« The Voice » : Jim Bauer fait une reprise impensable de « Tata Yoyo », laissant tout le monde sans voix

Par Emmanuelle Bourdy
20 avril 2021
Mis à jour: 20 avril 2021

Sans avoir changé la moindre parole de la chanson « Tata Yoyo » d’Annie Cordy, Jim Bauer l’a interprétée sur un air des plus mélancoliques. Il y a quelques années, des amis du chanteur lui avaient lancé, tel un défi, qu’il serait parfaitement capable de transformer « Tata Yoyo » en version triste. Pari tenu, pari gagné ! Il s’est qualifié pour l’étape suivante du télécrochet de TF1.

Lors des K.O. de The Voice diffusés samedi 17 avril sur TF1, l’artiste Jim Bauer s’est démarqué avec cette version complètement inédite du tube d’Annie Cordy. « Tata Yoyo » a pris une tournure mélancolique, sans que l’artiste n’ait modifié la moindre parole. (la vidéo est à revoir par ici).

Tout est parti d’une blague, il y a dix ans en arrière, à l’occasion d’une fête, relate 20 Minutes. Les amis de Jim Bauer avaient chambré le chanteur sur sa tendance à modifier toutes les chansons en version dramatique. L’un de ses amis lui avait déclaré que « même ‘Tata Yoyo’, [il] trouverait le moyen de la reprendre en mode triste ». Depuis lors, le chanteur se plaisait à entonner quelques paroles de la chanson d’Annie Cordy lors de soirées, sans aller plus loin que le refrain.

Lorsqu’il a dû choisir une chanson pour The Voice, « Tata Yoyo » s’est naturellement imposée à lui, un choix cependant osé. « Quand je suis tombé sur le couplet, j’ai découvert le sens du morceau et je me suis lancé le défi de construire une version plus sérieuse de la chanson », a-t-il précisé à 20 Minutes.

Avant de dévoiler son interprétation dramatique de « Tata Yoyo », Jim Bauer avait sommé la production de garder le secret car, pensait-il, « il était plus intéressant de ne pas dire quelle était la chanson ». Cela avait pour but de créer un effet de surprise encore plus grand. L’artiste avait au préalable fait écouter cette toute nouvelle version à ses proches et avait constaté qu’ils rigolaient « à la première phrase », mais étaient immanquablement « touchés à la fin ». « J’aimais ce contraste entre le rire et l’émotion », a-t-il encore expliqué au quotidien d’information.

En dévoilant les premières paroles de la chanson, « ‘Tata Yoyo’, qu’est-ce qu’il y a sous ton grand chapeau ? Tata Yoyo, dans ma tête il y a des tas d’oiseaux », l’effet de surprise passé, les coachs de The Voice sont restés suspendus aux lèvres du chanteur, attendant la suite avec une délectation palpable. « Les Brésiliens m’ont surnommé ‘la folle de Rio’, mais les enfants me donnent un nom plus rigolo… ‘Tata Yoyo’… », murmuré sur un ton lascif, prend une toute autre tournure. Le jury redécouvrait les paroles sous un angle complètement nouveau. « Depuis le temps que je m’trimballe, parmi les masques du carnaval, ma silhouette, mon charme fou, ça les embête, ils sont jaloux. Je les entends sur mon passage, dire ‘ah qu’elle est belle’… »

Florent Pagny a été littéralement bluffé par cette prestation. « Personne n’avait compris cette chanson comme ça, on ne savait pas qu’elle avait cette dimension », a confié le chanteur de « Ma liberté de penser ». « C’est un délire », a-t-il ajouté, « mais ça a marché ! » De son côté, Marc Lavoine a réagi en déclarant : « Il y a des claques qu’on adore prendre, parce qu’elles sont d’une douceur et d’une beauté… » Puis il a qualifié Jim Bauer pour l’étape suivante, sans l’ombre d’une hésitation.

« Je ne vis pas pour le regard des autres ou l’effet que ça va produire », a confié le candidat de The Voice. « Si je trouve ça cool,  je le fais. Après, ce que ça deviendra en passant à la télé, c’est au public d’en décider, c’est lui qui construit l’histoire des chansons », a-t-il conclu.

À la suite de cette brillante prestation, de nombreux internautes ont encensé le jeune chanteur. L’un d’eux a commenté : « Annie Cordy serait super fière », un autre a écrit « Trop fort ». Même son père, qui n’est autre que le chanteur Axel Bauer (sa maman étant l’artiste Nathalie Cardone), a fait les louanges de son fils. Bientôt trentenaire, Jim Bauer est prometteur, il a déjà une belle carrière derrière lui et un parcours plutôt atypique.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ