Toulouse : des femmes et des hommes forcés de mendier, 18 personnes jugées pour traite d’êtres humains

Par Emmanuelle Bourdy
17 janvier 2021
Mis à jour: 17 janvier 2021

Dix-huit personnes de nationalité bulgare seront jugées ce lundi 18 janvier devant le tribunal correctionnel de Toulouse. Accusées de blanchiment d’argent, mais surtout de traite d’êtres humains, des hommes et des femmes bulgares étaient contraints de mendier pour leur compte. Les papiers de ces « mendiants » avaient été confisqués par les personnes qui les exploitaient.

À l’origine de ce réseau, des chefs appâtaient leurs victimes en Bulgarie avec des promesses d’une vie meilleure en France. C’est ainsi que ces Bulgares, ne parlant pas ou peu le français, se sont retrouvés à mendier pour le compte de ces chefs, l’argent issu de la mendicité leur étant totalement reversée.

Ce commerce parfaitement illégal mettait en scène ces Bulgares, alors placés à côté de feux tricolores aux abords des routes dans la ville de Toulouse. Leurs papiers d’identité leur avaient été confisqués. De plus, si certains osaient se rebeller, ils étaient victimes de mauvais traitements.

Ce trafic d’êtres humains a duré de décembre 2015 jusqu’à juin 2018, date à laquelle il a été démantelé, rapporte France 3 Occitanie. Les chefs et leurs victimes vivaient dans le camp de Gabardie situé dans le quartier Gramont aux portes de Toulouse, c’est là que les membres de ce « réseau » ont été interpellés. Sur les 33 victimes, 32 sont retournés dans leur pays.

Faute de place en raison de la situation sanitaire, le procès ne se tiendra pas au palais de justice, mais dans la salle Jean-Mermoz, sur l’Île du Ramier à Toulouse. En effet, entre les magistrats, greffiers, avocats, traducteurs bulgares, membres de l’escorte, sans oublier la presse et le public, environ 80 personnes seront présentes à ce procès « hors du commun », précise Actu.fr.

Outre l’accusation de traite d’êtres humains, les dix-huit prévenus comparaîtront également pour association de malfaiteurs et blanchiment d’argent. Les prévenus à l’origine de ce trafic se composent de cinq familles bulgares, des hommes et des femmes âgés de 21 ans à 62 ans, d’après les enquêteurs, ainsi que le précise encore France 3 Occitanie. La peine encourue par les prévenus peut aller jusqu’à dix ans de réclusion. Le procès va durer dix jours, il s’étalera du lundi 18 janvier jusqu’au 27 janvier 2021.

ÉLECTIONS AMÉRICAINES – Deuxième impeachment contre Trump

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ