Les talibans vont probablement poursuivre le commerce lucratif de la drogue en Afghanistan, selon les experts

Par Rachel Brooks
6 septembre 2021
Mis à jour: 6 septembre 2021

Avec la prise de contrôle par les talibans de larges pans du territoire afghan, le groupe est sur le point de prendre le contrôle du commerce de l’opium et de l’héroïne, qui représente des milliards de dollars.

L’Afghanistan est le plus grand fournisseur d’opiacés illicites au monde, l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC) estimant que le pays représente 80 % de l’approvisionnement mondial en opium et en héroïne.

Depuis sa prise de pouvoir à Kaboul, le groupe a indiqué qu’il allait prendre des mesures pour interdire le commerce de la drogue. Mais comme les talibans cherchent à s’assurer des rentrées d’argent pour soutenir un nouveau régime, les analystes pensent que le commerce de la drogue, déjà très actif dans le pays, continuera à se développer.

Narcotiques clandestins

Les talibans ont exploité le commerce illicite de l’opium et de l’héroïne en Afghanistan pour leur propre profit économique depuis que le groupe s’est formé et a pris le pouvoir au début et au milieu des années 1990.

« Les talibans se considèrent comme de fervents musulmans. Mais lorsqu’il s’agit de cultiver et d’exporter de l’opium, ils n’ont aucun problème », a déclaré Terry Blevins, directeur général d’ARMAPLEX Security et ancien sergent de police.

Si le groupe terroriste a changé de discours sur son commerce de stupéfiants par le passé, il a toujours utilisé la drogue pour financer ses opérations, selon Jason Li, chercheur associé au programme pour l’Asie de l’Est au Centre Stimson.

Les estimations des revenus annuels des talibans provenant du commerce de la drogue vont de quelques dizaines de millions de dollars à 400 millions de dollars, que le groupe gagne en prélevant des taxes sur la production d’opium, les laboratoires d’héroïne et les trafiquants de drogue, selon un rapport de l’ONU. Un rapport de 2018 de l’inspecteur général spécial pour la reconstruction de l’Afghanistan (SIGAR) indique que les stupéfiants illicites représentent 60 % des revenus annuels des talibans.

Avec leur éventuel retour au pouvoir, les talibans pourraient adopter une position officielle similaire à celle qu’ils ont adoptée en 2000, lorsqu’ils ont interdit le commerce de l’opium en Afghanistan dans l’espoir d’être reconnus par la communauté internationale, a déclaré Li. Les talibans ont fini par modifier cette position à la suite d’une réaction populaire contre cette politique.

Mais même si les talibans adoptent un tel discours public pour apaiser les autres États, Li pense que le commerce illicite de l’opium dans le pays ne sera pas affecté.

Récemment, le Wall Street Journal a rapporté que les dirigeants talibans avaient demandé aux agriculteurs locaux de cesser de cultiver le pavot à opium, après qu’un porte-parole eut promis, le 18 août, qu’un nouveau régime sous l’égide des talibans ne sanctionnerait pas le commerce de la drogue.

« Le commerce illicite d’opiacés à partir de l’Afghanistan va probablement se poursuivre, sous des auspices secrets et moins officiels. La production illicite n’a pas été endiguée sous le régime Ghani, soutenu par les États-Unis », a déclaré Li, en référence à l’ancien gouvernement afghan qui s’est effondré lorsque le président Ashraf Ghani a déserté Kaboul.

Li a noté que, selon l’UNODC, les profits tirés de l’opium et de l’héroïne ont augmenté ces dernières années.

« Cela a des conséquences importantes sur la façon dont les talibans vont définir leur position sur les flux de drogues illicites en quête de reconnaissance internationale », a-t-il dit.

Alors que les talibans risquent une forte réaction mondiale s’ils soutiennent le commerce illicite de la drogue, les analystes s’attendent à une hausse de la production, le groupe cherchant à s’assurer des sources de financement.

« La plupart des experts pensent qu’il y aura une augmentation drastique », a déclaré M. Blevins.

La drogue finit en Europe

Le fait que les talibans tirent profit du commerce de l’opium a contribué à alimenter la crise de la drogue en Occident.

« La grande majorité de l’opium créé en Afghanistan est vendu en Europe », a dit Gary Hale, ancien chef du renseignement à la Drug Enforcement Agency (DEA) de Houston, notant que plus de 90 % de l’opium afghan finit sur le continent.

Selon la DEA, seul 1 % environ de l’héroïne vendue aux États-Unis provient d’Afghanistan.

M. Hale a fait remarquer que la DEA peut déterminer la destination de l’héroïne produite en Afghanistan parce que les services de renseignement du gouvernement analysent la signature chimique des différentes qualités d’opium de rue, et que la signature chimique unique de l’opium afghan a été tracée principalement jusqu’aux drogues vendues en Europe.

« Une conséquence inattendue des revenus générés par les ventes d’opium en Europe est qu’une partie importante de ces revenus est utilisée à des fins terroristes », a déclaré M. Hale.

Les talibans utilisent le produit de la vente de stupéfiants illégaux dans le monde occidental pour fournir à l’organisation une formation et des armes, a-t-il ajouté.

Pendant la guerre menée par les États-Unis en Afghanistan en 2001, démolir le commerce de stupéfiants des talibans était une préoccupation majeure de la mission américaine, qui cherchait à limiter la capacité d’Al-Qaïda, des talibans et d’autres groupes terroristes à cibler les États-Unis.

« Après le 11 septembre, 75 à 100 agents de la DEA et des équipes de soutien consultatif déployées à l’étranger (FAST) ont été envoyés pour localiser les bazars d’héroïne en Afghanistan », a déclaré M. Hale.

Il a noté que la présence de la DEA dans la région était justifiée à l’époque par le fait que la production de drogue était une activité importante pour les combattants islamistes.

Difficile d’endiguer le flux

Alors que les puissances occidentales sont toujours aux prises avec les implications sécuritaires de l’émergence d’un Afghanistan contrôlé par les talibans, un commerce de la drogue en plein essor pourrait compliquer davantage les choses.

De 2002 à 2017, les États-Unis ont dépensé 8,6 milliards de dollars pour tenter de couper l’accès des talibans à ce commerce lucratif, notamment par l’éradication du pavot, des frappes aériennes et des raids sur les laboratoires de drogue, selon le rapport SIGAR de 2018. Mais ces efforts se sont avérés futiles, a noté SIGAR, car l’Afghanistan reste la principale plaque tournante de la production et du commerce illégal d’opium.

M. Blevins a noté que les efforts mondiaux de lutte contre les stupéfiants sont désormais confrontés à d’énormes défis compte tenu de la prolifération d’une série de drogues illicites en Occident.

« L’arrivée d’un plus grand nombre de produits illégaux sur les marchés rend plus difficile l’avancement de la réforme de la politique antidrogue », a-t-il déclaré.

Si l’Occident ne verrait pas d’un bon œil que les talibans soutiennent un commerce de drogues illicites, ce n’est peut-être pas le cas des voisins de l’Afghanistan, la Chine et la Russie.

« La Chine, comme la Russie, cherche à saper les États-Unis à la moindre occasion, de sorte que les Russes et les Chinois s’empressent de nouer des liens avec les talibans pour un certain nombre de raisons géopolitiques », a dit M. Hale.

Bien que le régime chinois n’ait pas encore reconnu les talibans, les officiels et les médias d’État ont maintenu une position amicale envers le groupe. Selon les analystes, l’acceptation des talibans par Pékin est due en partie aux opportunités économiques que l’Afghanistan offre au Parti communiste chinois. Mais surtout, Pékin cherche à s’assurer que les talibans n’abritent pas d’insurgés prêts à attaquer la région chinoise du Xinjiang, une préoccupation majeure pour le régime communiste.

« Bien que la Chine et la Russie ne cautionnent ni ne soutiennent directement la contrebande de drogue en provenance d’Afghanistan, elles fermeront les yeux sur la production et la distribution d’héroïne afghane », a déclaré M. Hale.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ