Trois membres du groupe anti-gouvernemental Antifa arrêtés pour pillage

Par Zachary Stieber
9 juin 2020
Mis à jour: 9 juin 2020

Trois membres du groupe Antifa, d’origine communiste, ont été arrêtés après avoir participé à des pillages au Texas, au milieu des manifestations organisées pour protester contre la mort de George Floyd, ont déclaré les responsables.

Le trio est connu pour faire partie d’un groupe anti-gouvernemental à Austin appelé les anciens gardes rouges d’Austin, ont déclaré des officiers de police dans des documents judiciaires obtenus par le journal Epoch Times. Le groupe est identifié comme faisant partie d’Antifa, un réseau d’organisations locales qui prônent ouvertement la violence contre les opposants, y compris les journalistes et les policiers.

Lisa Hogan, 27 ans, Samuel Miller, 22 ans, et Skye Elder, 23 ans, tous d’Austin, ont été arrêtés au terme d’une enquête qui a révélé qu’ils étaient impliqués dans les dommages subis par une cible située sur Capital Plaza.

Lisa Hogan a été accusée d’avoir participé à une émeute, ainsi qu’au cambriolage d’un bâtiment, deux crimes, a déclaré le bureau du procureur du comté de Travis dans un communiqué. Lisa Hogan, qui aurait diffusé en direct la vidéo de la scène sur Facebook et encouragé d’autres personnes à se joindre au pillage, n’avait pas de masque.

Elle a fait l’objet d’une précédente enquête, selon des documents de présomptions obtenus par le journal Epoch Times. Lisa Hogan a été accusée dans le passé de coups et blessures, de voies de fait graves et d’évasion.

Samuel Miller a été arrêté pour méfaits et cambriolage d’un bâtiment, deux crimes. Les officiels disent qu’il a détruit des caméras de surveillance à l’extérieur de la cible. Il était également connu de la police.

Skye Elder a été arrêté pour avoir participé au cambriolage d’un bâtiment.

Samuel Miller, à gauche, Lisa Hogan, au centre, et Skye Elder, membres d’un groupe anti-gouvernemental qui se décrit comme faisant partie du réseau Antifa, ont été arrêtés pour des accusations comprenant participation à une émeute et cambriolage, ont déclaré des responsables texans. (Département de police d’Austin)

« La violence, les menaces contre la vie et la destruction de biens que nous avons vues à Austin et dans d’autres parties du pays, mettent en péril les droits et la sécurité de tous les citoyens, y compris des manifestants pacifiques », a déclaré Christopher Combs, agent spécial en charge du bureau du FBI à San Antonio, dans un communiqué.

Plusieurs dizaines de personnes se sont présentées à la cible le 31 mai vers 17 h 45 avant d’arracher le contreplaqué qui était fixé sur les portes pour essayer de protéger le magasin du pillage. Certains membres du groupe ont tendu un drap pour essayer de cacher ce qui se passait, ont déclaré des officiers du département de police d’Austin. Après avoir arraché les planches de bois, le groupe a brisé les vitres et a pénétré dans le magasin.

Les policiers sont arrivés peu de temps après. Samuel Miller et Lisa Hogan ont été repérés alors qu’ils s’éloignaient de la scène. Les policiers ont trouvé Samuel Miller dans un véhicule conduit par Skye Elder qui était stationné loin du magasin, une méthode couramment utilisée par les personnes menant des activités illégales pour tenter de s’évader.

Les pillards ont causé des dommages d’une valeur estimée à 21 000 $ US.

« Bien que je soutienne pleinement les droits à la liberté d’expression et de réunion, je ne peux pas tolérer la subversion de la manifestation pacifique par des destructions et des vols gratuits. Ces arrestations sont importantes pour protéger non seulement les propriétaires, mais aussi, et surtout, les manifestants pacifiques dont le message doit être entendu », a déclaré Margaret Moore, procureur du comté de Travis, dans une déclaration.

Le chef de la police d’Austin, Brian Manley, a ajouté : « Ces actes de vandalisme et de pillage ne seront pas tolérés. Nous apprécions la collaboration avec nos partenaires locaux et fédéraux pour appréhender ces suspects et les traduire en justice. »

L’enquête a été menée par la police d’Austin, le FBI et le bureau du procureur. Les investigations sont en cours.

Le directeur du département de la sécurité publique du Texas, Steven McGraw, a déclaré aux journalistes la semaine dernière que le pillage de la cible avait été organisé sur « une page web Antifa ». La surveillance des lieux où les agents de la force publique ont été mis en scène a été effectuée sur des comptes Antifa, a-t-il ajouté.

Antifa, qui a fomenté depuis plusieurs années le chaos au cours de manifestations organisées dans différentes régions du pays, fait partie des groupes qui profitent des manifestations pacifiques pour tenter de déclencher une révolution.

« Nous parlons d’extrémistes violents. Il y a des anarchistes. Il y a Antifa, mais il y a aussi des criminels qui utilisent ces événements pour piller, exploiter et blesser les autres », a déclaré M. McGraw.

Le procureur général William Barr a déclaré le mois dernier que des groupes radicaux violents profitaient des manifestations légitimes et pacifiques pour poursuivre des objectifs extrémistes, en nommant spécifiquement Antifa.

Des hommes faisant partie du mouvement dit « boogaloo », qui comprend des individus prêts à commettre des actes de violence, ont également été arrêtés pour avoir tenté de tirer profit des manifestations.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ