Trump cible l’espionnage académique et les entreprises chinoises cotées en bourse aux États-Unis, dans le cadre d’un durcissement de position vis-à-vis de Pékin

Par Cathy He
31 mai 2020
Mis à jour: 31 mai 2020

Le 29 mai, le président américain Donald Trump a déclaré que son administration prendra des mesures pour contrer le vol de propriété intellectuelle mené par l’État chinois dans les institutions de recherche et les institutions académiques américaines.

M. Trump a déclaré qu’il publierait une ordonnance dès le 29 mai « pour mieux sécuriser la recherche universitaire vitale de notre nation, et pour suspendre l’entrée de certains ressortissants étrangers en provenance de Chine que nous avons identifiés comme des risques potentiels pour la sécurité ».

Cette action a été annoncée dans un discours de grande envergure signalant le durcissement de l’action américaine pour contrer les menaces posées par le régime chinois aux États-Unis et à Hong Kong. Elle s’inscrit également dans le contexte des critiques répétées des États-Unis concernant la mauvaise gestion par Pékin de l’épidémie du virus du PCC, qui a provoqué la pandémie mondiale.

Selon un communiqué de la Maison-Blanche, cette mesure bloque l’entrée de certains ressortissants chinois de niveau supérieur qui sont associés à des entités qui soutiennent la stratégie de fusion civilo-militaire de la Chine. Cette stratégie d’État préconise de tirer parti de l’industrie privée et des universités pour faire avancer le régime militaire.

« Pendant des années, le gouvernement chinois a mené des activités d’espionnage illicite pour voler nos secrets industriels, qui sont nombreux », a déclaré M. Trump.

Dans le cadre de l’ « initiative pour la Chine » du ministère américain de la Justice, les procureurs ont inculpé des chercheurs et des universitaires chinois et américains dans une série d’affaires d’espionnage économique liées à la Chine.

Il y a environ 370 000 étudiants chinois qui étudient aux États-Unis, selon les statistiques compilées par l’Institut à but non lucratif de l’éducation internationale et le département d’État américain.

Entreprises chinoises sur les marchés américains

Dans une autre mesure, le président a annoncé qu’il ordonnait une enquête sur les entreprises chinoises cotées en bourse aux États-Unis.

L’examen par le groupe de travail de l’administration sur les marchés financiers portera sur les « différentes pratiques des entreprises chinoises cotées sur les marchés financiers américains, dans le but de protéger les investisseurs américains », a déclaré M. Trump.

« Les entreprises d’investissement ne devraient pas soumettre leurs clients aux risques cachés et indus associés au financement d’entreprises chinoises qui ne respectent pas les mêmes règles », a-t-il ajouté.

Actuellement, le régime chinois empêche les régulateurs américains d’inspecter les rapports d’audit complets des sociétés cotées en bourse ayant leur siège en Chine continentale et à Hong Kong, en invoquant la sécurité nationale et le secret d’État. Les critiques ont souligné à plusieurs reprises que ce manque de transparence présentait des risques importants pour les investisseurs américains.

« Les Américains ont droit à l’équité et à la transparence », a déclaré M. Trump.

La semaine dernière, le Nasdaq a informé Luckin Coffee qu’il prévoyait de retirer la société de la cote, un mois après que la marque de boissons chinoise a admis que son directeur des opérations avait falsifié les ventes de 2019 d’environ 310 millions de dollars. En janvier, Muddy Waters Research, un vendeur à découvert, a déclaré qu’il parierait contre l’action, sur la base d’un compte-rendu selon lequel la société commettait une fraude.

Le site de streaming vidéo chinois iQiyi a également été accusé en avril par Wolfpack Research, une société de recherche financière militante, de surestimer ses revenus en 2019 de pas moins de 1,9 milliard de dollars.

En septembre dernier, 172 sociétés chinoises étaient cotées sur les bourses américaines, pour une valeur de plus de 1 000 milliards de dollars, selon le rapport annuel de la Commission d’examen des questions économiques et de sécurité entre les États-Unis et la Chine. Il s’agit notamment du groupe Alibaba, de Baidu et de JD.com.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ