Trump déclare que ni les démocrates ni les médias ne se sont excusés pour l’avoir accusé à tort de collusion avec la Russie

Par Victor Westerkamp
2 décembre 2019 Mis à jour: 2 décembre 2019

Dans sa première interview radiophonique depuis son élection, Donald Trump affirme que ni les démocrates ni les médias ne se sont jamais excusés auprès de lui pour l’avoir accusé à tort de collusion avec la Russie.

Le jour de Thanksgiving, le président américain Donald Trump a accordé une longue entrevue à Bill O’Reilly, journaliste, auteur et animateur radio, dans laquelle il a parlé franchement de questions brûlantes comme l’enquête de destitution, la collusion présumée avec la Russie, le contrôle des cartels de la drogue au Mexique et la situation des sans-abri en Californie.

M. Trump a également exprimé ses sentiments personnels quant au fait d’être attaqué à tort quotidiennement par ses opposants politiques et les médias.

Bill O’Reilly, présentateur de Fox News, le 6 avril 2016. (Dimitrios Kambouris/Getty Images pour Hollywood Reporter)

M. O’Reilly a commencé par un sujet brûlant, la procédure actuelle de destitution. « Étiez-vous surpris que le récit du Parti démocrate et de la presse ne parle que de votre tentative de faire du mal à Joe Biden pour votre profit personnel ? » a demandé M. O’Reilly.

« Cette histoire est un mensonge et c’est choquant, bien qu’ils soient corrompus. Les médias font essentiellement partie du Parti démocrate, et les médias sont très corrompus », a déclaré M. Trump, qui a ajouté : « En générale, vous lisez ces histoires dans le New York Times ou le Washington Post, pourtant cela n’a rien à voir avec la réalité et les audiences, et vous pouvez le voir avec ce qui se passe dans les sondages, ils sont à la baisse, le concept de destitution du président est très peu répandu. »

Le 6 septembre 2018, des gens passent devant l’immeuble du New York Times à New York. (Angela Weiss/AFP/Getty Images)

Bill O’Reilly a ensuite demandé : « Quel était votre sentiment quand M. Mueller a finalement dit qu’ils n’ont rien contre le président ? »

M. Trump a répondu : « Je savais que je n’avais rien fait de mal, c’est comme ce qu’a dit Hillary Clinton l’autre jour, comme quoi Tulsi Gabbard et Jill Stein, du Parti vert, étaient des agents de la Russie. Ok. C’est ce qu’ils ont dit sur moi, et c’était tout aussi faux. Maintenant, je sais, je ne connais pas ces deux personnes, mais je sais qu’elles n’ont rien à voir avec la Russie, tout est ok. »

« La presse s’est-elle excusée auprès de vous ? » a demandé Bill O’Reilly avant d’ajouter : « Est-ce que la presse vous a dit : ‘[Voilà], […] vous avez été condamné dans le New York Times, le Washington Post et les réseaux câblés, [et nous reconnaissons que cela] vous a causé du tort’ ? »

« Non, personne n’a rien dit, et M. Mueller ne l’a pas dit. Sa bande de 13 démocrates en colère ne l’a jamais dit non plus. Il est passé à 18, au fait, comme vous le savez. Mais ils n’ont jamais rien dit [de tel]. Le Washington Post ne m’a jamais présenté d’excuses pour leurs faux reportages pendant des années. Le New York Times ne s’est pas excusé non plus », a déclaré le président.

Le mois dernier, la Maison-Blanche a interrompu son abonnement au New York Times et au Washington Post et a ordonné aux agences fédérales de faire de même, a rapporté Epoch Times.

L’entrée du Washington Post. (Brendan Smialowski/AFP/Getty Images)

« Le fait de ne pas renouveler les abonnements dans tous les organismes fédéraux permettra aux contribuables de réaliser d’importantes économies », a déclaré Stephanie Grisham, attachée de presse de la Maison-Blanche, dans un communiqué.

M. Trump a qualifié le New York Times de « faux journal » (fake newspaper), et a poursuivi : « Nous n’en veut même plus à la Maison-Blanche, nous allons probablement mettre fin à cela [l’abonnement] et au Washington Post. »

Donald Trump a déclaré que les deux journaux avaient reçu des prix Pulitzer pour leurs reportages sur lui et la Russie, malgré qu’ils soient faux. « Si vous jetez un coup d’oeil au New York Times, et si vous regardez le genre de reportage qu’ils font, vous constatez que tout a toujours été faux. »

L’administration conserve cependant des abonnements à d’autres journaux, dont le Wall Street Journal, le Washington Times et le New York Post.

RECOMMANDÉ