Trump, le grand gagnant de la situation avec l’Iran

Par Epoch Times
26 juin 2019 Mis à jour: 13 juillet 2019

Le récent geste inattendu de Donald Trump a marqué un tournant important dans sa présidence.

La confrontation entre les États-Unis et l’Iran, qui s’est lentement développée au cours des dernières semaines, a abouti à l’abattage d’un drone américain au-dessus des eaux internationales.

Selon tous les rapports, les États-Unis étaient à quelques minutes de riposter en visant plusieurs cibles militaires iraniennes, lorsque Trump a pris la décision de ne pas donner son approbation finale à une telle riposte.

Le président américain a déclaré qu’il y avait deux facteurs qui avaient déterminé sa décision. Premièrement, comme personne n’a été tué dans l’attaque contre le drone américain, il a pensé qu’une contre-attaque au cours de laquelle environ 150 Iraniens seraient tués ne serait pas une réponse équilibrée. Trump a également indiqué qu’il croyait que la décision d’abattre le drone n’avait pas été prise par le gouvernement central iranien. Cela a été confirmé dans plusieurs reportages.

Il est intéressant de noter que de nombreux reportages médiatiques soulignent également que Donald Trump a été conseillé par l’armée, le conseiller à la sécurité nationale John Bolton et peut-être d’autres personnes, d’approuver une riposte militaire américaine. Bolton a souvent appelé publiquement à repousser plus fermement l’Iran dans le but de changer son régime ; et tout le monde sait que l’armée n’aime pas que ses avions soient abattus.

Au lieu de cela, le président américain a choisi de renforcer les sanctions contre l’Iran. Ce pays a détruit un bien américain d’une valeur importante, mais n’a tué aucun Américain. Les sanctions finiront par coûter très cher à l’Iran, mais ne feront pas de pertes humaines. Une réponse parfaitement équilibrée et bien musclée.

Donald Trump a profité de cette occasion pour tracer une ligne rouge. Il est clair que cette réponse soigneusement réfléchie par les États-Unis reposait sur le fait qu’aucun Américain n’avait été blessé. Trump a précisé que sa réponse aurait été bien différente si un Américain avait été tué. On voit qu’il le pense vraiment et, il faut l’admettre, qu’il a agi comme un grand président et que les Américains approuveront sa décision.

La tête froide

Lorsque Trump a pris la décision de ne pas frapper l’Iran, il a accompli toute une série de choses importantes. Il a été critiqué sans relâche par la gauche comme étant quelqu’un d’imprévisible quelqu’un qui a toujours besoin de la supervision de conseillers qui gardent la tête plus froide. Cette fois, le président américain a montré que c’est lui qui garde la tête plus froide, que c’est lui qui arrive à trouver calmement une bonne réponse à une situation difficile et à agir de manière appropriée.

De toute façon, la gauche va trouver une raison de critiquer ce qui s’est passé. Mais elle est tout simplement incapable de juger Trump impartialement – l’opinion de gauche n’a donc vraiment aucune importance et n’a guère d’intérêt.

Toutefois, cela aura un effet important sur les Américains. Ils ont été soumis à un lavage de cerveau permanent de la part des médias dominants qui ont insisté sur le fait que le président américain est coupable de collusion avec les Russes et d’obstruction à la justice. Tout cela s’est avéré être faux. En fait, toute l’histoire avec la collusion va probablement mener à l’emprisonnement de hauts fonctionnaires gouvernementaux de gauche. Aujourd’hui, les Américains voient Trump être cool, calme et serein alors qu’on leur disait depuis des années que ce n’est pas possible.

Trump va probablement obtenir une solide hausse d’avis positifs dans les prochains sondages d’opinion publique. Je pense que cette hausse ne retombera pas, surtout avec l’économie américaine qui montre de très bonnes performances. Trump a marqué un tournant important en passant de Trump, l’homme, à Donald Trump, le président des États-Unis. Il faudra un petit miracle pour que les démocrates l’arrêtent lors des élections présidentielles de 2020.

Le vrai problème

Cependant, il se passe des choses plus importantes et il est clair que Trump en est bien au courant. L’Iran n’est qu’un symptôme du problème, pas le problème lui-même. Le vrai problème, c’est la puissance qui se cache derrière l’Iran, c’est la Chine.

Les commentateurs des émissions d’informations se demandent pourquoi l’Iran fait autant d’histoires. La réponse est la Chine. Le régime chinois cherche des moyens de faire pression sur les États-Unis parce que les tarifs douaniers américains sur les importations chinoises fonctionnent et que ce régime est à court d’options.

On commence à se rendre compte qu’une stratégie intelligente de politique étrangère américaine est mise en œuvre dans les coulisses.

L’administration Trump se concentre sur le vrai problème – la Chine – et non sur ses substituts qui émergent en Iran. La réponse modérée à l’Iran, qui inclut une ligne rouge bien tracée qui ne devrait pas être traversée, a retenu l’Iran, au moins pour le moment. Ce pays est déjà sous une forte pression des sanctions qui lui ont été imposées. Lui infliger encore plus de sanctions est un pas très bien réfléchi.

Donald Trump comprend la situation et gagne sur la scène mondiale et, pour ma part, je ne m’en lasse pas encore.

Brad Johnson

Brad Johnson est un agent supérieur des opérations de la CIA à la retraite et l’ancien chef d’une antenne de la CIA. Il est actuellement président de Americans for Intelligence Reform.

Le point de vue exprimé dans cet article est celui de son auteur et ne reflète pas nécessairement celui d’Epoch Times.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ