« La théorie critique de la race est le nouveau racisme », déclare un chercheur de la Texas Public Policy Foundation

Par Tom Ozimek
29 mai 2021
Mis à jour: 29 mai 2021

Un chercheur de la Texas Public Policy Foundation, un groupe de réflexion conservateur, a déclaré au programme « Crossroads » d’Epoch Times qu’il pense que la théorie critique de la race (CRT) « est le nouveau racisme », tout en faisant l’éloge d’un projet de loi en cours de finalisation dans la législature de l’État du Texas qui interdirait le « bouc émissaire racial » et d’autres pratiques répréhensibles qu’il attribue à la théorie.

Thomas Lindsay, membre distingué de l’enseignement supérieur et des études constitutionnelles à la Texas Public Policy Foundation, a déclaré que des programmes inspirés de la CRT « sont institués jusqu’en troisième année, où l’on dit aux enfants de troisième année qu’en raison de la couleur de leur peau, ils sont des oppresseurs, c’est-à-dire qu’en raison de la couleur de leur peau, ils sont mauvais ».

« Cela s’appelait autrefois le racisme », a-t-il ajouté. « Et malheureusement, la théorie critique de la race est le nouveau racisme. »

La CRT, qui épouse l’idée que la race n’est pas naturelle, mais socialement construite pour opprimer et exploiter les minorités, est une ramification de la philosophie sociale de la théorie critique quasi-marxiste qui a été promue par l’école de pensée de Francfort.

Le président américain de l’époque, Donald Trump, a signé un décret interdisant la formation à la CRT dans les agences fédérales en septembre 2020, la Maison-Blanche la qualifiant de « propagande anti-américaine ».

Après avoir pris ses fonctions, Biden a annulé le décret de septembre 2020 de Trump et a poussé la formation à la CRT sur plusieurs fronts.

Les partisans de la théorie critique de la race ont fait valoir qu’elle était nécessaire pour démontrer ce qu’ils considèrent comme un « racisme systémique omniprésent » et pour faciliter son éradication.

Les efforts de l’administration Biden ont suscité une vive réaction de la part des législateurs républicains au niveau fédéral et au niveau des États, des conservateurs et des organisations connexes, ainsi que des parents.

« Les parents sont incroyablement mécontents que l’on dise à leurs enfants que s’ils sont blancs, ils sont par définition des oppresseurs, et que s’ils sont noirs, ils sont par définition des opprimés », a déclaré Lindsay dans l’interview.

Il a également fait l’éloge du projet de loi 3979 de la Chambre des représentants, qui a été adopté par le Sénat de l’État le 22 mai mais qui, à la date de jeudi, n’avait pas encore été finalisé car certains amendements continuent d’être examinés. Bien que le projet de loi ne mentionne pas nommément la CRT, il vise apparemment à interdire l’idéologie quasi-marxiste dans les écoles publiques et les écoles à inscription libre.

Selon le texte du projet de loi, il est interdit aux enseignants, aux administrateurs et aux employés des agences d’état, des districts scolaires et des écoles à charte à inscription libre d’enseigner aux élèves qu’une race est intrinsèquement supérieure à une autre race ou à un autre sexe ou qu’un individu est intrinsèquement raciste, sexiste ou oppressif en raison de sa race ou de son sexe.

Lindsay a déclaré que le projet de loi « empêche tout enseignement aux élèves et toute formation des enseignants qui utilise la désignation de bouc émissaire racial ou les stéréotypes raciaux ou la désignation de bouc émissaire sexuel ou les stéréotypes sexuels ».

Il a ajouté que la mesure fait également plusieurs choses « du côté positif », à savoir exiger que tous les élèves du Texas étudient la Déclaration d’indépendance, la Constitution, les essais 10 et 15 du Federalist Paper, des extraits de « La démocratie en Amérique » d’Alexis de Tocqueville et le premier débat Lincoln-Douglas.

« Cela leur donnera les informations sur nos principes fondateurs dont ils auront besoin pour comprendre les événements actuels », a déclaré M. Lindsay.

Selon lui, le projet de loi texan est une réponse à la proposition faite en avril par l’administration Biden de financer les programmes d’histoire et d’éducation civique qui font la promotion de la théorie critique de la race ou de programmes connexes.

Dans une proposition de règlement, publiée le 19 avril, le ministère de l’Éducation a défini de nouveaux critères pour obtenir une subvention de 5,3 millions de dollars pour l’enseignement de l’histoire américaine et de l’éducation civique, ainsi que du matériel d’enseignement à utiliser par les éducateurs de la maternelle à la 12e année. Plus précisément, le Ministère a cité le « Projet 1619 » et « l’idée antiraciste » du théoricien critique de la race Ibram X. Kendi comme des exemples types de contenu qu’il veut financer avec l’argent des contribuables pour promouvoir les cours d’histoire et d’éducation civique dans tout le pays.

Le « Projet 1619 », inauguré par un numéro spécial du New York Times Magazine, tente de présenter le commerce atlantique des esclaves comme le facteur dominant de la fondation de l’Amérique, au lieu d’idéaux tels que la liberté individuelle et les droits naturels. L’initiative a été largement critiquée par les historiens et les politologues, certains estimant qu’il s’agit d’une tentative de réécrire l’histoire des États-Unis à travers un prisme de gauche.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ