Les transplantations pulmonaires suscitent des doutes sur le programme chinois de don d’organes

Par Fan Yu
31 mars 2020
Mis à jour: 1 avril 2020

Début mars, les médias publics chinois ont fait état d’une série de « premières » transplantations pulmonaires au monde.

Le 29 février, la première transplantation pulmonaire au monde sur un patient ayant déjà reçu un diagnostic de COVID-19 a été effectuée par le Dr Chen Jingyu à Wuxi, dans la province du Jiangsu. Puis les 1er, 8 et 10 mars, trois transplantations pulmonaires similaires ont été effectuées sur des patients âgés.

Epoch Times désigne le nouveau coronavirus de Wuhan, responsable de la maladie du Covid-19, comme le « virus du PCC », car la dissimulation et la gestion déplorable du Parti communiste chinois (PCC) ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

COUVERVURE SPÉCIALE SUR LE VIRUS DU PCC

Tous les receveurs avaient été infectés par le virus du PCC, mais les tests étaient négatifs au moment des transplantations, selon les rapports chinois. Leurs poumons avaient subi des dommages irréversibles. Ils ont été intubés et mis sous ECMO (oxygénation par membrane extracorporelle) avant la transplantation.

Tous les rapports chinois ont fourni très peu d’informations, mais pourtant identiques, sur les sources des poumons : don en état de mort cérébrale provenant d’une autre province.

En outre, les délais d’attente pour trouver ces poumons correspondants variaient de quelques heures à quelques jours.

Le 29 février : Une double transplantation pulmonaire avec un temps d’attente inférieur à un jour

Prenez par exemple la greffe du Dr Chen Jingyu à l’hôpital populaire de Wuxi. Le temps d’attente pour une paire de poumons était de moins d’un jour.

Un patient de 59 ans a été testé positif au virus du PCC le 26 janvier. Il a été intubé le 7 février et a été mis sous ECMO le 22 février. Deux jours plus tard, il a été transféré à l’hôpital des maladies infectieuses de Wuxi, apparemment en étant toujours infecté.

On ne sait pas comment ce patient a été pris en charge par le Dr Chen à l’hôpital populaire de Wuxi.

Dans une interview accordée au Southern Metropolis Daily, le Dr Chen a décrit comment la décision de procéder à la transplantation a été prise. Le Dr Chen a déclaré : « Le poumon du patient a commencé à saigner abondamment le 28 février. Le poumon entier était rempli de sang et était tendu. Il a failli mourir. Dans ces conditions, après en avoir discuté avec les experts au niveau provincial, nous avons décidé de procéder à une transplantation pulmonaire d’urgence. Par hasard, il y avait un donneur. »

Le lendemain, le 29 février, les poumons d’un donneur en état de mort cérébrale ont parcouru 800 km de la province du Henan à Wuxi via la « porte verte (pour les organes) », c’est-à-dire le train à grande vitesse.

Même dans des circonstances normales, il faut un miracle pour trouver une paire de poumons compatibles en un jour, sans parler du chaos causé par le virus du PCC. Qui était le donneur ? Comment le donneur s’est-il retrouvé en état de mort cérébrale ? Qui s’est occupé des procédures de don d’organes ? Comment les membres de la famille ont-ils fait face à la situation ? Trop de questions restent sans réponse.

Donateurs à la recherche de bénéficiaires

Toutefois, il semble y avoir une abondance de « donneurs en état de mort cérébrale » avec des poumons parfaits. Après cette transplantation, le Dr Chen a expliqué à www.thepaper.cn ce qui peut être fait pour aider les patients infectés par le virus du PCC. Il a déclaré : « Nous pouvons sélectionner à Wuhan certains patients gravement infectés qui se prêtent à une transplantation pulmonaire, ceux qui ont un taux de réussite (de transplantation) élevé, ceux qui sont dans la vingtaine, la trentaine, la quarantaine, la cinquantaine. Nous voulons les sauver grâce à des transplantations pulmonaires. » Le Dr Chen a-t-il laissé entendre que l’appariement inversé (donneurs cherchant des receveurs) est toujours en cours ?

Dans la plupart des pays, il est courant de disposer d’un groupe de receveurs en attente d’un événement imprévisible lié au décès d’un donneur éligible, ce qui fait que le temps d’attente pour un organe est de plusieurs mois, voire de plusieurs années. En raison notamment de la complexité de la transplantation pulmonaire, le temps d’attente est généralement de plusieurs années.

Cependant, en Chine, selon les preuves recueillies par des enquêteurs indépendants, la compatibilité inversée est devenue une pratique courante depuis 2000. Il existe un groupe de personnes vivantes qui « attendent » qu’un receveur se présente à l’hôpital. Quiconque correspond au groupe sanguin et au type de tissu de ce receveur devient un « donneur en état de mort cérébrale ».

Davantage de transplantations pulmonaires, un temps d’attente qui se compte en jours

Dans la semaine qui a suivi la transplantation du 29 février, il y a eu davantage de notifications concernant trois autres transplantations effectuées sur des patients encore plus âgés.

Un patient de 73 ans, précédemment infecté par le virus du PCC, en route pour une transplantation pulmonaire à l’hôpital populaire de Wuxi le 10 mars. (capture d’écran d’un rapport de la Xinhua)

Le 10 mars, le Dr Chen a effectué une greffe de poumon sur un patient de 73 ans infecté par le virus du PCC et souffrant de diabète et de problèmes de fonction rénale. Les poumons d’un donneur en état de mort cérébrale se sont envolés de Guangzhou à Wuxi. Encore une fois, aucune information sur le donneur.

Pendant ce temps, dans un autre hôpital situé à 160 km de Wuxi, deux transplantations pulmonaires ont été effectuées.

Le 1er mars, une femme de 66 ans (qui avait été testée positive au virus du PCC le 31 janvier) a subi une double transplantation pulmonaire au premier hôpital affilié à l’université du Zhejiang. Le donneur était originaire de la province de Hunan. Le directeur du département de transplantation pulmonaire, le Dr Han Weili, a effectué la transplantation.

Le 1er mars 2020, le premier hôpital affilié à l’université du Zhejiang a effectué une transplantation pulmonaire sur un patient de 66 ans précédemment infecté par le virus du PCC (capture d’écran d’un rapport de thepaper.cn)

Le 8 mars, dans le même hôpital, un patient de 70 ans qui était sous ECMO depuis le 26 février a reçu une paire de poumons d’une personne en état de mort cérébrale dans la province de Jiangxi.

Le nombre de dons est bien inférieur au nombre de transplantations

Pour ceux qui connaissent la pratique illicite de la transplantation en Chine depuis 2000, cela leur rappelle les années antérieures à 2015, lorsque des prisonniers en bonne santé étaient tués sur demande. Sous la pression internationale, la Chine a lancé un programme de dons d’organes et a annoncé qu’aucun organe de prisonnier ne serait utilisé après le 1er janvier 2015.

Armée d’un tout nouveau « programme de don d’organes », l’industrie chinoise de transplantation a continué à produire des opérations de transplantation record au niveau mondial, comme les quelques opérations mentionnées ici. En 2017, les chiffres officiels des transplantations sont de 10 793 greffes de rein, 5 149 greffes de foie, 299 greffes de poumon et 446 greffes de cœur. Un programme de don d’organes vieux de quelques années peut-il fournir des organes pour 16 687 opérations de transplantation ?

Un article du Xiaoxiang Morning Post basé dans la province du Hunan a publié un bilan cumulé sur neuf ans du nombre total d’organes donnés dans la province du Hunan. Jusqu’en août 2019, 2 233 donneurs ont fait don de 4 291 reins, 1 623 foies, 35 coeurs et 11 poumons.

Revoyons les chiffres. La province de Hunan compte près de 70 millions d’habitants. En 9 ans, le programme de dons a produit en moyenne 1,2 poumon par an. La Chine a une population de 1,4 milliard d’habitants. En gros, il y aurait 24 poumons donnés en un an.

Pourtant, les chiffres des transplantations pulmonaires racontent une autre histoire.

Le registre chinois des greffes de poumons, gardé secret et géré par un seul hôpital

L’hôpital populaire de Wuxi, dont le Dr Chen Jingyu est le directeur adjoint, gère le registre chinois des transplantations pulmonaires. Le registre est interdit au public.

On peut en avoir un aperçu grâce aux reportages des médias chinois. Dans un article publié en 2017, le Dr Chen a parlé du développement des transplantations pulmonaires en Chine et a fourni ce graphique qui montre le nombre total de transplantations pulmonaires jusqu’en 2016.

Le nombre annuel de transplantations pulmonaires en Chine rapporté par le Dr Chen Jingyu en 2017 (capture d’écran du rapport sur 112seo.com)

Le Dr Chen a déclaré : « Le nombre d’hôpitaux du peuple de Wuxi représente 70 % du total national. En 2016, nous avons fait 20 (greffes de poumons) en un mois. Nous avons également fait 6 greffes de poumons en 24 heures. Nous avons trois équipes d’extraction de poumons. Au moins pour notre hôpital, la transplantation pulmonaire est très mature. C’est une opération ordinaire de la poitrine. »

Le total de transplantations pulmonaires en Chine en 2017 et 2018 s’élève à 299 et 403.

Comme de nombreux rapports d’enquête indépendants l’ont déjà indiqué, le nombre de dons et de transplantations en Chine ne concordent toujours pas.

Statistiques de l’ISHLT : Moyenne de 28 transplantations pulmonaires par centre et par an

La Société internationale de transplantation cardiaque et pulmonaire (ISHLT) gère le registre international des transplantations d’organes thoraciques (TTX), qui enregistre les données relatives aux transplantations cardiaques et pulmonaires d’environ 300 centres de transplantation qualifiés de pays disposant de systèmes de don d’organes matures. Aucun centre chinois de transplantation pulmonaire ne communique de données à ce registre.

Alors que le registre chinois est considéré comme un secret d’État et est interdit au public, les données du TTX sont facilement accessibles au public. Les données publiées sur le site web de l’ISHLT montrent que le nombre total de transplantations pulmonaires effectuées par 139 centres est de 3 936 au cours de la période allant du 1er juillet 2017 au 30 juin 2018. Cela représente une moyenne de 28 transplantations pulmonaires par centre et par an.

Au centre de transplantation pulmonaire de Pékin, 154 transplantations pulmonaires ont été effectuées au cours des 18 premiers mois

Le centre de transplantation pulmonaire de l’hôpital de l’amitié Chine-Japon a été créé en mars 2017 à Pékin. Le Dr Chen est le directeur adjoint du centre. En novembre 2018, le centre avait réalisé 154 transplantations pulmonaires. L’hôpital était très fier de montrer un tableau comparatif de sa croissance par rapport aux dix premiers centres de transplantation pulmonaire du monde – c’est le centre qui connaît la plus forte croissance au monde.

Volume des transplantations pulmonaires dans les 10 premiers centres de transplantation du monde par rapport à celui de l’hôpital de l’amitié Chine-Japon (capture d’écran d’un reportage sur jiankang.163.com)

La ligne rouge dans le tableau est l’hôpital de l’amitié Chine-Japon. Qu’est-ce qui se cache derrière sa courbe de croissance inhabituelle ?

Jugement du tribunal : Le prélèvement forcé d’organes se poursuit en Chine

Le 1er mars 2020, le Tribunal indépendant sur le prélèvement forcé d’organes sur des prisonniers d’opinion en Chine a rendu son jugement final après deux ans d’examen des preuves et de multiples audiences. « Les hôpitaux de la République populaire de Chine ont eu accès à une population de donneurs dont les organes pouvaient être prélevés en fonction de la demande […] Dans la pratique à long terme du prélèvement forcé d’organes en République populaire de Chine, ce sont en effet les pratiquants de Falun Gong qui ont été utilisés comme source – probablement la principale source – d’organes pour le prélèvement forcé d’organes. »

Le prélèvement forcé d’organes a-t-il pris fin avec le nouveau système de don ?

Le Tribunal considère qu’ « il n’y a aucune preuve que la pratique (de prélèvement forcé d’organes) ait été arrêtée, et le Tribunal est convaincu qu’elle se poursuit ».

En effet, les données présentées par les différentes transplantations pulmonaires qui ont eu lieu en Chine pendant la pandémie du virus du PCC, avec des paires de poumons correspondants fournis en quelques jours, suggèrent fortement que le programme chinois dit de don d’organes contribue à dissimuler la pratique du prélèvement forcé d’organes.

Le meilleur chirurgien chinois en matière de transplantation pulmonaire

Le Dr Chen Jingyu, le meilleur chirurgien chinois en transplantation pulmonaire, est également un utilisateur actif de WeChat. Il a 985 000 abonnés. Il publie fréquemment des photos de transplantations pulmonaires et a même diffusé ces greffes en direct.

Dr. Chen Jingyu (capture d’écran d’un reportage sur jiankang.163.com)

Alors que le monde est aux prises avec la propagation du virus du PCC, le plus grand chirurgien chinois spécialisé dans les greffes de poumons est en train de parcourir le pays pour effectuer des greffes. Le 12 mars, le Dr Chen s’est rendu dans la province du Sichuan et a effectué deux transplantations pulmonaires en une journée. Les deux receveurs avaient tous deux 66 ans. Miraculeusement, deux « donneurs en état de mort cérébrale » ont été retrouvés dans le même hôpital de Chongqing le 11 mars.

Le Dr Jacob Lavee, directeur de l’unité de transplantation cardiaque du centre médical de Sheba en Israël et membre fondateur de Médecins contre le prélèvement forcé d’organes, a commenté les récentes transplantations. Il a déclaré au journal Epoch Times par courriel : « En plus de souligner le temps d’attente inhabituellement court pour les donneurs appropriés, l’attribution de poumons de donneurs à ces patients semble être une décision inhabituelle qui pourrait être remise en question sur le plan médical. Cependant, elle laisse certainement entrevoir une offre abondante de tels poumons, ou bien un besoin irrésistible de devenir scientifiquement célèbre dans le monde entier. »

RECOMMANDÉ