Trump a déjà remporté les élections de 2020

Par Roger L. Simon
20 juillet 2020
Mis à jour: 20 juillet 2020

Compte tenu des sondages qui montrent que Donald Trump est bien distancé de Joe Biden, son adversaire démocrate à la présidence américaine, on pourrait penser que quiconque disant que Trump a déjà remporté les élections de novembre 2020 est une espèce d’idiot – et peut-être que je le suis (on m’a traité de pire).

Cependant, je ne peux m’empêcher de penser que, dans les conditions actuelles, les sondages ne valent seulement pas le papier sur lequel ils sont imprimés – ils sont à peu près aussi précis qu’un thermomètre écrasé par un véhicule à six roues motrices (6×6).

Ces jours-ci, aucune personne raisonnable ne parle en public de son allégeance politique – surtout pas à un sondeur anonyme.

Au lieu de cela, les Américains achètent des armes en nombre record.

Pourquoi pas ? Appeler le numéro de police aux États-Unis est devenu à peu près aussi utile que d’appeler le soutien technique pour une petite radio à transistor écrasée par le même 6×6.

Les statues détruites des personnages historiques sont la moindre des choses. Elles sont inanimées. Les habitants vivants de Seattle, Portland, New York, Chicago, San Francisco, Philadelphie et ainsi de suite vivent eux-mêmes un cauchemar. La violence sévit dans les rues de toutes nos grandes villes dont les taux de meurtres augmentent de manière vertigineuse (au fur et à mesure que je tape cet article, les informations rapportent 9 nouvelles victimes de balles tirées à Washington).

Y a-t-il déjà eu autant de commerces et d’entreprises détruits, dont beaucoup ne fonctionnent toujours pas, à travers tous les États-Unis ?

L’Amérique n’est pas au milieu d’une guerre civile. Elle est au milieu d’un effondrement national avec les leaders néo-marxistes farfelus de Black Lives Matter et Antifa ouvrant la voie à l’oubli et à la haine mutuelle (en fait, un retour au tribalisme).

Est-ce que ces gens savent que le marxisme est devenu la plus grande machine de meurtre de masse de l’histoire du monde ? Peut-être qu’ils s’en moquent. Ou ils pensent qu’ils réussiront à bien faire les choses cette fois – mais regardez seulement autour de vous.

Pendant ce temps, les dirigeants « libéraux » (que je définis ailleurs comme des « narcissiques moraux ») de ces villes et États ne font rien, frémissant de peur jusqu’à ce que les émeutiers ne se rapprochent trop près de chez eux, comme à Seattle quand ils sont arrivés à la maison du maire – oubliez les « petites gens » – ou à Portland, où le maire infantile a tergiversé lorsque Trump a décidé de faire quelque chose après que cette ville a été assiégée pendant deux mois (en 1529, le siège de Vienne par l’armée turque n’a duré que 18 jours – et cela a changé l’histoire).

Il n’est pas étonnant que les policiers prennent leur retraite partout aux États-Unis.

Que ce soit les mesures de prévention du Covid-19 ou simplement la folie de la société, tout semble échapper à tout contrôle.

Les gens parlent des années 1960, mais je n’ai jamais rien vu de pareil et je suis né à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Alors, peut-on croire que les gens seront honnêtes en répondant aux appels des sondeurs ?

Ne comptez pas sur moi, et je suis sûr que je ne suis pas le seul.

Ce qui m’amène à penser que Trump a probablement déjà remporté les élections. (D’accord, j’ai mis le mot « probablement », car nous sommes encore à quelques mois de ces élections).

Cela devrait être évident. Trop d’Américains sont ce que l’auteur américain Kurt Schlicter appelle à juste titre des « normaux ». Ces gens ne sont pas que blancs. Ils sont marron et noir et jaune et tout autre.

Certains d’entre eux sont des amis, des parents et des collègues qui ne disent rien sur quoi que ce soit, ou qui le font rarement, qui ne veulent pas que leur voiture soit vandalisée ni que quelque chose de bien pire leur arrive. Mais ils sont là.

Certains parmi eux n’acceptent pas certains des excès présumés de Trump, mais ils acceptent encore moins l’idée que la police ne sera pas là en cas d’urgence pour leurs familles. Et ils ont vu cela se produire partout.

Ils méprisent également l’idée de « cancel culture » parce qu’ils sont au fond d’eux de bons êtres humains.

Ils ne voient pas de différence entre « defund the police » ou « rediriger les fonds » parce qu’ils y voient clairement l’aspect politique.

Ils ne veulent pas que leurs enfants entendent dire du mal de leur pays à l’école. Et ils veulent que leurs enfants aillent à l’école.

Ces gens, lorsqu’ils entreront dans l’isoloir, ne se demanderont pas si Christophe Colomb était ou non un raciste ou si quelqu’un a agité un drapeau confédéré lors d’un événement sportif.

Ils voudront savoir s’ils peuvent promener leur chien la nuit sans craindre d’être abattus.

Et puis il y a l’enquête du procureur John Durham sur les origines de l’enquête russe qui a empoisonné toute la première partie du mandat de Donald Trump.

Et puis il y a la question de la Chine…

Roger L. Simon est, entre autres, romancier primé, scénariste sélectionné aux Oscars et cofondateur de PJ Media. Ses derniers livres s’intitulent I Know Best: How Moral Narcissism Is Destroying Our Republic, If It Hasn’t Already et The GOAT.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ