Témoignage d’un mari dont la femme enceinte est morte du coronavirus 12 jours après les premiers symptômes: « Elle avait les poumons blancs »

Par Angela Bright
3 février 2020 Mis à jour: 4 février 2020

Weng Qiuqiu (pseudonyme), une femme de 31 ans originaire de la ville de Huanggang, dans la province du Hubei, est tombée malade peu après sa grossesse. Elle a souffert de maux de tête, de toux, de difficultés respiratoires et est décédée 12 jours plus tard seulement. 

On dit que ses poumons étaient « devenus blancs » et qu’elle est morte sans savoir de quoi elle souffrait.

Selon ThePaper.cn, le mari de Weng, Chen Yong (pseudonyme), a déclaré que le 7 janvier, sa femme s’était rendue dans un marché de produits frais pour acheter des têtes de poisson, du poulet et des légumes. De retour à la maison, elle a fait un ragoût et a dîné avec sa famille. Elle a beaucoup mangé.

« Le 8 janvier, ma femme a dit qu’elle ne se sentait pas bien. Le 9 janvier, elle était à la maison avec sa fille de 5 ans. À midi, elle m’a envoyé un message sur WeChat, disant qu’elle avait un rhume. Elle m’a demandé de lui apporter des médicaments contre le rhume après le travail et d’acheter une boîte de tests de grossesse. Elle se doutait qu’elle était enceinte. »

« Ce jour-là, je suis rentrée chez moi en lui donnant des médicaments contre le rhume et des kits de test de grossesse. Le soir, elle m’a dit qu’elle était enceinte, et j’étais très heureux. Elle a mangé un grand bol de riz quand j’ai préparé le dîner du soir, mais elle ne se sentait pas bien », a déclaré M. Chen.

« Le 10 janvier, elle m’a réveillé vers 3 h du matin, en me disant qu’elle se sentait malade », a déclaré M. Chen. « Elle avait mal à la tête, à la gorge et souffrait d’une fièvre de plus de 38 °C . Cette nuit-là, avec son enfant, nous avons pris le vélo électrique pour nous rendre à l’hôpital. »

« Nous nous sommes rendus à l’hôpital de médecine traditionnelle chinoise de la ville de Huanggang. Le médecin a dit que nous devions attendre le jour pour une injection. Nous avons rapporté des médicaments contre le rhume. Sur le chemin du retour, il a commencé à pleuvoir. Nous sommes rentrés à la maison vers 4 h du matin et ma femme toussait et ne pouvait pas dormir. »

« Il a plu toute la journée ce jour-là, et nous sommes retournés à l’hôpital vers 7 h. Après avoir passé une radiographie, le médecin a dit que sa gorge était infectée et enflammée. Comme ma femme était enceinte et ne pouvait pas prendre de médicaments ni se faire d’injection, nous sommes allés au centre de soins de santé maternelle et infantile de Huanggang. »

M. Chen a poursuivi : « À ce moment il était déjà midi. Nous avions prévu de rentrer d’abord chez nous et d’aller au centre de services dans l’après-midi. De retour à la maison, je lui ai fait une bouillie de mil. Elle ne pouvait plus en manger après seulement quelques bouchées. »

« Dans l’après-midi, nous sommes allés au centre de soins de santé maternelle et infantile. Le médecin a dit que les femmes enceintes ne peuvent pas prendre ni médicaments ni piqûres. Nous sommes retournés à l’hôpital de médecine traditionnelle chinoise et nous sommes allés au service respiratoire. À ce moment-là, ma femme avait des difficultés à respirer, était trop faible pour marcher et avait visiblement plus froid que d’habitude. »

« Après avoir fait un électrocardiogramme à l’hôpital de médecine traditionnelle chinoise, le médecin a demandé le transfert à l’hôpital central de Huanggang. Faute d’y être soignés, nous nous sommes ensuite rendus à l’hôpital de l’Union de Huanggang. »

« Il était alors entre 16 h et 17 h. Ma femme ne pouvait plus parler, et j’étais très contrarié… »

M. Chen souligne : « La journée a été longue et à 23 h, ma femme a finalement été transférée dans un hôpital 3A à Wuhan. »

« Quand nous sommes arrivés à l’hôpital de Wuhan, le médecin m’a dit que ma femme avait une infection bactérienne et que ses poumons étaient devenus blancs. »

« Le soir du 10 janvier, ma femme a été emmenée à l’hôpital de Wuhan. Au début, elle a été admise au service des fièvres. Le 11 janvier, à 1 h ou 2 h du matin, elle a été transférée aux urgences et amenée rapidement  au service de soins intensifs. »

« Il y avait de nombreux patients à l’hôpital cette nuit-là, dont certains ne portaient pas de masque. »

« Elle a été mise en quarantaine après avoir été admise à l’unité des fièvres, où les médecins ont dit qu’elle avait été infectée par une pneumonie de cause inconnue. »

« Le 11 janvier, j’ai été dévasté lorsque le médecin m’a dit que ma femme était très malade et avait besoin d’équipement pour modifier le plan de traitement. Le coût était élevé, à 20 000 yuans (2 598 euros) par jour et avec moins de 10 % de chances de survie. »

« Je vivais dans un foyer d’accueil à proximité. Je ne pouvais pas rendre visite à ma femme à l’hôpital, et je passais chaque jour à essayer de trouver un moyen de collecter des fonds. Les trois premiers jours après son entrée à l’hôpital, cela coûtait 50 000 ou 60 000 yuans par jour, puis 20 000 yuans par jour. »

« Je voulais voir ma femme, je voulais lui parler… mais je n’ai pas pu le faire », s’est lamenté M. Chen. « Parfois, j’appelais pour parler au médecin. Chaque fois que j’appelais, on me disait qu’elle n’était pas réveillée, et que son état était aussi grave, voire plus grave qu’avant. »

« Elle était déjà enceinte et son système immunitaire avait décliné. Le médecin m’a dit que les mains de ma femme étaient de couleur violette, puis ses pieds sont devenus de la même couleur aussi, et son état se détériorait très rapidement. »

« Après que ma femme est allée en soins intensifs, je ne l’ai plus jamais revue jusqu’à ce qu’elle soit en cendres. Le 21 janvier à midi, je ne pouvais vraiment plus emprunter de l’argent, et l’état de ma femme ne s’était pas amélioré. J’étais vraiment frustré. »

Après avoir dépensé les frais médicaux empruntés qui s’élevaient à 200 000 yuans (25 265 euros), l’état de Weng Qiuqiu ne s’était toujours pas amélioré. Chen Yong a finalement signé le consentement pour renoncer au traitement.

Weng Qiuqiu est morte une heure plus tard, à 13 h 46. Ce soir-là, son corps a été transporté au funérarium pour être incinéré. Le certificat de décès mentionnait un choc infectieux, une insuffisance respiratoire et circulatoire et une pneumonie grave.

Le lendemain du décès de sa femme (22 janvier), M. Chen s’est rendu au salon funéraire de Wuchang pour récupérer l’urne. Il y avait une dizaine de personnes là, tout comme lui, qui attendaient les restes de leurs proches.

En janvier, une épidémie de pneumonie due au nouveau coronavirus se propageait dans tout le pays en provenance de Wuhan, à une centaine de kilomètres du comté de Qichun dans la ville de Huanggang, où vivait Weng Qiuqiu. Huanggang est la région la plus touchée, juste à côté de Wuhan.

RECOMMANDÉ