Des tensions politiques sont apparues dans le contexte de l’épidémie de coronavirus en Chine

Ce qu'il y a derrière le comportement anormal du gouverneur de la province du Hubei et du maire de Wuhan
Par Xia Xiaoqiang
31 janvier 2020 Mis à jour: 31 janvier 2020

Après avoir complètement perdu le contrôle de l’épidémie de coronavirus, qui s’est répandue dans toute la Chine et dans plus d’une quinzaine de pays, les hauts responsables du Parti communiste de Wuhan et de la province de Hubei ne peuvent plus échapper à l’attention du public.

Le 26 janvier, le gouvernement de la province de Hubei a tenu une conférence de presse sur la prévention et le contrôle de la maladie. Le gouverneur de Hubei, Wang Xiaodong, le secrétaire général du Parti à Hubei, Bie Bixiong, et le maire de Wuhan, Zhou Xianwang, y ont également assisté.

Le comportement de ces trois hauts fonctionnaires pendant la conférence de presse a suscité des discussions animées sur l’internet chinois. Le problème du port de masques a d’abord été évoqué : M. Wang ne portait pas de masque ; M. Zhou portait son masque à l’envers ; et M. Bie portait un masque mais laissait son nez exposé.

Ensuite, dans son introduction sur le port des masques médicaux, Wang a commencé par mentionner « certains avantages » de sa province. Il a déclaré que la ville de Xiantao pouvait produire 10,8 milliards de masques par an. Plus tard, quelqu’un lui a transmis une note. Wang s’est corrigé en disant que c’était un lapsus, et le chiffre est en fait de 1,8 milliard. Quand il a posé la note et repris la lecture de son texte, il s’est corrigé à nouveau et a dit qu’il s’agissait en fait de 1,08 million de pièces.

À la fin de la conférence de presse, les trois dirigeants ont applaudi.

L’attitude désinvolte des trois fonctionnaires a déclenché un débat acharné parmi les internautes. En particulier, les internautes ont mis en doute la capacité de M. Wang à mener la lutte contre la maladie, alors qu’il ne pouvait même pas calculer le nombre de masques produits dans sa juridiction.

En fait, le comportement des trois dirigeants lors de la conférence de presse était conforme à leur véritable nature et n’est pas rare. Chaque fois que les responsables du Parti assistent à des manifestations publiques, ils agissent tous de manière maladroite, paniquée et nerveuse. Les mots leur manquent souvent. La raison principale est que, pour que les responsables du Parti puissent assurer leur position, il suffit de satisfaire leurs supérieurs. Ils n’ont pas besoin d’être responsables devant le public.

Les responsables du Parti ne sont confiants et calmes que lorsqu’ils racontent des bêtises à leurs subordonnés lors de réunions internes. Mais une fois exposés en public, leur panique les trahit.

Peu importe le nombre de fois où M. Wang s’est mal exprimé pendant la conférence de presse, tant qu’il ne commet pas d’erreurs dans son travail avec ses supérieurs et dans le « maintien de la stabilité », cela n’aura pas d’influence négative sur le maintien de son poste.

Le fait est que les hauts fonctionnaires du Parti sont inaptes à gérer et de gouverner correctement le fonctionnement normal d’un gouvernement provincial ou municipal, sans parler de la capacité de commander en cas d’urgence ou de catastrophe majeure. Des fonctionnaires comme eux ne peuvent qu’apporter le désastre et la mort à la population.

En outre, il convient de noter que le maire de Wuhan, Zhou Xianwang, s’est exprimé et a agi de manière étrange en public et lors d’interviews avec les médias.

Dans une interview exclusive avec la chaîne de télévision publique CCTV, M. Zhou a répondu aux critiques concernant la gestion de l’épidémie par le gouvernement de Wuhan.

Il a déclaré qu’il n’avait pas l’autorisation de divulguer des informations sensibles et qu’il ne pouvait le faire qu’avec l’accord du gouvernement central. Il a déclaré que « nous avons été plus actifs dans notre travail après la réunion du Conseil d’État du 20 janvier, qui a défini le virus comme une maladie infectieuse de type I et a exigé une responsabilité locale ».

Que signifient les paroles de M. Zhou ? Dans la politique chinoise, il est extrêmement rare que des fonctionnaires subalternes osent faire porter le chapeau à leurs supérieurs. Cela peut signifier la fin de leur carrière officielle, car ils ont violé un tabou.

Lors de l’épidémie de SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) en 2003, Zhang Wenkang, alors ministre de la Santé, a eu le « courage » de prendre le blâme et a été démis de ses fonctions. Cependant, il est revenu sain et sauf dans la sphère politique en octobre 2003, et a occupé le poste de vice-président de l’organisation caritative gouvernementale, la Fondation Soong Ching Ling. Il a également été nommé vice-président de la commission de l’Éducation, de la Science, de la Culture, de la Santé et des Sports en 2005.

Il y a deux explications possibles à la violation par M. Zhou de ce tabou politique.

Premièrement, M. Zhou peut avoir été manipulé par de hauts fonctionnaires qui lui ont demandé de dire cela ; deuxièmement, il peut avoir commis cette erreur sans s’en rendre compte. Cependant, sa performance ultérieure peut exclure l’une de ces possibilités.

Le genre d’attention que les responsables du Parti consacrent à la restauration de leurs supérieurs était visible lorsque le Premier ministre chinois Li Keqiang s’est précipité dans la ville de Wuhan le 27 janvier.

Alors que M. Li, accompagné de M. Zhou, allait inspecter un nouvel hôpital en construction, M. Zhou a enlevé son chapeau et l’a passé à ses collaborateurs après avoir constaté que M. Li n’en portait pas, selon une vidéo en ligne. Ce geste a été considéré comme destiné à sauver M. Li de l’embarras.

Cela indiquait que M. Zhou, qui connaissait bien les règles du Parti, ne commettrait probablement pas l’erreur de rejeter par inadvertance la faute sur le gouvernement central. Il est donc fort possible que M. Zhou ait suivi les instructions d’un supérieur pour faire de telles remarques publiques.

Qu’est-ce que cela signifie ?

Cela suggère qu’à un moment où la vie de millions et de millions de Chinois est en jeu, les dirigeants du Parti communiste sont toujours engagés dans de féroces conflits internes, et même la vie des gens et l’épidémie elle-même peuvent être utilisées par le régime chinois comme des outils. Ce point de vue révèle qu’il y a une chose qui est en effet plus redoutable que le virus lui-même : l’existence du Parti communiste chinois.

Le maire Zhou pourrait être la cible d’une campagne « anti-corruption » à l’avenir – en représailles au non-respect des règles non écrites du Parti.

Au sein de l’administration chinoise, n’importe quel fonctionnaire pourrait être la prochaine victime à tout moment.

RECOMMANDÉ