Trump : Les États-Unis réagiront avec force si Pékin va de l’avant avec la loi de sécurité nationale de Hong Kong

Par Eva Fu
22 mai 2020
Mis à jour: 28 mai 2020

Le président américain Donald Trump a déclaré le 21 mai que les États-Unis réagiraient fortement si la Chine donnait suite à son projet d’imposer une nouvelle loi sur la sécurité nationale à Hong Kong. Selon les critiques, cette mesure éroderait encore plus l’autonomie de la ville et permettrait au régime de réprimer les voix dissidentes sous prétexte de préserver la sécurité.

Zhang Yesui, porte-parole du Congrès national du peuple (NPC), le corps législatif du régime, a annoncé le 21 mai au soir que l’organisme proposera un projet de loi visant à « établir et améliorer le système juridique et le mécanisme d’application pour sauvegarder la sécurité nationale dans la région administrative spéciale de Hong Kong ».

« Si cela se produit, nous aborderons cette question avec beaucoup de force », a déclaré Donald Trump aux journalistes jeudi avant de quitter la Maison-Blanche.

D’autres détails de la loi seront publiés vendredi, a ajouté  Zhang Yesui. Les médias de Hong Kong, citant des sources internes, ont indiqué que la loi interdirait la séparation, le terrorisme, l’ingérence étrangère et toute autre ingérence extérieure pouvant constituer une menace pour le pouvoir du régime. La mesure pourrait être soumise à un vote officiel jeudi prochain et entrer en vigueur dès le mois d’août, ont rapporté les médias locaux.

Le projet de loi, qui permettrait au régime de contourner la législature de Hong Kong, est pratiquement garanti d’être adopté, étant donné le rôle du NPC comme tampon cérémoniel qui approuve les directives promulguées par le Parti communiste chinois.

Les législateurs et les militants pro-démocratie de Hong Kong ont condamné la dernière initiative de Pékin et ont promis des actions de protestation.

« C’est la fin de Hong Kong », a déclaré le législateur local Dennis Kwok lors d’une conférence de presse jeudi soir. « C’est la fin de ‘Un pays, deux systèmes' », a-t-il déclaré, se référant au cadre dans lequel Pékin a promis de gouverner Hong Kong lors du transfert de souveraineté de la ville de la Grande-Bretagne à la Chine en 1997.

« Ne vous y trompez pas, je prévois que le statut international de Hong Kong en tant que ville, une ville internationale, disparaîtra très bientôt », a poursuivi Dennis Kwok. « Et tout cela a à voir avec le fait que Pékin est revenu en arrière et a manqué à sa promesse envers le peuple de Hong Kong. »

Des manifestants pro-démocratie allument des bougies lors d’une veillée devant le centre commercial Pacific Place dans le quartier de l’Amirauté à Hong Kong, le 15 mai 2020. (Anthony Wallace/AFP via Getty Images)

Hong Kong avait auparavant abandonné les propositions visant à promulguer l’article 23, un projet de loi contre la dissidence, après que les Hongkongais ont protesté contre le fait qu’il permettrait à Pékin d’éroder davantage l’autonomie de la ville et de menacer les libertés civiles de la population.

Proposé pour la première fois en 2003, l’article 23 a été mis en suspens en juillet de la même année, après que des centaines de milliers de personnes ont manifesté. Périodiquement, les législateurs pro-Pékin de la législature de Hong Kong ont suggéré de réintroduire le projet de loi.

La ville est toujours ébranlée par les protestations de masse qui ont eu lieu l’année dernière contre un projet de loi d’extradition désormais abandonné, qui aurait permis au régime chinois de transférer des personnes en provenance de Hong Kong pour qu’elles soient jugées par des tribunaux contrôlés par le Parti communiste chinois.

Au cours des dernières semaines, la police de Hong Kong a arrêté plus de 200 manifestants pro-démocratie, tandis que des bagarres entre les législateurs pro-Pékin et pro-démocratie ont éclaté au sein du corps législatif, dans un contexte où l’on craint de plus en plus que le régime ne renforce son contrôle sur la ville.

Des législateurs pro-démocratie et pro-Pékin se battent lors de l’élection des présidents des commissions de la Chambre des représentants, présidée par le législateur pro-Pékin Chan Kin Por, au Conseil législatif de Hong Kong, le 18 mai 2020. (Anthony Kwan/Getty Images)

L’éminent militant local Joshua Wong a écrit sur Twitter : « Bien que la loi soit très controversée à Hong Kong et que des réactions de rejet généralisées aient éclaté lorsque [le gouvernement de Hong Kong] a introduit la loi en 2003, Pékin choisit délibérément cette fois-ci de faire passer cette loi impopulaire en ignorant complètement la volonté des Hongkongais. »

Il a déclaré que cette décision avait des implications « mortelles » et qu’il la considérait comme une riposte directe au mouvement de protestation de l’année dernière.

« Pékin tente de faire taire les voix critiques des Hongkongais par la force et la peur », a-t-il déclaré.

La police (à droite) participe à une opération de nettoyage lors d’une manifestation pro-démocratie appelant à l’indépendance de la ville dans un centre commercial de Hong Kong le 16 mai 2020. (Isaac Lawrence/AFP via Getty Images)

Johnny Patterson, directeur du groupe de défense des droits de l’homme Hong Kong Watch, basé au Royaume-Uni, a abondé dans le même sens, soulevant les inquiétudes quant au fait que les moindres accusations de sécurité nationale, aussi vagues puissent-elles être, deviendraient suffisantes pour permettre aux autorités chinoises d’empiéter sur les droits de l’homme et de réprimer les dissidents à volonté.

« Les ONG et les organisations caritatives comme Amnesty International et Hong Kong Watch vont-elles devenir illégales ? » a-t-il demandé. « L’opposition politique sera-t-elle accusée de dissidence ? Une interprétation large de cette loi marquerait la fin de Hong Kong telle que nous la connaissons. »

Les législateurs américains ont également été prompts à dénoncer ce plan.

« La Chine a conclu un accord pour permettre à Hong Kong de rester autonome jusqu’en 2047. Maintenant, elle tente de prendre le contrôle de la population de [Hong Kong] », a écrit la sénatrice Marsha Blackburn (Républicaine-Tennessee) sur Twitter.

L’année dernière, le Congrès a adopté à une écrasante majorité la loi sur les droits de l’homme et la démocratie à Hong Kong. Signée fin novembre, cette loi exige que le département d’État certifie chaque année si Hong Kong est « suffisamment autonome » pour justifier les privilèges commerciaux spéciaux des États-Unis qui la distinguent de la Chine continentale. Se référant à la loi, elle a déclaré que « toute érosion de l’autonomie de Hong Kong entraînera une action décisive ».

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a déclaré le 6 mai qu’il retardait la publication de ce rapport pour tenir compte de toute action au sein du NPC.

Le sénateur Josh Hawley (R-Montana), en réponse à l’annonce de Pékin, a déclaré qu’il présenterait une résolution au Sénat plus tard dans la journée pour mettre fin à « cette tentative de répression [et] appeler toutes les nations libres à se tenir aux côtés de Hong Kong ».

« La Chine dit vouloir ‘améliorer’ Hong Kong en privant tous ses citoyens de leurs droits et libertés », a-t-il écrit dans un tweet. « C’est exactement comme ça que la Chine veut ‘améliorer’ le monde. Les États-Unis doivent dire NON. »

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ