Strasbourg : « prière interdite, même en silence », sur ordre de la préfecture, dénonce le docteur en droit Grégor Puppinck

Par Nathalie Dieul
18 novembre 2020
Mis à jour: 18 novembre 2020

Les préfectures qui ont autorisé les manifestations des catholiques un peu partout en France dimanche dernier auraient donné l’ordre de ne pas prier et de ne pas s’agenouiller. À Strasbourg, la préfecture aurait été encore plus loin, intimant aux organisateurs de ne pas prier « même en silence », dénonce Grégor Puppinck, docteur en droit et président du European Centre for law & justice (ECLJ).

« Les préfectures nous ont interdit de célébrer la messe en plein air, en violation complète du droit. Plus encore, les préfectures nous ont même interdit de prier », a déclaré Grégor Puppinck lors d’un discours qui a eu lieu lors d’un rassemblement place Kléber à Strasbourg ce dimanche 15 novembre.

« La préfecture ne prétend pas seulement nous interdire de célébrer la messe et de prier, mais aussi de nous mettre à genoux », a ajouté le docteur en droit et diplômé de l’Institut des hautes études internationales.

En effet, le journal L’Alsace a rapporté les paroles de la directrice départementale de la sécurité publique du Bas-Rhin (DDSP 67) Annie Bregal : « Dès lors que des gens mettent un genou à terre, ça ne passe plus pour une manifestation. »

À Strasbourg, la préfecture est allée encore plus loin. « Et plus encore, tenez-vous bien, nous n’avons pas le droit de prier en silence. Nous avons reçu un email de la préfecture qui nous dit ‘attention, prière interdite, même en silence' », s’insurge Grégor Puppinck.

D’après lui, les « 30 à 40 manifestations » de fidèles qui ont eu lieu dans toute la France ce dimanche ont eu des bâtons dans les roues avant d’être légalement acceptées légalement par les préfectures. « Dans toute la France, les préfectures, sur ordre, ont essayé d’empêcher ces manifestations et nous interdisent de nous réunir devant les églises et les cathédrales », a expliqué le juriste français.

À Strasbourg, invoquant la liberté d’expression et la liberté de religion, Grégor Puppinck a rassuré les croyants, qui étaient environ 200, d’après le journal L’Alsace.

« Ne vous laissez pas impressionner. Cette pseudo interdiction qui est venue par la parole ou par quelques emails n’a aucune valeur juridique. Ils n’ont pas le droit de nous interdire de prier. Ils ne peuvent pas entrer dans nos cœurs », a déclaré le docteur en droit, avant d’inviter les manifestants à prier, et même « pour ceux qui le veulent, de relacer leurs chaussures », manière ironique de leur proposer de s’agenouiller.

Quelques catholiques de l’assistance ont donc décidé de se mettre à genoux pour prier, suivi par Grégor Puppinck. Dans la tribune publiée par Valeurs actuelles, on apprend que la police n’a sanctionné personne.

« C’est un devoir de résister à des ordres autant absurdes qu’illégaux », estime le juriste.

NOUVEL HORIZON – Prélèvement obligatoire d’ADN et de sang


Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ