Le tribunal de Hong Kong condamne des militants pro-démocratie à des peines de prison, suscitant des critiques internationales

Par Frank Fang
18 avril 2021
Mis à jour: 18 avril 2021

Vendredi, le magnat des médias de Hong Kong Jimmy Lai a été condamné à 14 mois de prison, tandis que neuf autres militants ont été condamnés à des peines de prison ou à des peines avec sursis, pour avoir organisé et participé à des rassemblements non autorisés lors de manifestations massives anti-Pékin et pro-démocratie en 2019.

Martin Lee, un avocat de 82 ans qui a été surnommé « le père de la démocratie » à Hong Kong, a été condamné à une peine de 11 mois avec sursis pour avoir participé à une manifestation le 18 août 2019.

Lai, 72 ans, propriétaire du journal local Apple Daily, a été reconnu coupable dans deux procès distincts pour des rassemblements non autorisés, respectivement les 18 et 31 août 2019. Il a écopé d’une peine de 15 mois pour le premier, dont trois mois ont été retranchés, et d’une peine de huit mois pour le second ; il purgera les deux.

Lai a également été inculpé de deux autres chefs d’accusation vendredi, l’un au titre de la loi sur la sécurité nationale, l’accusant de conspiration avec des puissances étrangères, l’autre l’accusant d’avoir aidé des militants locaux à fuir la ville.

Avant le verdict de la sentence, Lai était déjà détenu pour d’autres chefs d’inculpation, notamment pour collusion avec des puissances étrangères en vue d’intervenir dans les affaires de la ville – un nouveau crime prévu par la loi de sécurité nationale que Pékin a imposée à la ville en 2020.

Lee Cheuk-yan, 64 ans, ancien législateur et président de l’Alliance de Hong Kong pour le soutien aux mouvements démocratiques patriotiques de Chine, a été condamné à un total de 14 mois de prison pour sa participation aux deux marches d’août 2019.

Les avocats Albert Ho et Margaret Ng ont tous deux vu leur peine de 12 mois de prison suspendue pour deux ans. L’ancien législateur Leung Kwok-hung a été condamné à 18 mois, tandis qu’un autre ancien législateur, Cyd Ho, a été condamné à huit mois de prison.

Deux autres anciens législateurs, Au Nok-hin et Leung Yiu-chung, qui avaient précédemment plaidé coupable, ont également été condamnés à des peines de prison. Au a été condamné à 10 mois de prison, tandis que la peine de huit mois de prison de Leung a été suspendue pendant un an.

Dans une affaire distincte, l’ancien législateur Yeung Sum, a été condamné aux côtés de Lai et Lee Cheuk-yan pour leur participation à l’assemblée non autorisée du 31 août 2019, bien que sa peine de huit mois ait été suspendue pour un an.

« Je suis prêt à faire face à la peine et à la condamnation et je suis fier de pouvoir marcher avec les habitants de Hong Kong pour cette démocratie », a déclaré Lee Cheuk-yan avant la séance du tribunal, alors que des partisans brandissaient des pancartes condamnant la persécution politique. « Nous marcherons ensemble même dans l’obscurité, nous marcherons avec l’espoir dans nos cœurs. »

Martin Lee, un avocat de 82 ans qui a été surnommé « le père de la démocratie » à Hong Kong, salue ses partisans à l’extérieur du bâtiment du tribunal de West Kowloon à Hong Kong, le 16 avril 2021. (Song Pi-lung/The Epoch Times)

Le 18 août 2019, un rassemblement au parc Victoria organisé par le groupe local pro-démocratie Civil Human Rights Front a attiré plus de 1,7 million de Hongkongais protestant contre un projet de loi sur l’extradition qui permettrait au Parti communiste chinois d’envoyer les personnes accusées d’un crime à Hong Kong en Chine pour y être jugées. La police a approuvé le rassemblement, mais n’a pas autorisé la marche qui a suivi.

Les condamnations ont immédiatement suscité des critiques internationales, notamment de la part de législateurs canadiens, américains et britanniques.

« Le Parti communiste chinois continue d’imposer son emprise autoritaire sur Hong Kong, et l’emprisonnement de dirigeants pro-démocratie n’est que le dernier épisode d’une longue histoire de répression et de censure », a déclaré le sénateur Mitt Romney (Parti républicain, Utah), membre républicain de la sous-commission sur l’Asie de l’Est de la commission sénatoriale des affaires étrangères, selon un communiqué.

M. Romney a ajouté : « Nous demandons la libération immédiate de Jimmy Lai, Lee Cheuk-yan et des autres militants condamnés aujourd’hui, et nous nous tenons aux côtés du peuple de Hong Kong dans sa lutte pour la liberté et la démocratie. »

La députée canadienne Jenny Kwan a déclaré : « Le Canada doit agir immédiatement pour mettre en place des mesures d’asile pour les Hongkongais qui craignent la persécution politique. »

Avant d’être condamnés, sept des militants, dont Lai, Ng et Martin Lee, ont présenté leurs plaidoyers  pour des peines réduites devant un juge au palais de justice de West Kowloon, vendredi matin.

Ng, avocate, a congédié ses avocats et a prononcé elle-même son plaidoyer.

« Lorsque les gens, en dernier recours, ont dû exprimer collectivement leur angoisse et exhorter le gouvernement à réagir, protégés uniquement par leur attente que le gouvernement respecte leurs droits, je dois être prête à me tenir à leurs côtés, à les soutenir et à les défendre », a déclaré Mme Ng.

Elle a ajouté : « Sinon, tous mes engagements et toutes mes promesses ne seraient que des mots vides. »

Mme Ng a reçu en 2020 le prix international des droits de l’homme de l’American Bar Association, en reconnaissance de ses réalisations en faveur de la démocratie à Hong Kong. Elle a été membre du Conseil législatif (LegCo) de Hong Kong de 1995 à 1997 et de 1998 à 2012.

Vendredi matin, une centaine de personnes ont fait la queue devant le tribunal de West Kowloon pour entendre l’affaire et exprimer leur soutien aux militants. Parmi elles se trouvaient des représentants consulaires de plusieurs pays, dont l’Australie, le Canada, la France et la Suède, ainsi que Charles Whiteley, chef adjoint du bureau de l’Union européenne à Hong Kong et Macao.

(De gauche à droite) Des représentants consulaires de l’Australie, du Canada, de la Suède, de la France et des Pays-Bas, devant le West Kowloon Courts Building à Hong Kong, le 16 avril 2021. (Sung Pi-lung/The Epoch Times)

Lorsque Hong Kong est passé de la domination britannique à celle de Pékin en 1997, le Parti communiste chinois (PCC) avait promis d’accorder à la ville une autonomie et des libertés dont la popuation en Chine continentale ne jouit pas, pendant 50 ans, dans un cadre connu sous le nom de « un pays, deux systèmes ». Cependant, au cours de l’année écoulée, le PCC a introduit des mesures restreignant considérablement les libertés et la démocratie à Hong Kong, dont beaucoup craignent qu’elles ne rendent la ville pas différente de la Chine continentale.

Le 1er juillet de l’année dernière, Lee Cheuk-yan a témoigné à distance (pdf) devant une audience du Congrès de la Chambre des représentants, au cours de laquelle il a critiqué la loi draconienne de Pékin sur la sécurité nationale, entrée en vigueur la veille. Il a déclaré que cette loi « sonnait le glas ‘d’Un pays, deux systèmes’ ».

La loi sur la sécurité nationale punit des crimes vaguement définis, tels que la subversion et la sécession, d’une peine maximale de prison à vie.

Avec la destruction « ‘d’Un pays, deux systèmes’ et de l’État de droit, remplacé par l’État de la peur, les Hongkongais doivent apprendre à vivre et à survivre dans un environnement répressif tout en conservant la volonté de résister », a déclaré Lee dans son témoignage.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ