Trump envisage de classer la mouvance Antifa dans les organisations terroristes

Par Ivan Pentchoukov d'Epoch Times et Zachary Stieber de NTD
29 juillet 2019
Mis à jour: 30 juillet 2019

Connus pour émailler les manifestations dans le but de s’en prendre à leurs cibles avec la violence : police, manifestants, magasins, les antifas revendiquent en France la violence pour la violence. Aux États-Unis, le groupe fait parler de lui à travers des agressions violentes ponctuelles, et la dernière en date pourrait bien être décisive sur l’avenir du mouvement.

Donald Trump a annoncé le 27 juillet que son gouvernement pourrait déclarer le groupe d’extrême gauche Antifa « une organisation terroriste majeure ».

« Nous envisageons de déclarer l’ANTIFA, ce mouvement lâche de radicaux de gauche qui frappent les gens (seulement des gens désarmés) avec des battes de baseball en visant la tête, comme une organisation terroriste majeure (avec MS-13 et autres). Cela pourrait faciliter le travail de la police ! », M. Trump a écrit sur Twitter le 27 juillet.

Les représentants républicains Bill Cassidy et Ted Cruz ont proposé une résolution au Sénat pour condamner les actes de violence perpétrés par les membres d’Antifa et pour qualifier le groupe d’organisation terroriste nationale.

Les sénateurs ont proposé cette résolution à la suite de l’agression brutale du journaliste indépendant Andy Ngo par des membres du  mouvement. À la fin du mois dernier, Andy Ngo, connu pour ses enquêtes sur la violence des antifas, a reçu un coup de poing au visage, un coup de pied et des tasses remplies d’une substance blanche jetées sur lui alors qu’il couvrait une des manifestations du groupe à Portland, dans l’Oregon. La police de Portland a déclaré plus tard que les tasses contenaient du ciment à séchage rapide mélangé à des milkshakes.

À LIRE AUSSI :

– Un journaliste de terrain agressé et volé par des manifestants d’Antifa

L’attaque a laissé M. Ngo ensanglanté et meurtri, avec un lobe d’oreille déchiré et une hémorragie cérébrale. Dans une vidéo diffusée après l’agression, le journaliste – qui a été secouru, a déclaré que ses agresseurs avaient également volé son équipement pour la prise de photo.

Andy Ngo, journaliste basé à Portland, couvert d’une substance inconnue à ce moment-là, après avoir été attaqué par des antifas à Portland, Oregon, le 29 juin 2019. (Moriah Ratner/Getty Images)

« Les antifas sont une organisation terroriste composée de radicaux haineux et intolérants qui poursuivent leur programme extrême par la violence et l’agression », a déclaré M. Cruz dans un communiqué le 19 juillet.

« À maintes reprises, leurs actions ont démontré que leur but principal est de porter préjudice à ceux qui s’opposent à leurs points de vue. Comme toute organisation terroriste, elles choisissent de poursuivre leurs fins politiques par la violence, la peur et l’intimidation. Il faut les arrêter. Je suis fier de présenter cette résolution avec le sénateur Cassidy pour bien identifier ce que sont les antifas : des terroristes. »

Rich Valdes, producteur associé de l’émission Mark Levin et animateur de « This is America« , a répondu au message Twitter de M. Trump le 27 juillet, appelant M. Trump à « arrêter leur violence et leur intimidation » avant de devenir encore plus radicaux.

Contacté par The Epoch Times,  il a expliqué que les antifas doivent être arrêtés parce qu’ils utilisent « la violence et l’intimidation envers un segment entier de notre population afin de dominer le discours politique des conservateurs qui pensent de façon indépendante ».

« Porter des masques, porter des barres de fer en guise d’étendards et pulvériser du poivre sur les journalistes et les dissidents va bien au-delà de la revendication de la liberté d’expression. Ce sont des fauteurs de troubles, ils terrorisent les gens et ils cherchent la bagarre. Ce sont, par définition, des terroristes nationaux », a-t-il dit.

Antifa members beat up Andy Ngo
(Moriah Ratner/Getty Images)

Les origines de cette mouvance violente remonte au mouvement « antifasciste » en Allemagne, qui faisait partie des opérations de front de l’Union soviétique pour inciter une révolution communiste dans le pays européen. Aux États-Unis, le groupe prétend que ses membres luttent contre le fascisme, mais il est rare qu’ils affrontent de vrais fascistes.

À LIRE AUSSI :

– Le groupe « Antifa » est lié aux groupes extrémistes communistes

Au lieu de cela, leurs membres, qui sont composés de communistes, de socialistes et d’autres radicaux de gauche, étiquettent les partis et les individus qui ne s’alignent pas sur leur idéologie en tant que « fascistes » pour justifier l’utilisation de la violence contre eux.

Le groupe a souvent fait la une des journaux pour ses attaques violentes contre des groupes d’opposition, en particulier les partisans de Trump, qu’ils ont qualifiés de « fascistes ».

D, Trump a critiqué le groupe, les qualifiant de « malades » lors d’un rassemblement en Caroline du Nord le 17 juillet. « Ce sont de mauvaises personnes. Ce sont des gens malades et très mauvais », a-t-il dit en s’adressant à la foule.

À LIRE AUSSI :

– D’après Trump, les antifas sont des « extrémistes haineux » et leurs rangs sont remplis de personnes « mauvaises et malsaines »

Le président a noté que les membres d’Antifa sont souvent jeunes et préfèrent porter des masques pour éviter d’être identifiés par les forces de l’ordre lorsqu’ils commettent des attaques.

« Ils sont très courageux, ils arrivent masqués, couverts, puis ils rentrent chez eux, ils ne veulent pas que papa et maman sachent où ils étaient », a dit le président.

Le journaliste d’Epoch Times Ivan Pentchoukov, et le journaliste de NTD, Zachary Stieber, ont contribué à cet article.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ