Troyes : elle veut sortir du parking, la borne automatique lui demande de payer 519 euros pour quitter les lieux

Par Séraphin Parmentier
22 juin 2020
Mis à jour: 22 juin 2020

Au moment de quitter les lieux, une conductrice s’est trompée en insérant dans la borne automatique un vieux ticket de stationnement qu’elle avait conservé dans son véhicule.

Le jeudi 18 juin, les élus de Troyes (Aube), ont évoqué une affaire originale pendant une séance du conseil municipal.

Les faits remontent au 28 février. Ce jour-là, une automobiliste quitte le parking du 14 Juillet et se trompe de ticket en arrivant à la borne automatique installée au niveau de la sortie.

Elle présente en effet à la machine un vieux ticket en date du 30 octobre 2019 qu’elle avait conservé dans son véhicule. Une erreur d’inattention qui va lui coûter cher, puisque la borne lui demande de s’acquitter de 519,1 euros pour pouvoir quitter les lieux, rapportent les journalistes de L’Union.

Une note salée qui correspond à un stationnement ininterrompu entre le 30 octobre 2019 et le 28 février 2020…

Selon le quotidien régional, une autre automobiliste avait connu une mésaventure similaire dans le parking des Halls au mois de décembre 2019. La conductrice avait dû régler 221,9 euros alors qu’elle ne devait rien.

Le conseil municipal de Troyes a décidé de rembourser ces deux automobilistes.

 

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ