Les tribunaux chinois continuent à punir les pratiquants de Falun Gong pour leur foi

Par Cathy He
11 janvier 2020 Mis à jour: 12 janvier 2020

En 2019, le régime chinois a condamné 774 personnes pour avoir pratiqué leur foi dans le Falun Gong, une pratique spirituelle qui a été violemment persécutée par le régime communiste pendant plus de 20 ans.

Le Falun Gong (également connu sous le nom de Falun Dafa), une pratique méditative qui comprend un ensemble d’enseignements moraux, est devenu extrêmement populaire en Chine dans les années 1990, avec des estimations officielles de 70 à 100 millions de pratiquants à la fin de la décennie. Menacé par sa popularité, le régime communiste a interdit la pratique en 1999, déployant l’appareil de sécurité de l’État pour traquer, arrêter et détenir les pratiquants du Falun Gong.

Depuis, des centaines de milliers de pratiquants ont été détenus dans des camps de travail, des prisons et des centres de lavage de cerveau, selon le centre d’information de Falun Dafa. Pendant leur détention, beaucoup ont subi la torture dans le cadre des efforts du régime pour forcer les adhérents à renoncer à leur foi.

À ce jour, plus de 4 300 décès ont été confirmés par Minghui.org, un site web qui sert de centre d’information sur la persécution du Falun Gong en Chine. On croit que le nombre réel est beaucoup plus élevé en raison de la difficulté d’obtenir et de vérifier des informations sensibles de la Chine.

Minghui.org a publié les chiffres dans un rapport du 9 janvier basé sur les archives judiciaires chinoises. Des experts des droits de l’homme tels que Freedom House pensent que des milliers d’autres sont détenus dans des prisons noires, des centres de lavage de cerveau extrajudiciaires et des centres de détention provisoire sans condamnation formelle.

Une commission influente du Congrès américain a également récemment interpellé Pékin pour sa répression croissante des groupes confessionnels en 2019.

« Des universitaires et des groupes de défense des droits de l’homme ont décrit la persécution religieuse en Chine au cours de l’année écoulée comme étant d’une intensité jamais vue depuis la Révolution culturelle » , a déclaré la Commission exécutive du Congrès sur la Chine (CECC) dans un rapport annuel sur les droits de l’homme publié le 8 janvier.

Au cours de l’année écoulée, les responsables américains ont condamné à plusieurs reprises le Parti communiste chinois pour ses violations généralisées de la liberté religieuse.

« Le Parti exige qu’il soit seul appelé Dieu », a déclaré le secrétaire d’État américain Mike Pompeo en juin 2018.

« En Chine, l’intense persécution par le gouvernement de nombreuses religions – pratiquants de Falun Gong, chrétiens et bouddhistes tibétains parmi eux – est la norme », a-t-il dit.

Les pratiquants de Falun Gong condamnés en 2019 provenaient de 28 provinces et municipalités, selon le site Web, avec le plus grand nombre dans les provinces de Shandong, Heilongjiang et Liaoning. Les peines de prison variaient de quatre mois à 13 ans.

En outre, 271 pratiquants ont été condamnés à des amendes par les tribunaux, pour un total de 3 490 400 yuans (451 464 €), selon le rapport.

Les condamnés venaient de tous les horizons, y compris les comptables, les ingénieurs, les médecins, les cadres, les enseignants et les procureurs à la retraite.

La plus jeune était Zheng Feng, une professionnelle des médias de 26 ans de la province du Zhejiang (est de la Chine), qui a été condamnée à 3 ans et demi de prison pour avoir partagé des informations sur le Falun Gong avec ses camarades de classe et via les réseaux sociaux. Le plus âgé était Zhang Xinwei, 89 ans, originaire de la province sud-ouest du Sichuan, qui a été condamné à trois ans.

Certains ont été condamnés par les tribunaux quelques jours seulement après leur arrestation. D’autres ont été torturés en détention et emprisonnés malgré de graves conditions médicales, note le rapport. Par exemple, Hu Li, un ingénieur en aviation de 46 ans, a été condamné à une peine de deux ans alors qu’il était dans un état critique après sept mois de grève de la faim.

Selon le rapport, les autorités « ont violé la procédure légale à chaque étape du processus de poursuite, de la fabrication de preuves et de témoignages à la tenue de procès secrets et aus obstructions des appels ».

Le rapport du CECC a mis en évidence plusieurs cas de pratiquants de Falun Gong ou de défenseurs représentant des pratiquants qui ont été emprisonnés pour avoir exercé leurs droits humains. Ces exemples font partie de la base de données de la Commission sur les prisonniers politiques, un portail en ligne qui contient actuellement 1 598 cas.

Jiang Wei, une pratiquante de la province du Liaoning dans le nord-est de la Chine, purge actuellement une peine de 12 ans à la prison pour femmes du Liaoning. Pendant son incarcération, Jiang aurait subi des propos injurieux, des passages à tabac et 15 jours d’isolement cellulaire. En isolement, elle a été maintenue dans une cellule trop petite pour y rester. Elle a également été forcée de manger et de déféquer dans la cellule, qui était infestée de mouches et de moustiques.

L’enseignant du collège Bian Lichao, un pratiquant de la province du Hebei, dans le nord du pays, purge actuellement une peine de 12 ans. En 2014, les autorités ont également arrêté l’épouse, la fille et un autre membre de la famille de Bian pour les tentatives de sa fille de lui rendre visite en prison.

RECOMMANDÉ