Titanic : découverte d’une lettre embouteillée jetée à la mer par une Française la veille du naufrage

Par Léonard Plantain
25 avril 2021
Mis à jour: 25 avril 2021

Mathilde Lefebvre, passagère française du Titanic, avait 13 ans lorsqu’elle a jeté à la mer une lettre dans une bouteille. C’était le 13 avril 1912, la veille du naufrage du paquebot. Depuis, sa lettre a vogué sans destination, du moins jusqu’en 2017, où elle a était découverte sur une plage au Canada.

C’est l’histoire incroyable d’une bouteille jetée à la mer, le 13 avril 1912, au beau milieu de l’océan Atlantique. Mathilde Lefebvre, alors âgée de 13 ans, est une jeune Française à bord du paquebot Titanic, réputé insubmersible. Sur un bout de papier, elle écrit un message, en espérant qu’un jour il soit lu :

« Je jette cette bouteille à la mer au milieu de l’Atlantique. Nous devons arriver à New York dans quelques jours. Si quelqu’un la trouve, prévenez la famille Lefebvre à Liévin. Mathilde Lefebvre. » Le lendemain, le terrible naufrage du Titanic a emporté Mathilde, sa maman et trois de ses frères et sœurs embarqués à bord, a rapporté Actu.fr.

Concernant la bouteille, celle-ci va, au gré des courants, cheminer pendant 105 ans avant d’être découverte au Canada sur une plage de la baie de Fundy, en 2017. Transmise à une équipe de spécialistes, la lettre a depuis été authentifiée et fait toujours l’objet de recherches. Des spécialistes de la courantologie ont également vérifié qu’il était possible que cette bouteille ait fait un tel cheminement.

Depuis, une question s’est posée : qui est cette Mathilde Lefebvre, à l’origine de ce courrier ? Pour y répondre, direction Aix-en-Provence, où résident Jacques et Hélène Lefebvre. Cette dernière, passionnée de généalogie, a fait d’importantes recherches sur la famille de son mari.

« J’ai retrouvé plusieurs de ses ancêtres, tous décédés le même jour en 1912. C’était étrange. On s’est demandé ce qui avait pu se passer, et c’est là que nous avons compris qu’il s’agissait du naufrage du Titanic », a expliqué Hélène.

À ce moment, nous sommes en 2019, et l’histoire de la famille Lefebvre est reconstituée petit à petit. Passionnés d’histoire, le couple est tombé sur un article relatant l’étonnante découverte faite au Canada… et y a vu le lien avec sa famille. « Nous n’avons aucune photo de Mathilde. Il n’y a que cette lettre », ont déclaré les époux.

Depuis, chaque année à la date anniversaire du naufrage, les époux partagent des informations sur l’histoire de leur famille ou du Titanic. Et la publication du message de cette année a eu un effet boule de neige : « On a eu un appel, puis ça ne s’est plus arrêté. On ne sait pas pourquoi, cette fois, l’histoire est relayée un peu partout. Si jamais ça peut faire bouger les choses et partager ce récit… » a partagé Hélène.

Quant à la lettre, elle est encore aujourd’hui toujours conservée au Canada. « Nous ne savons pas ce qu’il se passera ensuite », a déclaré Hélène, qui souhaiterait que ce document soit exposé dans un musée à l’avenir.

À noter que cette vague d’intérêt a eu une autre conséquence. En effet, après que le couple a fait part de son souhait, la Cité de la Mer à Cherbourg l’a entendu et devrait entrer très prochainement en contact avec la famille.

« Le Titanic, c’est une somme de destins individuels, unis dans un drame collectif. Je pensais qu’on avait fait le tour du sujet et puis… il y a cette incroyable histoire de bouteille à la mer. À priori, il s’agirait des seuls passagers français ayant des billets de 3e classe à bord du paquebot. Alors oui, nous espérons que la famille récupère le courrier et puisse l’exposer ici, à la Cité de la Mer », a déclaré Bernard Cauvin, directeur de la Cité de la Mer.

« En tout cas ce qui est certain, c’est que ce document doit être présenté dans un bel écrin. Nous sommes prêts à mettre ce témoignage en avant », a conclu Bernard Cauvin.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ