Tenir tête à la Chine communiste : un appel pacifique qui a marqué l’histoire

Par Eva Fu
26 avril 2021
Mis à jour: 30 avril 2021

NEW YORK – Les jours de Pékin ont toujours été un peu poussiéreux et gris dans la mémoire de Zhang Yijie. Ce jour-là n’était pas différent.

Chef de division au ministère du Commerce extérieur et de la Coopération économique, elle venait de rentrer d’un voyage d’affaires d’un mois en Allemagne. C’était l’après-midi et il n’y avait pas de temps à perdre. En posant ses bagages, au lieu d’aller déjeuner, elle a directement pris son téléphone. Elle avait hâte de contacter son groupe d’amis avec qui elle étudiait les enseignements du Falun Gong et pratiquait quotidiennement des exercices de méditation.

Mais elle n’a trouvé personne.

Puis, un appel urgent de son directeur Shi Guangsheng à son mari, qui travaillait également au Ministère, a retenti. Il s’est précipité dans une autre pièce, fermant la porte derrière lui.

Tout cela a mis Zhang Yijie mal à l’aise. Sur la pointe des pieds, elle apprend qu’un groupe de pratiquants de Falun Gong s’est rendu à Zhongnanhai, l’enceinte des hauts dirigeants du Parti communiste chinois (PCC).

« Allez à la manifestation et dites à tous les employés du ministère du Commerce extérieur qui y assistent de partir immédiatement », a dit le directeur à son mari.

Ce jour-là, le 25 avril 1999, environ 10 000 pratiquants venus de tout le pays se sont rassemblés, pour la plupart le long des murs rouges entourant le complexe gouvernemental de la rue Fuyou, pour réclamer leur droit de pratiquer librement le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa.

Présentée pour la première fois au public en 1992, cette pratique spirituelle s’est répandue de bouche à oreille dans tout le pays, et entre 70 et 100 millions de personnes la pratiquaient en 1999. Les pratiquants pouvaient être vus en train de faire les lents exercices de méditation de la pratique tous les matins dans les parcs à travers la Chine. Pourtant, ces dernières années, les pratiquants ont commencé à ressentir de plus en plus de pression de la part des autorités : les livres sur la pratique ont été interdits de distribution, les programmes d’État ont diffusé une propagande vilipendant la discipline et le bureau de la sécurité publique a ordonné une enquête approfondie sur la pratique.

Le régime chinois a par la suite présenté l’événement du 25 avril comme une protestation provocatrice afin de justifier une campagne de persécution totale du Falun Gong, qui a été lancée en juillet de la même année et qui se poursuit encore aujourd’hui.

Pourtant, Zhang Yijie, enfourchant sans tarder son vélo, s’est précipitée vers Zhongnanhai et n’a rien vu de menaçant dans le comportement des pratiquants ce jour-là. Avec fierté, elle et beaucoup d’autres qui étaient là se souviennent des longues rangées droites de pratiquants alignés soigneusement le long de la rue. Beaucoup lisaient des livres ou s’asseyaient sur le sol pour méditer. Certains, tenant des sacs en plastique, faisaient des rondes pour ramasser les déchets des manifestants.

Des pratiquants de Falun Gong se sont rassemblés autour de Zhongnanhai pour demander en silence et pacifiquement un traitement équitable, le 25 avril 1999. (Avec l’aimable autorisation de Minghui.org)

On se sent tout simplement différent au milieu d’une foule aussi pacifique, a déclaré Mme Zhang.

« Quand avez-vous vu une pétition comme celle-ci ? » a déclaré Mme Zhang, qui vit désormais aux États-Unis, dans une interview accordée à Epoch Times. « Les chemins piétonniers et la route principale étaient tous dégagés. Il n’y avait pas le moindre cri, pas le moindre bout de papier sur le sol. »

Shi Caidong, qui travaillait à l’époque sur un master à l’Académie des sciences chinoise, une institution publique, était l’un des 3 délégués qui ont rencontré le Premier ministre Zhu Rongji ce matin-là pour expliquer leurs demandes.

Zhu Rongji a réaffirmé son soutien à leur liberté de croyance et a fait en sorte que 4 fonctionnaires les rencontrent, dont son vice-secrétaire en chef et le directeur du bureau national des pétitions. Les 3 délégués ont formulé 3 demandes principales : libérer les dizaines de pratiquants de la ville voisine de Tianjin qui avaient été battus et détenus deux jours auparavant, autoriser la publication de livres sur le Falun Gong et rétablir un environnement dans lequel ils pourraient exercer en public sans crainte.

Les fonctionnaires ont accepté quelques exemplaires du principal livre d’enseignements de la pratique, le Zhuan Falun, et ont promis de transmettre la situation aux hauts dirigeants du PCC.

Les masses se sont progressivement dispersées dans la soirée lorsque la nouvelle de la libération des pratiquants de Tianjin s’est répandue.

« Si le ‘siège’ était réel, Zhu Rongji aurait-il semblé si calme en sortant ? » a déclaré Shi Caidong, réfutant la caractérisation de l’événement par les médias d’État.

La tension a augmenté dans l’après-midi lorsque la police anti-émeute est apparue, armée de fusils, mais aucun des manifestants n’a bougé, selon Kong Weijing, un autre délégué.

Mme Zhang est restée jusqu’à la tombée de la nuit et est partie tranquillement après le retrait de la plupart des pétitionnaires.

Des pratiquants bien informés lui ont dit plus tard que le régime s’était initialement préparé à recourir à la violence contre les manifestants ce soir-là. Selon elle, l’extraordinaire tranquillité de la foule a permis d’éviter une répétition du massacre de la place Tiananmen – la répression sanglante des étudiants protestataires par le régime, qui s’était déroulée juste à côté une décennie plus tôt.

« Ils ne pouvaient trouver aucune excuse pour une répression », a déclaré Mme Zhang.

S’en tenir à ce qui est juste

Le deuxième jour après l’appel, des ordres officiels ont été envoyés aux entreprises du pays pour alerter les citoyens ordinaires sur ce qui s’était passé.

C’était la première fois que Luan Shuang, directrice des ressources humaines dans une entreprise de transport de la ville de Shenzhen, entendait parler du Falun Gong.

Quelques années auparavant, Luan Shuang, alors encore étudiante, avait appris avec stupeur comment le régime chinois avait abattu des jeunes non armés sur la place Tiananmen. Le meurtre brutal étant encore frais dans sa mémoire, elle était frappée par la bravoure des pratiquants de Falun Gong qui avaient manifesté de la sorte.

Comme pour d’autres mouvements politiques, Luan Shuang, comme tout le monde, a dû soumettre à ses supérieurs des promesses écrites dans lesquelles elle prenait ses distances par rapport à l’incident et déclarait qu’il était malvenu d’organiser une manifestation ou un défilé à Pékin. « Personne n’aurait pu vouloir y aller », dit-elle.

« Je n’y serais pas allée même s’ils m’avaient donné une prime pour cela – ne serait-ce pas mettre un terme à sa propre carrière ? » se rappelle-t-elle avoir pensé à l’époque.

Luan Shuang, pratiquante de Falun Gong, à New York, le 19 avril 2021. (Chung I Ho/Epoch Times)

Déterminée à comprendre pourquoi les gens prenaient un tel risque, elle a demandé un livre sur le Falun Gong à un collègue de travail qui était pratiquant. Après l’avoir lu une fois, elle a décidé de pratiquer.

Elle a décrit les valeurs mises en avant dans le livre comme un rayon de lumière dans sa vie « embrouillée ».

« Je sais maintenant que je peux utiliser la norme de ‘vérité, compassion et tolérance’ pour tout évaluer », dit-elle en faisant référence aux principes fondamentaux de la pratique. « Ainsi, tant que quelque chose est juste, je m’y tiendrai jusqu’au bout. »

Les représailles

Malgré l’attitude conciliante des autorités le 25 avril, le régime a considéré la popularité de la pratique comme une menace et a lancé une campagne à l’échelle de l’État, 3 mois plus tard, dans le but de l’éradiquer. Depuis, plusieurs millions de pratiquants ont été détenus pour avoir persisté dans leur foi, selon les estimations du centre d’information du Falun Dafa, et un nombre inconnu de pratiquants ont été tués par diverses formes de torture.

Après avoir rencontré le Premier ministre lors de l’appel, Shi Caidong a été pris pour cible par le comité du Parti sur son lieu de travail, qui a commencé à surveiller ses activités. Le soir même, des agents des forces de l’ordre ont passé au peigne fin les dossiers concernant son passé, sans toutefois trouver de problème.

Le pratiquant de Falun Gong Shi Caidong à Flushing, New York, le 18 avril 2021. (Chung I Ho/Epoch Times)

Mme Zhang, la fonctionnaire du commerce extérieur, en a payé le prix fort. En 7 ans, elle a été arrêtée à 7 reprises et a passé 28 mois dans un camp de travail, où elle a été battue, affamée, nourrie de force et privée de sommeil – la plus longue période ayant duré 42 jours sans interruption. À la fin de cette session éreintante, ses cheveux étaient devenus blancs et ses dents s’étaient déchaussées. « Le fait que j’aie survécu est une preuve du miracle du Falun Dafa », a-t-elle déclaré.

Cela contrastait fortement avec sa vie d’avant la persécution, alors qu’elle occupait un poste gouvernemental lucratif et avait une famille parfaite, avec une fille et un fils tous deux sur le point d’entrer à l’université.

« Beaucoup de gens pouvaient avoir travaillé toute leur vie sans arriver là où j’étais », a-t-elle dit. « À cette époque, si j’avais accepté d’arrêter de pratiquer, je n’aurais rien perdu. »

Mme Luan, qui était encore nouvelle dans la pratique, a également été confrontée à un choix déchirant. À 34 ans, elle vivait la success story des cols blancs, profitant d’une vie dont beaucoup de personnes de son âge n’auraient pas osé rêver. Elle avait récemment emménagé dans un manoir de 400 m² en bord de mer, prête à profiter des fruits de son dur labeur.

Elle avait le choix entre s’entraîner secrètement dans sa maison sans que personne ne le sache ; ou dire ce qu’elle pensait et tout risquer.

Luan Shuang a choisi la seconde solution.

En 2001, la directrice des ressources humaines s’est rendue sur la place Tiananmen pour protester contre les persécutions – ce lieu même dont elle disait, deux ans plus tôt, qu’elle « n’y serait pas allée même s’ils lui avaient donné une prime » pour protester.

Luan Shuang a été envoyée dans divers centres de détention et a enduré 3 mois de tourments. Elle a dormi sur des couvertures qui, selon elle, n’avaient jamais été lavées, car elles dégageaient une forte odeur. Bien qu’elle n’ait pas été battue, elle a travaillé de longues heures sans pause pour fabriquer des guirlandes de Noël, de sorte que ses doigts ne pouvaient pas se redresser à la fin de son service.

Elle a réussi à s’en sortir pratiquement intacte, mais d’autres n’ont pas eu cette chance. Un détenu lui avait raconté qu’un autre pratiquant du Falun Gong, professeur de langue étrangère de la même ville qu’elle, en est devenu fou.

Le Parti l’a également exclue de ses membres, la privant des privilèges économiques et politiques liés à cette affiliation. Son entreprise a organisé une « réunion de dénonciation » pour annoncer son expulsion. Au cours de cette réunion, Mme Luan a dû subir un flot ininterrompu de critiques sur sa foi de la part des dirigeants de l’entreprise.

Luan Shang, dans la vingtaine, à l’université de Jilin à Changchun, Jilin, Chine. (Avec l’aimable autorisation de Luan Shuang)

Luan Shuang a conservé un sourire éclatant lorsque ses supérieurs ont annoncé la décision devant des dizaines de ses collègues.

« Ce parti maléfique ne peut pas tolérer les bonnes personnes. Même si vous ne m’expulsez pas, je devrais partir de toute façon », se souvient-elle s’être dit à l’époque.

Bien que l’entreprise de Luan Shuang ne l’ait pas licenciée purement et simplement, elle a simplement été assignée à un poste de travail très inférieur. Elle a fini par donner sa démission.

Pas de regrets

En racontant leur parcours longtemps après s’être réinstallés aux États-Unis, les pratiquants dégageaient un air de sérénité qui ne cadrait pas avec leurs souffrances passées.

Ils avaient fait les bons choix, disaient-ils.

« La croyance en la vérité, lorsqu’elle est élevée d’un niveau émotionnel à un niveau rationnel, transcende toute souffrance », a déclaré Mme Zhang, qui s’est échappée par la Thaïlande en 2006.

Mme Zhang Yijie (au centre) est photographiée avec de grosses lunettes à verres fumés, lorsqu’elle était secrétaire de Chen Muhua, qui est devenu plus tard le vice-président de la République populaire de Chine. (Télévision NTD)

Mme Zhang considérait sa vie comme « légendaire ». « Quelles que soient les épreuves et les circonstances, je les ai toutes vues et traversées », a-t-elle déclaré.

Le 18 avril, ils se sont réunis avec environ 1 000 autres pratiquants à New York pour un défilé et un rassemblement afin de commémorer la manifestation historique de résistance pacifique et « dire non » à la répression continue de leur foi par le PCC, ont-ils dit.

« Si tout le monde était comme ceux de l’appel du 25 avril, la société chinoise se porterait mieux », a déclaré Luan Shuang. « Grâce au 25 avril […] je suis enfin devenue l’une de ces bonnes personnes qui défendent la justice, ce que j’aspirais à être depuis ma jeunesse. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ