Tarn : il découvre un étrange coffret dans son jardin et soupçonne l’installation d’un concentrateur Linky en son absence

Par Séraphin Parmentier
11 septembre 2020
Mis à jour: 11 septembre 2020

Furieux, le propriétaire des lieux exige qu’Enedis retire le coffret en question. De son côté, la société affirme que celui-ci est vide, sans toutefois préciser s’il est bel et bien destiné à accueillir un concentrateur.

Le 17 février dernier, François Mahous, un habitant du hameau de Roussoulp, dans la commune de Pont-de-Larn (Tarn), se rend compte qu’un coffret qu’il pense être un concentrateur Linky a été monté sur un poteau électrique situé sur son terrain.

« J’étais absent de mon domicile et je me suis rendu compte à mon retour, qu’un concentrateur du système ‘Linky’ avait été installé, sans mon autorisation et en mon absence, sur un poteau électrique dans mon terrain, à quelques mètres de mon habitation ! » a expliqué M. Mahous dans les colonnes de La Dépêche.

Furieux, le Tarnais finira par contacter Enedis pour obtenir des explications.

« […] L’appareil est à 5 mètres 10 de l’angle du mur de l’habitation. J’ai appelé EDF. Mon interlocuteur m’a dit que Enedis allait me rappeler dans les quinze jours. C’était il y a plus de trois mois… et j’attends toujours le coup de fil ! » poursuit François Mahous.

Convaincu que le coffret installé par Enedis à proximité de son domicile pouvait générer des rayonnements nocifs, le Tarnais a décidé de se rapprocher du collectif Stop Linky Tarn Sud (SLTS) afin d’exiger son retrait, quitte à saisir la justice.

« La pose de ce concentrateur dans ma propriété est totalement illégale. Nous avons envoyé, le 5 mai un courrier de mise en demeure pour qu’ils enlèvent cet appareil. Il n’y a pas de réponse », tempête M. Mahous.

« La puissance de cet émetteur étant inférieure à 5 watts, Enedis peut l’installer dans l’espace public. Mais il ne peut l’installer sur un espace privé sans l’accord du propriétaire », souligne Patrick Goyaud – expert pour le collectif SLTS – dans la lettre adressée par M. Mahous à Enedis.

« C’est à partir d’un concentrateur qu’est généré pour un quartier le CPL Linky sur le réseau basse tension local. Le concentrateur est le chef d’orchestre du système Linky. Les compteurs Linky rattachés à cette grappe vont s’en servir pour récupérer les infos et ordres transmis […] », précise M. Goyaud.

« Ce concentrateur émet des rayonnements électromagnétiques par le CPL dans les câbles, mais aussi par la retransmission aérienne. La proximité d’un concentrateur peut être dommageable au plan sanitaire », ajoute-t-il.

Enedis affirme que le coffret installé est vide

Sur son site, l’Agence nationale des fréquences (ANFR), un établissement public administratif en charge de la gestion du spectre radioélectrique sur le territoire français, donne quelques précisions sur le fonctionnement d’un concentrateur Linky.

« Un dispositif de stockage, le concentrateur, situé dans le transformateur du quartier, interroge le compteur une fois par jour entre minuit et 6 heures du matin pour collecter les index stockés au cours de la journée écoulée. Le concentrateur transmet ensuite ces données à un serveur informatique par un réseau de téléphonie mobile existant. En plus de cette collecte quotidienne, le concentrateur interroge l’ensemble des compteurs qui lui sont rattachés à intervalles réguliers afin de surveiller l’état général du réseau basse tension. Les échanges entre le compteur et le concentrateur utilisent une technologie existante : celle des courants porteurs en ligne (CPL) déjà bien répandue dans nos domiciles (par exemple les boitiers CPL branchés sur l’alimentation entre la box internet et le décodeur TV). La technologie CPL consiste à utiliser le réseau électrique pour propager les signaux par conduction dans les câbles électriques. Les compteurs Linky ne sont donc pas des émetteurs radioélectriques. »

Contacté par la rédaction du site du média Capital, Enedis assure que les griefs de François Mahous ont été entendus et que la société est « en train d’instruire le dossier ».

« C’est un coffret vide qui a été installé. Et le poteau en question fait aussi office d’éclairage public. Aucun compteur ou concentrateur Linky n’a donc été installé », affirme également l’entreprise.

Enedis n’a toutefois pas voulu préciser si le coffret installé sur le poteau électrique était à terme destiné à accueillir un concentrateur Linky.

FOCUS SUR LA CHINE – Des poissons morts sur 4 km de plage en Chine

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ