Une tique géante et dangereuse pour l’homme prolifère dans le Sud de la France

Par Léonard Plantain
16 juin 2020
Mis à jour: 16 juin 2020

Pouvant transmettre le virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo, une tique géante aux pattes rayées prolifère dans le sud de la France.

Plus grosse et plus agressive que les tiques habituelles en France, la tique aux pattes rayées – Hyalomma marginatumeut – pouvant mesurer jusqu’à deux centimètres lorsqu’elle est gorgée de sang, est potentiellement porteuse du virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo. Un virus qui peut être mortel pour l’homme, relate Ouest-France.

L’alerte a été donnée par le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad) de Montpellier, qui enquête depuis 2017 sur la présence de cette espèce dans les régions méditerranéennes, relate Midi libre.

D’après le Cirad, l’aire de répartition d’Hyalomma marginatum s’étend dans notre pays à la limite des Pyrénées-Orientales et des Corbières, aux confins de l’Hérault et du Gard, au sud de l’Ardèche, au nord du Gard, entre la vallée du Rhône et les contreforts cévenols ou encore dans le Var.

Selon Frédéric Stachurski, vétérinaire acarologue au Cirad de Montpellier : « Lorsque cette tique est présente sur une zone, elle se fixe en priorité sur les chevaux. C’est l’espèce sentinelle. Puis lorsqu’elle est en grand nombre, elle s’attaque à d’autres bêtes d’élevages (ruminants) ou sauvages (sangliers…) et à l’homme. »

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les flambées de cette fièvre hémorragique « ont un taux de létalité pouvant atteindre 40 % ». Pour l’heure, la maladie n’a pas été détectée en France. Hyalomma marginatum ne présente en revanche aucun danger sanitaire pour les animaux.

Problème, même si Hyalomma marginatum ne présente aucun danger sanitaire pour les animaux, la fièvre hémorragique qu’elle peut transmettre aux hommes « a un taux de létalité pouvant atteindre 40 % », déclare l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Jusqu’à présent, la maladie n’a pas été détectée en France. Mais plusieurs dizaines de mort ont déjà été répertoriés en Turquie.

Pour s’en protéger, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (CEPCM) évoque les mesures habituellement recommandées pour se prémunir de ces acariens, comme le port de vêtements longs ou l’utilisation de répulsifs spécialisés, tout en soulignant que ces mesures sont « moins efficaces » contre les tiques aux pattes rayées que contre les autres tiques plus répandues.

Prudence également : à la différence des autres tiques qui attendent leur victime en se positionnant au sommet d’une brindille, Hyalomma marginatum peut suivre sa cible pendant 10 minutes, voire plus, et sur une distance pouvant aller jusqu’à 100 mètres, alerte le CEPCM.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ