Trouver l’équilibre entre l’ancien et le moderne

14 juin 2017
Mis à jour: 22 juin 2017

La plus grande partie de la semaine, Joshua Li, 44 ans, est professeur assistant de chirurgie orthopédique à l’université de Virginie. Il reçoit des patients avec des lésions de la colonne vertébrale et étudie l’utilisation des nanoparticules pour traiter la dégénérescence discale des invertébrés.

Chaque dimanche, il éteint pourtant son téléphone et anime un groupe d’exercice au centre pour seniors de Charlottesville, en pratiquant les exercices doux et ralentis du Falun Gong.

Le Falun Gong, ou Falun Dafa, est une discipline spirituelle et traditionnelle chinoise. Il est pratiqué dans le monde entier mais reste persécuté dans sa terre natale de Chine après avoir attiré 70 à 100 millions de pratiquants estimés à la fin des années 1990.

Jiang Zemin a lancé la persécution du Falun Gong le 20 juillet 1999.

Cette année marque les 25 ans de l’introduction du Falun Gong en Chine.

La discipline comprend une philosophie plaçant les valeurs de la morale traditionnelle devant le gain matériel, et a attiré de nombreux professionnels accomplis des différents domaines comme Li.

Li et d’autres expliquent que cela est dû à l’impact immédiatement ressenti de la pratique sur leurs vies, comprenant des bénéfices importants sur la santé aussi bien que sa philosophie de transformation interne qui est simple à saisir mais profonde lorsque mise en pratique.

La recherche

Le qigong, l’école des pratiques énergétiques dont le Falun Gong fait partie, était immensément populaire en Chine dans les années 1980 et 1990. Le principal attrait était son impact positif sur la santé.

La promesse du bien-être a mené Li au qigong. Il a longtemps cherché des traitements alternatifs pour sa mère, qui était facilement grippée après avoir été exposée à des produits chimiques durant son travail de chercheuse en missiles pour le régime chinois. « Nous gardions les fenêtres fermées à la maison, et ma mère portait des vêtements épais même durant l’été », se souvient-il.

À 12 ans, Li a commencé le tai chi, un art martial chinois connu pour ses bénéfices sur la santé, et a voulu l’apprendre à sa mère. Elle a aussi essayé la médecine chinoise et l’acupuncture.

Au lycée et à l’université, Li a essayé aléatoirement certaines des centaines de différentes écoles de qigong enseignées alors, mais a abandonné par désillusion en 1995.

Joshua Li est professeur de chirurgie orthopédique à l’université de Virginie et pratiquant de Falun Gong. (Courtoisie de Joshua Li)

« De nombreux maîtres de qigong créent de fausses pratiques dans le seul but de faire fortune et de se faire un nom. Il y avait des choses montées de toutes pièces comme ‘l’eau avec des messages’ ou le ‘thé avec des messages », rapporte-t-il.

« Restez loin du qigong trafiqué », a conseillé Li à ses parents, avant de quitter la maison pour retourner à l’université médicale de Xi’an dans la province du Nord-Ouest du Shaanxi pour compléter sa maîtrise en orthopédique. Li a lui-même continué à pratiquer le tai chi.

Après avoir reçu son diplôme en juillet 1997, il est revenu chez ses parents pour trouver une brise passant à travers les fenêtres et sa mère en manches courtes – une vision qu’il n’avait jamais eu l’occasion d’observer.

Alors qu’il se précipitait autour de la maison pour fermer les fenêtres, sa mère l’a appelé : « Hé, ne t’en fais pas, je suis guérie ! »

Elle avait commencé à pratiquer le Falun Gong en mai de cette année

Les bénéfices sur la santé

Bien que le Falun Gong comme toute la pensée chinoise intègre une façon de gagner une connaissance sur le monde par des moyens ne pouvant pas être scientifiquement mesurés, ce furent les effets apparemment miraculeux de la pratique qui ont amené Joshua, et beaucoup comme lui à le considérer sérieusement.

Li Hongzhi le fondateur du Falun Gong a donné sa première conférence publique le 13 mai 1992 à un groupe restreint dans sa ville natale de Changchun dans le Nord-Est de la Chine.

En 1993, des centaines de personnes ont assisté à la série de conférences de 10 jours. En 1994, des organisateurs volontaires devaient réserver des stades au lieu d’auditoriums pour pouvoir faire entrer les milliers de personnes s’étant inscrites pour les conférences de M. Li.

Li Hongzhi faisait payer une somme dérisoire pour les frais des conférences et insistait pour que le Falun Gong reste toujours gratuit à pratiquer. Il a arrêté de donner des conférences après la publication en janvier 1995 de « Zhuan Falun » (« Tourner la Roue de la Loi ») qui pose les enseignements fondateurs du Falun Gong. Dans les années qui suivirent, des dizaines de millions de chinois ont commencé à adopter la pratique.

Zhu Liming, un colonel de la Force aérienne de l’armée populaire de libération devenu un coordinateur volontaire du Falun Gong après avoir assisté à une série de conférence à Pékin en août 1992, pense qu’il y a deux raisons principales au phénomène du Falun Gong.

D’abord, « l’effet guérisseur du Falun Gong est superbe », indique Zhu. Beaucoup ont trouvé que leurs problèmes de santé avaient simplement disparu après une courte période de pratique.

Joshua Li était étonné quand il a entendu que c’était du qigong – qu’il pensait être du charlatanisme – qui avait soigné sa mère. « Eh bien, le Falun Gong a un livre », lui a alors dit sa mère en lui tendant une copie de « Zhuan Falun ».

Cela est le second attrait de la pratique : ses enseignements, et la transformation morale qu’ils inspirent.

« J’ai lu le premier chapitre et j’ai appris de quoi traitait vraiment le qigong », a déclaré Li. Il a fini d’une traite les huit autres chapitres, et le lendemain il a commencé à apprendre les exercices.

Élévation morale

Le Falun Gong comprend quatre exercices debout et une méditation assise d’une heure, mais n’est pas simplement une pratique de santé et de mise en forme, explique Zhu, ancien colonel de la force aérienne.

« Les enseignements du professeur Li permettent aux gens d’élever leur moralité », déclare-t-il. « Beaucoup ont finalement compris que le Falun Gong est une authentique méthode de cultivation de soi. » Zhu vit maintenant à New York après avoir quitté la Chine en raison de la persécution.

Zhu Liming est un ancien colonel de la force aérienne de l’armée populaire de libération qui est devenu coordinateur volontaire du Falun Gong à Pékin. (Courtoisie de Zhu Liming)

La cultivation de soi ou l’amélioration du caractère de quelqu’un par l’adhésion à des principes moraux a une histoire en Chine remontant à au moins 2000 av. J.-C. . Le Falun Gong est vécu par les pratiquants comme la continuation de cette tradition alors qu’ils essaient de vivre par les principes de vérité, compassion et tolérance, qu’ils comprennent comme étant la fondation de l’univers.

La quête plus profonde pour une élévation morale signifie que le Falun Gong a attiré des seniors retraités et des ménagères, aussi bien que des professionnels accomplis et des intellectuels.

Frank Qin, gestionnaire d’investissement pour un fonds de santé à Manhattan, était à la recherche d’une discipline spirituelle et traditionnelle chinoise basé sur la cultivation de soi depuis un certain temps jusqu’à ce qu’il trouve la communauté du Falun Gong de l’université Tsinghua en 1995. À cette époque plus de 500 facultés et des étudiants de l’université d’élite chinoise, connue comme le MIT chinois, faisaient les exercices quotidiennement sur le campus, indique-t-il. Cela offrait une puissante incitation morale.

« Le Falun Dafa enseigne que nous devrions pardonner et être patients dans nos vies quotidiennes, de toujours regarder à l’intérieur en premier pour situer nos lacunes lorsque des problèmes surgissent », ajoute Qin. « Lorsque nous cherchons à être compatissant et plus sincère, nous pouvons améliorer la société. »

Levi Browde, travaillant dans une compagnie d’informatique et directeur exécutif du Falun Dafa Information Center, a vu de nombreux exemples caractéristiques d’amélioration individuelle parmi les pratiquants de Falun Gong à New York.

Levi Browde, travaillant dans une compagnie d’informatique et directeur exécutif du Falun Dafa Information Center, parlant à un rassemblement du Falun Gong le 14 mai 2014. (Dai Bing/The Epoch Times)

« J’ai vu des gens combatifs dans la vingtaine qui parlaient rarement à leurs parents ou qui les avaient tout à fait laissés derrière, revenir là-dessus et reconstruisant ces relations, les rendant saines et fortes pour les deux partis », déclare-t-il. « Dans ma propre vie quotidienne, j’ai vu comment les enseignements du Falun Dafa m’ont aidé à élever mes deux garçons avec compassion et intégrité. »

Browde pense que les journalistes attribuant la popularité extraordinaire du Falun Gong dans les années 1990 au « vide spirituel » créé par le régime communiste athée manquent l’aspect de la cultivation de soi qui a un aspect universel.

« Le Falun Dafa s’est répandu si vite, pas en raison de l’environnement dans lequel il a été introduit, mais par ce qu’il avait à offrir, sans lien avec l’environnement », explique Browde.

Joshua Li, le chirurgien de la colonne vertébrale, a des patients lui disant qu’il semble est « spécial » et plus calme, comparé à d’autres médecins tendus et épuisés. Il équilibre la prise en charge des patients avec son travail de recherche complexe sur la régénération des tissus spinaux, pour lequel il a reçu de nombreuses distinctions et récompenses.

« Pratiquer le Falun Gong me fait prendre le point de vue des autres », déclare Li. « C’est peut-être pourquoi les patients à lhôpital pensent que je suis plus attentif. »

Version anglaise

RECOMMANDÉ