Une télévision chinoise intelligente surveillait les appareils électroniques de la maison et envoyait les données à un serveur extérieur

Par Jessica Mao
2 mai 2021
Mis à jour: 7 mai 2021

Récemment, un internaute de Chine continentale nommé « v64500 » a écrit sur le forum en ligne « V2EX » que son téléviseur connecté à Internet analysait les appareils électroniques de sa maison et téléchargeait les données à une entreprise appelée « Gozen Data ». L’internaute a révélé que son téléviseur est une marque de Chine continentale appelée « Skyworth ».

L’internaute a pensé que la télévision était un peu lente et a vérifié son programme de service dorsal. Il a « trouvé quelque chose appelé ‘Gozen Data’ et n’avait aucune idée de ce que cela faisait là ».

L’internaute a déclaré que la télévision utilisait le système Android. Après avoir étudié les données pendant un moment, v64500 a découvert que « cette chose [Gozen Data] scanne tous les appareils connectés à Internet dans ma maison toutes les 10 minutes ».

« Il renvoie tout, y compris le nom d’hôte, l’adresse MAC, l’IP et même la latence du réseau. Il scanne également les noms des SSID Wi-Fi environnants et les adresses MAC environnantes, et les renvoie collectivement au nom de domaine gz-data.com », explique-t-il.

« En d’autres termes, des informations telles que les appareils intelligents présents dans la maison, la présence ou non de votre téléphone portable, les personnes connectées à Internet dans votre maison et le nom du Wi-Fi de votre voisin sont collectées et téléchargées vers ce domaine à tout moment. Êtes-vous sûr qu’il ne s’agit pas d’un service d’espionnage ??? », demande v64500 dans son message.

Il a également effectué une analyse de code et a mis en ligne une capture d’écran des résultats, qui montre que l’application du service Gozen Data correspondait à TVAC.apk, une application de jeu gratuite pour Android.

« Il y a beaucoup de codes dedans. L’une des logiques est que l’ARP scanne le réseau local et télécharge les informations de tous les appareils connectés à Internet », a déclaré v64500.

Ce message a suscité une grande attention et un débat animé parmi les internautes.

L’internaute zro a déclaré : « Je n’oserais pas connecter ce type de télévision à Internet, même chez moi. »

Un autre internaute a déclaré : « Mon routeur Xiaomi continue de demander le nom de domaine API.miwifi.com, une fois toutes les 3 secondes, et je ne sais pas pourquoi il fait cela. Je suis terrorisé. »

Deux femmes passent devant un magasin Xiaomi à Pékin, en Chine, le 15 janvier 2021. (Greg baker/AFP via Getty Images)

« C’est pourquoi le signal Wi-Fi doit être caché. Il y a trop d’ordures [chinoises] fabriquées dans le pays. Pas étonnant que [le Parti communiste chinois (PCC)] ait été sanctionné par les États-Unis », a déclaré l’internaute free9fw.

« C’est pourquoi nous avons besoin d’un plan de réseau propre », a déclaré l’internaute vinsony.

Skyworth désactive immédiatement le service de données Gozen

Le 27 avril, Skyworth TV a publié une déclaration sur son site officiel, indiquant que la société avait immédiatement désactivé le service Gozen Data sur tous les téléviseurs Skyworth.

La déclaration indique que le service est fourni par Beijing Gozen Data, qui s’est associé à Coocaa, une société de cybertechnologie de Skyworth. Coocaa aurait envoyé une lettre à Gozen Data pour annuler leur contrat.

Selon le site officiel de Gozen Data, la société est « une entreprise tierce de big data dédiée au marketing intelligent des données des ménages », et c’est aussi « la première entreprise de big data en Chine dont les données des ménages constituent le cœur. » À l’heure actuelle, les données de l’entreprise « couvrent efficacement 149 millions de ménages, 457 millions de personnes et plus de 140 millions de terminaux de télévision intelligente », selon le site Web de l’entreprise.

Dès 2014, Gozen Data a officiellement établi un partenariat stratégique avec la société Coocaa de Skyworth. À cette époque, Gozen avait conclu un partenariat stratégique à long terme avec des fabricants de téléviseurs chinois et étrangers, notamment Skyworth, TCL, Changhong, Konka, Fun TV, Whaley, Sanyo, Toshiba et Philips. Elle coopère également avec des entreprises technologiques comme Coocaa et des fournisseurs de contenu comme TVMao. Elle obtient des données de première main sur les téléviseurs intelligents en installant des SDK (kits de développement logiciel) via une couche d’abstraction de plate-forme (PAL), qui modifie le logiciel d’origine.

La surveillance du PCC en Chine

En Chine continentale, la surveillance du PCC est partout. Les résidents chinois vivent sous le contrôle du système « Police Cloud » du PCC et toutes les informations personnelles, y compris les vêtements, la nourriture, le logement et les transports, sont collectées et surveillées par le système.

Cette photo montre des caméras de surveillance Dahua en cours d’installation sur l’immeuble de bureaux de Dahua Technologies à Hangzhou, dans la province chinoise du Zhejiang (est), le 29 mai 2019. (Photo par STR / AFP) / Chine OUT (Photo par STR/AFP via Getty Images)

Le système Police Cloud du PCC extrait les données des vidéos, des communications vocales, de la localisation des téléphones portables et d’autres ressources sociales.

La province de Guizhou est la première zone pilote nationale de big data en Chine, et les autorités policières de la province ont établi ce qu’on appelle une « cage de fer des données », les utilisant dans toutes ses opérations, y compris les répressions et la prévention du crime, la gestion et le contrôle (de l’ordre social).

Le 20 décembre de l’année dernière, l’internaute catcarterpi a publié une photo sur Twitter et a déclaré : « Big data, les prisons à ciel ouvert prennent forme. »

Sur la photo, le système d’« analyse vidéo de surveillance de la zone de l’hôtel de ville » surveille de près les pétitionnaires, les délinquants toxicomanes et les criminels. Le système surveille également les activités, ou « traces de mouvement » de ces personnes, ou « personnes clés » comme on les appelle dans le système, à différents moments de la journée. Le bas de l’image affiche les informations personnelles et les informations de vol d’une personne, ainsi qu’une petite ligne blanche indiquant « informations démographiques et biométriques ».

Des rapports internes du PCC obtenus par Epoch Times révèlent que les gouvernements locaux chinois surveillent quotidiennement les personnes sur Internet.

Le PCC collecte des données dans le monde entier

Le PCC ne se contente pas de surveiller ses propres résidents, il collecte également des données à l’échelle mondiale.

Une employée de Huawei utilise son téléphone portable lors du Huawei Digital Transformation Showcase à Shenzhen, dans la province chinoise du Guangdong, le 6 mars 2019 (Mme Wang Zhao/AFP/Getty Images).

Claudia Rosett, membre adjointe de l’Institut Hudson, a déclaré dans un article publié par le Wall Street Journal en octobre dernier que le PCC « utilise les Nations unies pour étendre son champ de surveillance ». L’ONU a mis en place des plans de données mondiaux avec le régime chinois, notamment « un centre de recherche pour le traitement des données des États membres de l’ONU et un centre géospatial pour exploiter les prouesses de la Chine en matière de surveillance par satellite ».

« Le centre géospatial sera basé dans le comté de Deqing, dans la province du Zhejiang, où se trouve un parc industriel géospatial et qui a accueilli en 2018 un congrès mondial d’information géospatiale de l’ONU », précise l’article.

En septembre 2020, on a découvert que la société Shenzhen Zhenhua Data Information Technology Company (Zhenhua) avait collecté d’énormes quantités de données sur plus de 2,4 millions de personnes et 650 000 organisations dans le monde.

Zhenhua « construit des outils pour traiter les informations de source ouverte du monde entier sur les personnes influentes – extraites de Twitter, des casiers judiciaires, des posts LinkedIn, des vidéos YouTube, et plus encore – en données qui peuvent être analysées et utilisées par les universités, les entreprises, les acteurs gouvernementaux et l’armée chinoise », indique un rapport du Globe and Mail.

Un rapport du Washington Post du 14 septembre 2020 indique que « les documents de marketing et de recrutement de Zhenhua caractérisent l’entreprise comme une société patriotique, avec l’armée comme principale clientèle cible ».

« Les chercheurs et les fonctionnaires américains actuels et anciens disent que l’OKIDB [Overseas Key Information Database] semble concorder avec un acharnement de plusieurs années du gouvernement chinois pour étendre la capacité du pays à récolter de grandes quantités de données à des fins stratégiques. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ