Survivant d’un avortement et adopté, il devient un athlète de haut niveau au lycée – sans avoir de jambes et avec quelques doigts en moins

Par Robert Jay Watson
14 janvier 2020 Mis à jour: 14 janvier 2020

Né en 1996 en Russie, la mère biologique de Nik Hoot l’a mis au monde pendant un avortement tardif à 24 semaines. Nik n’aurait pas dû survivre à cette épreuve, mais même en tant que bébé prématuré, il était déterminé à s’en sortir. La procédure « ratée », qui a abouti à sa naissance lui a fait payer un terrible tribut, le privant de ses jambes et de ses doigts.

Cet horrible début ne l’a jamais empêché de tirer le meilleur parti de la vie qu’on lui a donnée. Ayant grandi à Woodburn, dans l’Indiana, au sein d’une grande famille qui comprend de nombreux autres enfants adoptés ayant des malformations congénitales, Nik est devenu un athlète vedette à son lycée, participant à des compétitions de baseball, de basketball, de football et de lutte malgré ses prothèses qui le désavantagent.

Pour Nik, son histoire est la preuve que tous les enfants méritent une chance. « N’importe qui peut devenir n’importe quoi », a-t-il déclaré au média WANE. « Se débarrasser d’un enfant comme ça, je pense que ce n’est pas bien. Je me considère comme un miracle. »

Lorsque les parents adoptifs de Nik, Apryl et Marvin Hoot, cherchaient à adopter en 1997, ils se sont concentrés sur les enfants russes. Après qu’Apryl et Marvin ont regardé et revu une vidéo contenant des informations sur les différents enfants qui ont été adoptés, Nik s’est démarqué pour eux. Comme l’a dit la mère adoptive Apryl à Canyon News, « Nik a été le dernier enfant à apparaître sur la vidéo. Des yeux brillants et un sourire incroyable, mais il avait à peine un an et il n’avait pas de jambes. »

Ils étaient au courant de l’handicap de Nik, et Apryl, qui avait 46 ans à l’époque, craignait de ne pas pouvoir s’occuper d’un enfant avec de tels défis. « Personne ne m’en voudra de ne pas avoir adopté un bébé à mon âge », se souvient-elle en se disant. « Surtout celui qui n’a pas de jambes. » Mais après une homélie de leur prêtre local sur la valeur de toute vie, elle et son mari, Marvin, ont estimé que ce bébé méritait un bon foyer et qu’ils étaient appelés à le lui fournir.

Pour les Hoot, qui avaient élevé leurs propres enfants biologiques et en avaient adopté d’autres, l’apprentissage dû aux prothèses était un nouveau domaine. Mais ils ont vite découvert que Nik était plus que prêt à relever le défi. Apryl a déclaré à WANE : « J’ai eu peur pendant deux semaines de mettre ses prothèses de jambes sur lui. Après avoir sauté le pas, ses jambes étaient finalement aussi faciles à habiller que celles des autres enfants. »

Ils n’étaient pas sûrs de la capacité de Nik à s’équilibrer, mais dès le début, il a eu l’intention de se déplacer. « Il a jeté son déambulateur environ deux jours après qu’on l’a acheté, il a utilisé les meubles pour se déplacer, et en deux semaines il courait. »

Au fur et à mesure que Nik grandissait, ses intérêts se sont clairement dirigés vers un domaine auquel personne ne s’attendait à ce qu’il s’intéresse : le sport. Bien qu’Apryl s’inquiétait de sa capacité à rivaliser avec d’autres enfants qui n’avaient pas d’handicap, lorsqu’elle a finalement accepté de le laisser essayer de s’intégrer à l’équipe de baseball, il a montré son courage.

« Pendant deux ans, je ne voulais pas qu’il joue au baseball », a-t-elle déclaré à WANE. « J’avais peur qu’il ne puisse pas courir assez vite comme les autres enfants. J’avais peur qu’ils se moquent de lui. J’avais tort. »

Au cours d’un match de championnat pour son équipe scolaire, Nik a volé la base à domicile, égalisant le match. L’équipe continuait à gagner, et Nik a reçu une grande ovation « des deux côtés », a déclaré Apryl Hoot.

Son père adoptif, Marvin Hoot, se souvient de la détermination qu’il a fallu à Nik pour y arriver. « C’était incroyable de le voir rentrer à la maison après tant d’efforts », déclare-t-il à WANE. « L’expression de son visage, essayant d’aller aussi loin que possible, pour arriver à aujourd’hui. »

Quant à Nik lui-même, il prétend n’avoir jamais été différent de ses coéquipiers ou concurrents, à l’exception peut-être de la course à pied. « Je trouve toujours un moyen de la contourner », explique-t-il en rigolant. La lutte, où Nik peut utiliser la force naturelle de son corps sans avoir à courir, s’est révélée être sa passion.

Pour lui, l’adversité dans un match de lutte reflète les obstacles qu’il a rencontrés dans le monde réel. « C’est tellement discipliné. Il y a tellement de choses qu’on ne peut pas faire au début, comme tout le travail et le conditionnement », explique-t-il à WANE. « Ça fait partie de la vie. Chacun va rencontrer beaucoup d’obstacles dans la vie, mais chacun doit vraiment les surmonter. »

Nik a tiré une satisfaction particulière de sa victoire aux compétitions scolaires, car c’était pour lui l’occasion de montrer ce que les personnes handicapées peuvent faire. « Le fait de savoir que tout le monde a les yeux rivés sur moi a rendu la victoire dans les compétitions encore plus spéciale », a-t-il dit. « Les gens n’ont pas l’habitude de voir quelqu’un comme moi lutter. Je sais que je dois y aller et être le meilleur. »

Pour sa mère, voir le courage et la force qu’il a fallu pour concourir a déjà fait de lui le vainqueur dans son coeur. « Qu’il gagne ou non […] cela n’a pas d’importance. C’est toujours un gagnant quoi qu’il arrive. » Maintenant que Nik a obtenu son brevet d’études générales, qu’il a eu 23 ans le 19 septembre 2019 et qu’il occupe un emploi à temps plein en aménagement paysager, sa mère continue de raconter son histoire pour montrer que chaque enfant mérite une chance.

Le frère cadet de Nik, Mitchell, qui a été adopté à Hong Kong et est né avec de multiples malformations congénitales, a suivi les traces de son grand frère en se lançant lui aussi dans la lutte. Pour Apryl Hoot, « les deux ont dépassé les attentes de la plupart des gens ».

« Malgré les malformations congénitales et les handicaps, ce sont des êtres humains entiers dignes d’être tout ce qu’ils peuvent être. »

RECOMMANDÉ