[Édito] Totalitarisme ou liberté: il est temps de choisir son camp

Par La Redaction
6 janvier 2021
Mis à jour: 23 janvier 2021

La crise politique à laquelle les États-Unis sont confrontés met en évidence un combat au niveau des choix des citoyens. Aussi importantes que soient ces récentes élections, les enjeux dépassent les particularismes politiques. Ils touchent dorénavant à des questions fondamentales sur lesquelles chaque citoyen du monde doit se positionner et prendre part.

Fait notable de la situation actuelle : si chacun connaît parfaitement la pandémie et ses effets dévastateurs sur notre vie, il en va tout autrement concernant la fraude électorale qui s’est produite aux États-Unis, et ce, malgré des preuves accablantes et des enjeux pour le monde entier.

Certaines personnes ignorent ces faits parce qu’elles ont été mal informées par des médias qui dissimulent la vérité de manière délibérée. La raison de cette situation pourrait vous surprendre.

Il y a eu aux États-Unis une force à l’œuvre, qui discrètement, à la vue de tous, a progressivement pris le contrôle idéologique de la plupart des institutions, des entreprises, des médias et même de la culture.

Cette force agissante, c’est l’idéologie d’extrême gauche, à savoir le marxisme et le communisme. Pour ceux qui ont suivi cette histoire de près, il n’y a là aucune surprise. À tous ceux qui en entendent parler pour la première fois, cela pourra leur sembler difficile à croire, voire confus.

Ce n’est pas comme si nous n’avions pas déjà été prévenus par le passé. Le but non voilé de l’Union soviétique était, déjà, d’infiltrer les partis politiques occidentaux, les médias et les universités, dans un effort visant à subvertir l’Occident de l’intérieur. Ce processus est maintenant presque terminé.

Cette infiltration communiste à l’intérieur même de la nation américaine dure maintenant depuis des décennies et a atteint son apogée lors de ces élections de 2020.

Bien qu’auparavant, les principaux partis politiques qui constituent l’échiquier américain convergeaient sur le respect des principes démocratiques, l’un de ces partis a progressivement basculé sous l’égide de l’idéologie communiste.

Lors des élections du passé, les deux partis ont agité le drapeau américain et chanté l’hymne national de la même manière ; en revanche, aujourd’hui, l’un des deux partis croit sincèrement que les États-Unis constituent une nation fondamentalement défaillante.

Au cours de l’été dernier, des groupes d’extrême gauche d’obédience marxiste tels que Black Lives Matter (BLM) ont été à l’origine de manifestations violentes et organisées. Fondé par des néo-marxistes autoproclamés, ce mouvement, tout comme le groupe d’extrême gauche Antifa, détourne à des fins politiques les véritables préoccupations relatives au racisme. Ces groupes ont des liens directs financiers avec des organisations d’extrême gauche liées au Parti communiste chinois (PCC).

Durant ces séances de vandalisme et de violences orchestrées, de nombreuses statues ont été abattues, comme celles de Thomas Jefferson, George Washington, Francis Scott Key (auteur de l’hymne national), Saint Junipero Serra, et même celle de Jésus.

Pour ceux qui ont échappé au communisme, voir l’héritage de notre nation être mise à bas n’est pas sans leur rappeler les saccages commis lors de la Révolution culturelle des années 1960 de la Chine communiste. Partout où cette idéologie se déplace, elle s’attaque à l’histoire, aux principes et aux croyances d’un pays dans un but de contrôle.

Pendant la Révolution culturelle, les journalistes ont attaqué sans relâche le dirigeant de la Chine de l’époque, Liu Shaoqi. Liu Shaoqi a été destitué et a subi une mort misérable.

Les jeunes « gardes rouges » ont détruit toutes les antiquités et les reliques culturelles qu’ils ont pu trouver sur leur passage. Quiconque connaissait et représentait la culture traditionnelle a été battu, ils ont également détruit les temples et les statues de personnes éminentes.

Cette même idéologie anime aujourd’hui les mouvements BLM et Antifa aux États-Unis et à travers le monde. Par tous les moyens, ils essaient de détruire l’éducation morale traditionnelle et tout ce qui a trait au respect de la tradition dans la société. Tout ce qui offre aux gens un rappel de la tradition permet, par contraste, de leur révéler en quoi le communisme va à l’encontre de la société et à l’encontre de l’humanité.

Non, le communisme n’est pas seulement un modèle économique défaillant, c’est de surcroît un système délétère qui est responsable du meurtre de plus de 100 millions de personnes au cours des 100 dernières années. Le communisme a causé la destruction de civilisations entières ainsi que les traditions et les bons héritages culturels de nombreux pays. Et partout où il va, il incite à la haine.

L’infiltration du Parti communiste chinois (PCC)

Le PCC considère le monde libre, en particulier les États-Unis, comme une menace mortelle pour son régime dictatorial. Il fera tout pour vaincre et détruire l’Amérique pour mieux détruire le reste du monde par la suite.

Au cours des deux dernières décennies, le déclin des normes morales en Occident a permis à la Chine communiste de tirer profit de son système.

De manière systématique, le PCC a acheté et fait chanter les élites se trouvant à des postes clés du gouvernement, dans les médias ou bien au sein des universités et dans le monde des affaires. Le « piège à miel » dans lequel le député Eric Swalwell (Parti démocrate, Californie) semble être tombé n’est que la partie émergée de l’iceberg.

En utilisant les femmes et l’argent, le PCC a réussi à mettre de nombreux membres de l’élite sous son contrôle. Il s’est également offert l’influence de Wall Street. En effet, l’élite boursière, qui s’est avérée responsable des pressions exercées sur les entreprises pour qu’elles s’installent en Chine, a réalisé la majeure partie de ses bénéfices grâce à la délocalisation des industries et moyens de productions américains en Chine. Pendant ce temps, c’est l’argent de Wall Street qui a soutenu des entreprises clé de la Chine et son développement militaire.

Comme l’a récemment révélé le professeur chinois Di Dongsheng, doyen associé de l’École des études internationales de l’Université Renmin de Chine à Pékin, le PCC a utilisé ses « bons amis » de Wall Street pour manipuler les États-Unis, politiquement et financièrement, pendant des décennies.

Le PCC a étudié les États-Unis de manière très détaillée. Il a analysé chaque membre du Congrès, sénateur, gouverneur et même chaque lobbyiste, pour comprendre comment le système fonctionne et la meilleure manière de corrompre les personnes les plus importantes du pays. C’est la raison pour laquelle le PCC a pu s’impliquer activement dans les élections américaines de 2020, tout en restant presque totalement dans l’ombre.

Transformer les États-Unis

Cette corruption et cette manipulation ont pour but de réorganiser les États-Unis, puis le monde, dans la lignée des principes propres au Parti communiste chinois.

Qu’enseigne-t-il ? Le PCC préconise la lutte, le matérialisme et l’athéisme.

La lutte consiste à se battre pour obtenir ce que l’on veut. Le combat peut être physique ou psychologique. Dans tous les cas, le droit et la vérité sont mis de côté au profit de la préservation de son propre pouvoir.

L’essence du matérialisme repose sur le fonctionnement basique de la nature humaine. L’humanité peut se résumer à l’accumulation de différents désirs plus ou moins vitaux tels que le besoin de se nourrir, la capacité à être manipulé par la peur ou encore la tendance à la luxure. Les valeurs plus élevées, comme la conscience de soi et des autres ou bien la spiritualité, ne sont pas reconnues par le matérialisme.

L’athéisme implique de nier l’existence de Dieu, et avec cette négation, l’humanité perd la moralité et la véritable indépendance qui viennent avec la croyance.

Le PCC a développé un régime de censure, de propagande et de contrôle social qui lui permet de mettre en place la tyrannie la plus perfectionnée connue dans l’histoire.

Si le PCC achève sa conquête des États-Unis, les formes de cette tyrannie seront introduites aux États-Unis et les Américains apprendront à vivre, à sentir et à penser selon les principes du PCC. Les États-Unis et le monde entreront dans une nuit apparemment sans fin dans laquelle la lumière de la raison et de la vérité aura été éteinte.

Un choix

Ce moment n’est pas encore venu. Les Américains ont toujours leur destin entre leurs mains. Et en choisissant eux-mêmes leur propre avenir, ils peuvent contribuer à déterminer l’avenir de leur pays.

La base de toute société viable réside dans la préservation de ses principes moraux.

Alors que le PCC a tenté de corrompre la moralité des citoyens du monde durant des décennies, chacun peut encore choisir de défendre les principes moraux traditionnels inhérents à son pays plutôt que de céder aux fausses promesses du communisme.

Chacun peut choisir la justice plutôt que la duperie. Chacun a tout intérêt à favoriser son sens personnel de la responsabilité plutôt que le socialisme, à choisir la vérité et les faits rapportés de manière juste plutôt que d’accepter en silence la propagande et la censure. Enfin, chacun peut choisir de ne pas renoncer à la foi, si inhérente au peuple américain, plutôt que de céder à l’athéisme.

C’est le chemin le plus sûr.

Se positionner du côté de la justice est plus important que jamais, en particulier parce que le monde est témoin d’une élection dont les issues sont incertaines, ainsi qu’à la résurgence du virus du PCC partout dans le monde. Les cultures traditionnelles reconnaissent que les crises sanitaires n’arrivent pas pour rien et, en Orient comme en Occident, les personnes dont le cœur s’est positionné du côté de la vérité et de la droiture s’en sont toujours mieux remises.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ