Il tente de se suicider à l’arbalète: la flèche lui transperce la tête, il s’en sort sans saignement ni séquelle

Par Alexandre Roche-Nuit
7 février 2020 Mis à jour: 7 février 2020

Après avoir tenté de se suicider à l’arbalète en se tirant une flèche dans la tête, un jeune homme s’est retrouvé non seulement encore conscient, mais également sans aucun saignement ni hématome. Un cas exceptionnel qui a été relaté par l’unité de chirurgie du CHU de Reims.

D’après un article récemment paru dans la revue médicale European Annals of Otorhinolaryngology, Head and Neck Diseases, un événement extrêmement rare a été relaté à la suite d’une tentative de suicide ratée à l’arbalète.

Les médecins de l’unité de chirurgie ORL et cervico-faciale ainsi que les médecins du service de réanimation chirurgicale et traumatologique du CHU de Reims ont témoigné d’une intervention de 48 h en soins intensifs :

Un jeune homme de 28 ans, très affecté à la suite d’une rupture amoureuse, s’est tiré une flèche d’arbalète dans la tête. Le projectile (appelé un carreau) a d’abord transpercé la zone autour du menton, puis a traversé sa tête avant de ressortir par le haut de son front.

La flèche a ensuite fini sa course plantée dans le mur contre lequel le jeune homme était assis, tout en restant dans sa tête sur toute sa longueur. Cependant, à l’arrivée des secours, non seulement le jeune homme était encore conscient, mais pas la moindre goutte de sang n’était en vue.

Incapable d’ouvrir la bouche et étant immobilisé contre le mur, le haut de la flèche a été sectionné par les secours et le jeune homme a été immédiatement conduit aux urgences.

Ce dernier a ensuite subi une batterie d’examens médicaux qui, étonnamment, n’ont rien révélé d’anormal.

Le jeune homme n’a aucune lésion, sa respiration est normale et les sinus n’ont pas été touchés.

Bien qu’incroyable, un problème reste : il faut lui enlever cette flèche.

Les médecins décident alors de lui administrer un sédatif puis de procéder à l’extraction du projectile. Mais, plus étonnant encore, les médecins qui peuvent dorénavant explorer sa cavité buccale n’observent « absolument aucun saignement ni hématome ».

Le jeune homme, après être resté 48 h en soins intensifs, a ensuite été transféré dans le service d’oto-rhino-laryngologie, puis en psychiatrie.

Une histoire étonnante qui, on l’espère, permettra à ce jeune homme de se remettre de sa rupture. Visiblement, la vie lui a donné une seconde chance, ou plutôt, ce n’était pas encore son heure.

Une reconstitution 3D de la flèche et de son crâne a été faite, relayée par le blog Réalités biomédicales :

RECOMMANDÉ