Trump souhaite que le procès pour destitution ait lieu au Sénat pour qu’il y ait l’équité et espère que Joe Biden témoignera

Par Jack Phillips
23 novembre 2019 Mis à jour: 23 novembre 2019

Dans un geste sans précédent, un porte-parole de la Maison-Blanche a déclaré que le président Donald Trump souhaitait que le procès pour destitution ait lieu au Sénat parce qu’il bénéficierait d’une procédure juste et qu’il espérait que le vice-président Joe Biden en serait témoin.

« Le président Trump veut avoir un procès au Sénat parce que c’est clairement la seule chambre où il peut s’attendre à l’équité et à l’application juste de la loi en vertu de la Constitution », a déclaré le porte-parole de la Maison-Blanche, Hogan Gidley, dans un communiqué publié jeudi soir par l’agence de presse Reuters.

« Nous nous attendrions à entendre enfin des témoins qui ont été témoins de la corruption et qui y ont peut-être participé, comme Adam Schiff, Joe Biden, Hunter Biden et le soi-disant dénonciateur, pour n’en nommer que quelques-uns », a ajouté Hogan Gidley, faisant référence au président de la chambre Adam Schiff (D-Calif.), chef de l’enquête du Comité du renseignement de la Chambre des représentants sur la mise en accusation du président Donald Trump.

L’enquête de destitution menée par les démocrates se concentre sur un appel téléphonique du 25 juillet au cours duquel le président Trump a demandé au président ukrainien Volodymyr Zelensky de « se pencher sur » Joe Biden et Hunter Biden, alors que ce dernier a siégé jusqu’au début de cette année au conseil de la Burisma Holdings, une société ukrainienne de gaz naturel. Le gouvernement ukrainien enquête actuellement sur le fondateur de Burisma, dont on ignore où il se trouve, pour détournement de fonds publics.

Les démocrates ont déclaré que M. Trump avait abusé de son pouvoir en retenant l’aide militaire à Kiev en échange d’enquêtes ou d’une réunion. Le président Trump, le président Zelensky, le ministre ukrainien des Affaires étrangères et d’autres responsables de la Maison-Blanche ont nié les allégations de trafic d’influence et de corruption.

Donald Trump et d’autres républicains ont demandé à maintes reprises au dénonciateur de témoigner aux audiences de la Chambre et d’alléguer que cette personne est effectivement à l’origine de l’enquête de destitution. Les démocrates ont répondu que le témoignage d’autres témoins l’emportait sur la plainte initiale des dénonciateurs concernant l’appel téléphonique du 25 juillet et ont ajouté que les mesures de protection des dénonciateurs devraient être respectées.

Les républicains ont ensuite allégué que le dénonciateur aurait pu être de connivence avec le bureau d’Adam Schiff avant l’ouverture de l’enquête de destitution, ce qu’Adam Schiff a nié. Au cours des auditions de mise en accusation, M. Schiff a déclaré qu’il ne connaissait pas l’identité de la personne anonyme.

Plusieurs sénateurs républicains de haut rang, quant à eux, ont fait savoir qu’ils allaient convoquer les Biden et les dénonciateurs.

Lindsey Graham (R-S.C.), président de la Commission judiciaire du Sénat, a envoyé jeudi une lettre au secrétaire d’État Mike Pompeo pour lui demander des documents concernant Joe Biden et ses communications avec les autorités ukrainiennes.

Le sénateur Lindsey Graham (R-S.C.) tient une conférence de presse au Capitole à Washington le 24 octobre 2019. (Charlotte Cuthbertson/The Epoch Times)

L. Graham tente d’accéder aux appels que Joe Biden aurait pu faire à Petro Poroshenko, un ancien président ukrainien, au sujet du renvoi du principal procureur ukrainien qui enquêtait sur Burisma, et dans le même temps cherche à accéder à toute référence à Burisma.

L. Graham est également à la recherche de tout document relatif à une rencontre entre Devon Archer, partenaire d’affaires de Hunter Biden, et l’ancien secrétaire d’État John Kerry.

Ces documents « aideront à répondre aux questions concernant les allégations selon lesquelles le vice-président Joe Biden aurait joué un rôle dans le licenciement du procureur général [Viktor] Shokin afin de mettre fin à l’enquête sur l’entreprise qui emploie son fils », a-t-il déclaré.

RECOMMANDÉ