Tourisme de transplantation ou meurtres sur commande ?

28 décembre 2015 Mis à jour: 25 février 2016

Avec leur philosophie de vie basée sur la vérité, la compassion et la tolérance, les pratiquants du Falun gong à travers le monde continuent de descendre régulièrement dans la rue, préoccupés par le sort de leurs camarades de pratique. Reconnaissables à leur T-shirt jaune vif portant l’inscription « Falun Dafa is good », ils défilent et manifestent, distribuent des prospectus et parfois invitent des personnalités, afin d’éveiller les consciences et faire réagir les institutions.

Cela a commencé avec le début de la persécution lancée le 20 juillet 1999 par le Parti communiste chinois, à l’encontre des quelque 100 millions de pratiquants de Falun gong en Chine.

Plus récemment, cette vaste persécution commise par la Chine lui a valu de s’attirer des sanctions économiques et de vives critiques au Comité des droits de l’homme des Nations Unies, qui ont été relayées dans le monde entier par les médias.

Cependant de nombreux pays se trouvent dans une relation économique avec la Chine et peuvent se retrouver sur la touche en se coupant de ce partenaire.

Que ce soit en-dehors ou à l’intérieur de la Chine, depuis plus de 16 ans des pratiquants œuvrent pour faire connaître cette persécution et toucher ainsi le cœur du public. Des enquêtes ont été menées et publiées sous forme de livres, courts et longs-métrages minutieusement documentés.

Ces 16 dernières années, des pratiquants de Falun gong ont œuvré sans relâche pour dénoncer les atrocités perpétrées par le régime chinois.

Dans le passé, des situations similaires ont montré que ce type d’efforts avaient payé. Des moyens non-violents ont permis de faire apparaître ce qui semblait alors impossible : l’indépendance de l’Inde en 1947, la chute du mur de Berlin en 1987, le démantèlement de l’Union soviétique (URSS) en 1991 et plus récemment la reconnaissance par la junte militaire de la victoire d’Aung San Suu Kyi (parti LND) à la présidence de la Birmanie, le 13 novembre 2015.

Les derniers grands rassemblements organisés par des pratiquants de Falun gong ont eu lieu du 14 au 16 octobre 2015 à Los Angeles et ses environs. Ils visaient à dénoncer la persécution sévère, massive, qui implique le régime chinois dans des transplantations d’organes, en provenance d’individus vivants et emprisonnés pour leur pratique de Falun gong. À qui cela profite ? Au tourisme de transplantation.

Le tourisme de transplantation en Chine

À y regarder de plus près, ce tourisme de transplantation consiste en des meurtres sur commande, alors que de simples citoyens étrangers se rendent en Chine pour y recevoir une greffe d’organe. C’est une énorme manne financière pour les hôpitaux militaires et cliniques chinoises, expliquent deux nominés au Prix nobel de la paix, David Matas (avocat international de défense des droits de l’homme) et David Kilgour (ancien Secrétaire d’État canadien de la région Asie-Pacifique).

Les soupçons de preuves sur ce trafic d’organes illégal, qui a lieu en Chine sur des prisonniers de conscience, se sont accumulés depuis que Matas et Kilgour ont publié leur premier rapport d’investigation en 2006. Leur conclusion était que la grande majorité des victimes ayant servi de provision d’organes ne faisaient pas partie des rangs des prisonniers morts, ils étaient des prisonniers de conscience encore vivants. Parmi ces prisonniers de conscience, les pratiquants de Falun gong sont les plus nombreux. Plus largement, ils représentent le plus grand nombre de prisonniers dans le système carcéral chinois.

Dans le rapport d’enquête de 2006, Matas a qualifié ce trafic d’organes appliqué de force et systématiquement par le régime chinois de « nouvelle forme de mal que nous n’avons encore jamais connu sur cette planète ».

CatRooney-01
Le docteur Dana Churchill, membre d’office de DAFOH (Doctors Against Forced Organ Harvesting), à une manifestation le 15 octobre 2015 à Los Angeles, États-Unis. (Cat Rooney/Epoch Times)

Un des médecins fondateurs de DAFOH (les médecins contre les prélèvements forcés d’organes), association à but non-lucratif basée à Washington D.C., a prononcé un discours lors des manifestations de Los Angeles et de Santa Monica (Californie) en octobre dernier.

« Le monde n’a jamais connu de crime plus atroce et barbare comme ce qu’a commis le Parti communiste chinois à l’encontre du Falun gong. Ce n’est pas seulement le Falun gong, il y a aussi les Ouighours, les chrétiens et les Tibétains dont les organes ont été prélevés alors qu’ils étaient vivants, qu’ils ne s’étaient pas portés volontaires pour cela. Ils étaient âgés entre 20 et 40 ans – soit en pleine fleur de l’âge », avait dénoncé le Dr Churchill, médecin et physicien naturopathe à Pasadena (Californie).

Le monde n’a jamais connu de crime plus atroce et barbare comme ce qu’a commis le Parti communiste chinois à l’encontre du Falun gong — Dr Dana Churchill, membre fondateur de Doctors Against Forced Organ Harvesting.

De récentes données ont révélé le nombre de victimes tuées et cela dépasse de loin les premières estimations indiquées par divers organismes et enquêteurs. « Seulement pour le Falun gong, c’est approximativement 65.000 personnes qui ont été tuées, selon notre association DAFOH », a annoncé Dana Churchill.

Le 17 juillet 2015, lors d’une manifestation à Washington D.C., après 9 ans d’investigation le WOIPFG a annoncé qu’il « avait conclu que depuis le 20 juillet 1999, le Parti communiste chinois (PCC), conduit par son ancien dirigeant Jiang Zemin, avait utilisé l’entier appareil d’État pour prélever les organes sur les pratiquants de Falun gong. C’est un des aspects de la campagne de Jiang qui consiste à « détruire physiquement » les pratiquants. C’est un génocide et un crime contre l’humanité. »

Judy Feng, originaire du New Jersey, s'est portée volontaire pour faire signer les pétitions sur la promenade de la plage de Santa Monica, le 17 octobre 2015. (Cat Rooney/Epoch Times)
Judy Feng, originaire du New Jersey, s’est portée volontaire pour faire signer les pétitions sur la promenade de la plage de Santa Monica, le 17 octobre 2015. (Cat Rooney/Epoch Times)

Les messages transmis au public

À travers leurs manifestations, les pratiquants de Falun gong évoquent franchement la persécution. Leur message est transmis de bouche à oreille, mais aussi grâce aux banderoles, ou sous forme de tracts. Ils demandent notamment le jugement de Jiang Zemin mais aussi encouragent les touristes Chinois à démissionner du Parti communiste.

« Nous voulons que le public soit au courant qu’un trafic d’organes a lieu en Chine, et souhaitons y mettre un terme », déclare Judy Feng du New Jersey, alors qu’elle tend un prospectus et une pétition à signer aux passants de la promenade de Santa Monica, le 16 octobre 2015. Elle et d’autres étaient occupés à contacter directement les passants, en marge du discours du Dr Churchill tandis que d’autres faisaient la démonstration au public des exercices du Falun gong.

Pour garantir la réussite de n’importe quel rassemblement, le public a besoin d’être avant tout informé. En espérant toucher leur conscience, les citoyens ordinaires peuvent devenir une part active dans le soutien à une cause humanitaire.

Le message du Dr Churchill adressé au public était de s’impliquer en en parlant autour de soi : « Participez. Faites tout votre possible pour en parler autour de vous. Parlez-en à votre famille, vos amis, vos élus politiques – tout le monde doit être mis au courant. Parlez-en aux gens et n’arrêtez pas avant que ce soit fini. N’abandonnez pas. »

Des films basés sur des faits réels

Le travail de Matas et Kilgour a permis la réalisation en 2014 de « Human harvest » (Trafic humain), un documentaire récompensé en 2015 par le Peabody Award. La bande-annonce du film est disponible sur le site officiel.

Ethan Gutmann, journaliste d’investigation spécialiste de la Chine, a fourni la preuve que la pratique de tuer les dissidents politiques en prélevant leurs organes avait cours avant 1999. Il a avancé que le PCC avait ensuite bénéficié d’une nouvelle source d’organes lorsque le Falun gong a été réprimé et que les pratiquants ont afflué dans les prisons chinoises.

À propos d’un nouveau film sur le même thème, « Hard to believe », Gutmann mentionne qu’à chaque instant, entre 500.000 et 1.000.000 de pratiquants de Falun gong sont derrière les barreaux. Gutmann décrit ses recherches dans son livre publié en 2014, The Slaugter: Mass Killings, Organ Harvesting, and China’s Secret Solution to Its Dissident Problem (Le massacre : meurtres de masse, trafic d’organes et la solution secrète de la Chine face au problème de ses dissidents).

Les efforts finissent par payer

Il semble que le public soit attentif au message envoyé lors des manifestations de pratiquants du Falun gong. En 2013, DAFOH a rassemblé 1,5 million de signatures à travers 50 pays. Les pétitions circulent sous forme papier mais aussi sous forme électronique. Elles s’adressent à la Commission des droits de l’homme des Nations Unies pour lui demander de prendre des mesures afin de stopper le prélèvement forcé d’organes et la persécution à l’encontre du Falun gong. Malgré le soutien de l’opinion publique, les Nations Unies n’ont pas répondu à l’appel.

« L’association des médecins contre le prélèvement forcé d’organes compte beaucoup de membres à travers le monde entier », annonce le Dr Churchill. « Vous pouvez vous rendre sur le site internet des membres d’office de l’association et constater l’adhésion de nombreux médecins et professeurs de médecine, dont des chefs de services, à travers le monde (…) qui ont fait plutôt un beau travail. Mais nous avons besoin d’aller plus loin, tant que ce n’est pas encore fini. »

L’un des projets actuels de DAFOH est de récolté des signatures grâce à sa pétition en ligne, disponible sur son site internet.

Après avoir eu connaissance du tourisme de transplantation en Chine, certains ont initié des actions législatives. Le site WOIPFG indique que l’État d’Israël a interdit la vente et le courtage d’organes dans le pays. Il a également arrêté la prise en charge par l’assurance maladie des frais de greffe d’organes qui ont lieu en Chine. Le ministre australien de la Santé a mis fin aux programmes de formation aux techniques de transplantation d’organes suivis par des médecins chinois et aux recherches conjointes avec la Chine sur ce sujet.

En 2006, la réponse apportée par le Parlement européen a été de faire passer une résolution qui condamne la persécution à l’égard des pratiquants de Falun gong et qui exprime ses inquiétudes par rapport aux informations reçues sur les prélèvements forcés d’organes. Huit ans plus tard, en 2014, une résolution de ce type a été enterrée à la Chambre des députés des États-Unis, sous prétexte qu’elle n’avait jamais été planifiée pour un vote. Une autre version, sous le nom de « House Resolution 343 », a été proposée à la session 2015 mais le même destin pourrait l’attendre si rien ne change.

Tant que la persécution et le tourisme de la transplantation n’ont pas pris fin en Chine, il semble que les pratiquants de Falun gong continueront de descendre dans la rue pour faire passer leur message.

Le Falun gong, une pratique spirituelle

Le Falun gong est resté relativement inconnu du monde occidental avant d’être l’objet d’une persécution. D’après le site Falun Dafa Information Center, cette pratique fait partie des nombreuses écoles de Bouddha. Elle s’appuie sur les principes de vérité, bonté et tolérance, qui sont à cultiver dans la vie quotidienne. Des exercices lents et doux de méditation viennent compléter la pratique.

L’immense popularité de la pratique dans les années 1990 a quelque peu effrayé le régime chinois, qui n’a pas réussi à en tirer une manne financière. L’indépendance politique et la popularité grandissante du fondateur de cette technique, Li Hongzhi, a attisé la jalousie et la colère du Parti communiste chinois. Voulant regagner ce qu’il croyait avoir perdu, à savoir sa place de leader, le PCC s’est lancé dans une guerre féroce à l’égard du Falun gong. Il a notamment fondé le Bureau 6-10, l’organe spécifiquement destiné à éradiquer le Falun gong de la Chine. Les officiers du Bureau 6-10 sont capables de pénétrer toutes les couches et éléments de la société chinoise. Ils sont aussi tristement célèbres pour leur brutalité et les tortures.

« L’échelle et l’envergure des violations (des droits de l’homme) qui ont lieu en font certainement la plus grande persécution spirituelle au monde », révèle le site FDIC.

Version anglaise : China’s Transplant Tourism Is Murder on Demand

RECOMMANDÉ