L’alignement étrange des trous noirs révélerait la grande cohérence de l’univers

12 novembre 2016 Mis à jour: 9 octobre 2018

Dans Au-delà de la science, Epoch Times explore les recherches et les récits examinant les phénomènes et les théories qui posent un défi aux connaissances actuelles. Nous nous penchons sur les idées stimulant l’imagination et ouvrant de nouvelles possibilités. Faites nous part de vos idées sur ces sujets, parfois controversés.

Lorsque les astronomes observent l’univers sur une grande échelle – lorsqu’ils reculent pour observer l’arrangement de galaxies sur une échelle de milliards d’années-lumières – ils peuvent constater que les galaxies s’alignent dans une formation en toile.

Les galaxies s’attachent les unes aux autres autour de gigantesques vides.

De nouvelles observations effectuées avec le Très Grand Téléscope de l’Observatoire européen austral (ESO) au Chili ont révélé que les axes de rotation des trous noirs supermassifs au centre des galaxies s’alignent les uns avec les autres, à travers des milliards d’années-lumières. Ils s’orientent eux-mêmes le long des filaments de cette toile cosmique.

Les galaxies s’alignent dans une formation en toile.

Une équipe menée par Damien Hutsemékers de l’Université de Liège en Belgique a étudié 19 quasars polarisés avec des trous noirs supermassifs étant très actifs dans leurs centres, explique le site internet de l’ESO. Ils brillent très fortement, et les chercheurs ont observé la polarisation de la lumière autour des quasars.

L’étude de l’équipe a été publiée en novembre 2014 dans le magazine Astronomy & Astrophysics : « Nous avons découvert que les vecteurs de polarisation d’un quasar sont soient parallèles ou perpendiculaires aux directions des structures à large échelle auxquels ils appartiennent [la toile]. Des mesures statistiques indiquent que la probabilité que cet effet puisse être attribué à une polarisation orientée aléatoirement est de l’ordre de 1 %. »

Pour résumer, il est donc très improbable que cet alignement soit aléatoire, confirmant l’idée d’un grand ordre dans la structure de l’univers.

Il est très improbable que cet alignement soit aléatoire, confirmant l’idée d’un grand ordre dans la structure de l’univers.

Hutsemékers explique dans un communiqué de presse de l’ESO : « La première chose étrange que nous avons remarqué est que les axes de rotation des quasars sont alignés les uns avec les autres – et ce malgré le fait que ces quasars soient séparés par des milliards d’années-lumières. »

L’équipe a découvert que non seulement les axes de rotation s’alignent les uns avec les autres, mais ils s’alignent également selon la structure en toile de l’univers à une large échelle. « Ces alignements dans cette nouvelle donnée, à une échelle encore plus grande que les prédictions simulées actuelles, pourrait être un indice qu’il y a un ingrédient manquant dans nos modèles actuels du cosmos », a déclaré Dominique Sluse de la Argelander-Institut für Astronomie à Bonn en Allemagne et l’Université de Liège, selon un communiqué de l’ESO. Bien que ces observations pointent un ingrédient manquant, ils fournissent également la confirmation de prédictions de l’évolution de l’univers faites par des modèles numériques.

Le communiqué de l’ESO décrit l’alignement comme « étrange ». En parlant des observations à travers les milliards d’années-lumières, ce que les astronomes ont observé est en fait la situation d’il y a très longtemps, lorsque l’univers était à un tiers de son âge actuel.

L’étude publiée par l’équipe de recherche : http://www.eso.org/public/france/news/eso1438/

Le communiqué de presse de l’ESO : http://www.aanda.org/articles/aa/abs/2014/12/aa24631-14/aa24631-14.html

RECOMMANDÉ