Terrorisme : la Cour suprême britannique refuse le retour d’une épouse de djihadiste

Par Epoch Times avec AFP
26 février 2021
Mis à jour: 26 février 2021

En février 2019, les autorités britanniques l’avaient déchue de sa nationalité invoquant que la jeune femme serait « une menace pour la sécurité nationale ».

La Cour suprême britannique a refusé ce vendredi 26 février le retour au Royaume-Uni de Shamima Begum, une jeune femme âgée de 21 ans qui a rejoint le groupe terroriste État islamique (EI) en Syrie, pour pouvoir contester sa déchéance de nationalité.

Dans sa décision, la haute juridiction a décidé de « suspendre le recours de Shamima Begum jusqu’à ce qu’elle soit en mesure d’y jouer un rôle effectif sans que la sécurité du public ne soit compromise ». Shamima Begum est actuellement détenue dans un camp pour membres de l’organisation terroriste EI gérée par les Kurdes en Syrie et veut revenir au Royaume-uni pour y demander à récupérer sa nationalité britannique.

Un entretien choc

Son départ pour la Syrie à l’âge de 15 ans avec deux camarades de classe, en 2015, avait choqué le pays. Une fois arrivée en Syrie, elle s’était mariée avec un djihadiste d’origine néerlandaise, de huit ans son aîné.

Shamima Begum avait fait reparler d’elle en accordant en 2019 un entretien choc au quotidien The Times qui l’avait retrouvée dans son camp d’internement, dans lequel elle disait ne rien regretter, assurant avoir mené une vie « normale » à Raqqa et ne pas avoir été « du tout troublée » par la vision d’une tête coupée dans une poubelle.

Les autorités britanniques l’ont alors déchue de sa nationalité en février 2019, invoquant des raisons de sécurité et estimant qu’elle était en droit de demander un autre passeport, étant une Britannique d’origine bangladaise. Mais le Bangladesh avait indiqué qu’elle n’avait jamais demandé la nationalité et a refusé de l’accueillir.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ