Strasbourg : 4.000 personnes manifestent contre « le pass de la honte »

Par Epoch Times avec AFP
24 juillet 2021
Mis à jour: 24 juillet 2021

Quelque 4.000 personnes ont bruyamment manifesté samedi dans les rues de Strasbourg contre le pass sanitaire et l’obligation vaccinale en scandant « liberté, liberté » ou appelant Emmanuel Macron à la « démission », a constaté l’AFP.

Parti peu après 14H00 de la place Kléber derrière une banderole proclamant « Nous ne sommes pas de la chair à Macron », le cortège a longé l’hypercentre de la cité alsacienne, pour rallier vers 16H00 la place de la République.

« Ni État, ni patrie, ni patron. Il est temps de se réveiller », indiquait une autre banderole.

Poing levé, les manifestants ont scandé à plusieurs reprises « liberté, liberté » et appelé le chef de l’État à la « démission ».

Certains étaient munis de sifflets, de tambours ou de cornes de brume tandis que d’autres brandissaient des pancartes fustigeant « le pass de la honte » ou proclamant « la liberté ne s’injecte pas » ou encore « le seul bras que vous donne, c’est le bras d’honneur ».

Dans la foule, quelques « blouses blanches » étaient visibles. Parmi elles : Élodie, aide-soignante de 34 ans dans un Ehpad strasbourgeois. La jeune femme, l’une des dernières de son établissement à ne pas être vaccinée, dénonce « le chantage sur les soignants envoyés en première ligne » lors de la première vague et qu’on « menace » maintenant de « ne plus payer » et même de « virer ». « On nous ment depuis le début », s’énerve la trentenaire.

Sifflet pendu au cou, Mai, une Strasbourgeoise de 39 ans, manifeste elle « pour nos droits, nos libertés, nos enfants », s’inquiète-t-elle encore.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ