Taïwan met en œuvre des mesures urgentes suite à l’épidémie de peste porcine africaine aux Philippines

Par Frank Fang
11 septembre 2019 Mis à jour: 11 septembre 2019

TAIPEI (Taïwan) – Les autorités locales ont infligé une amende aux voyageurs qui apportent des produits à base de porc en provenance des Philippines, après que le pays d’Asie du Sud-Est a confirmé des cas de peste porcine africaine (la grippe A (H1N1)).

Le Centre central des opérations d’urgence de Taïwan, un organisme gouvernemental relevant du Conseil de l’agriculture, a signalé sur son site Web le 9 septembre que les Philippines viennent de devenir le huitième pays asiatique à être touché par la maladie, après la Chine, la Mongolie, le Vietnam, le Cambodge, la Corée du Nord, le Laos et la Birmanie.

En dehors de la Chine, aucun de ces gouvernements n’a signalé un seul cas de peste porcine africaine avant août de l’année dernière, lorsque le régime chinois a confirmé sa première flambée. Cependant, aucun de ces gouvernements n’a attribué la flambée du virus depuis celle de la Chine.

Bien que la maladie ne soit pas dangereuse pour l’homme, il n’existe pas de vaccin efficace contre le virus, qui peut se propager chez les porcs domestiques et sauvages.

La ville de Shenyang, capitale de la province du Liaoning, dans le nord-est du pays, a signalé le premier foyer de la maladie le 1er août 2018. Depuis lors, le foyer s’est étendu à toutes les provinces et municipalités chinoises. La Chine est le plus gros consommateur et producteur de porc au monde.

Le centre d’urgence de Taïwan a annoncé que les passagers des Philippines qui se font prendre avec des produits porcins par les douaniers taïwanais se verront imposer une amende de 200.000 nouveaux dollars taïwanais (6 407 $). Ceux qui ne peuvent pas payer la pénalité seront remis au bureau d’immigration local et se verront refuser l’entrée sur l’île.

L’annonce faite par les autorités taïwanaises est intervenue quelques heures seulement après que la Philippines News Agency (PNA) a annoncé que William Dar, secrétaire du ministère de l’Agriculture, avait confirmé que 14 des 20 échantillons de sang de porcs philippins infectés envoyés au Royaume-Uni pour y subir un test étaient positifs pour cette maladie.

Plus de 7 000 porcs ont été abattus dans deux provinces, Bulacan et Rizal, le mois dernier, a déclaré William Dar, lors d’une conférence de presse. L’industrie porcine du pays est évaluée à 260 milliards de pesos philippins (environ 4 525 500 €), dont environ 12 millions de porcs.

Il a ajouté que le ministère vérifie si la souche virale à l’origine de l’éclosion est similaire à celles trouvées au Vietnam et en Chine.

En mai, Hong Kong a abattu 6000 porcs à la suite de la découverte de la peste porcine africaine dans l’un de ses abattoirs. Depuis octobre de l’an dernier, les autorités taïwanaises ont testé les saucisses de porc importées de Macao, qui se sont révélées positives au moins six fois pour la maladie.

Le 9 août, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a signalé qu’entre août 2018 et août 2019, près de 5 millions de porcs sont morts ou ont été abattus à cause de la maladie en Asie.

Le centre d’urgence de Taïwan a ajouté qu’il avait obtenu d’une source fiable et anonyme que le foyer de peste porcine africaine aux Philippines s’était déclaré à la mi-août.

Les voyageurs qui entrent à Taïwan ne sont généralement pas autorisés à apporter des produits carnés en provenance de pays étrangers. Mais beaucoup enfreignent les règles.

En novembre de l’année dernière, à la suite de la propagation rapide de la peste porcine africaine en Chine, les autorités taïwanaises ont adopté des sanctions plus sévères pour ceux qui enfreignent la réglementation douanière.

Et depuis février, les autorités douanières taïwanaises ont renforcé l’application de la loi pour s’assurer que les produits du porc provenant de pays touchés par la peste porcine africaine ou sujets à cette maladie sont détectés.

Le 2 février, le centre d’urgence a commencé l’inspection aux rayons X des bagages de cabine des voyageurs en provenance de Chine, de Hong Kong et de Macao à l’aéroport international de Taoyuan.

En avril 29, soit 10 jours après l’annonce faite à Pékin que les 31 provinces et municipalités avaient été touchées par l’éclosion, les inspections aux rayons X sur les bagages à main ont été étendues aux voyageurs des « régions à haut risque » : Vietnam, Cambodge, Birmanie et Thaïlande.

En août, le centre a également désigné les Philippines comme « région à haut risque ».

Le centre a également ajouté à la liste la Corée du Nord, le Laos et la Russie, ainsi que les pays qui n’ont pas signalé de cas de peste porcine africaine, mais qui sont à risque en raison de leur proximité avec des pays infectés – Corée du Sud, Malaisie, Singapour, Indonésie et Brunei – afin de protéger l’industrie porcine de l’île contre cette maladie.

Rien qu’en Chine, on compte au moins 26 millions de producteurs porcins, dont près de 50% de petits éleveurs.

Bien que non dangereuse pour les humains, cette maladie virale très contagieuse est mortelle pour les porcs domestiques et sauvages, entraînant des pertes économiques importantes pour le secteur porcin.

RECOMMANDÉ