix élevé : laisser la Chine s’étendre, et renoncer à notre morale démocratique, à notre éthique et à notre engagement en faveur des droits de l’homme. Rejoignez la lutte de Xi Jinping contre l’« extrémisme » ethnique et religieux « empoisonné » ou voyez nos amis et citoyens à Kaboul se faire tuer par les talibans soutenus par le PCC.

Cela devrait suffire à empêcher toute administration américaine sensée de discuter avec le PCC. Ce sont eux les extrémistes, et il ne devrait pas y avoir de négociation avec des terroristes, qu’ils soient du type taliban ou PCC.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ