Trump suggère de réévaluer la relation avec la Chine, les données du régime chinois sont irréalistes

Par Allen Zhong
19 avril 2020
Mis à jour: 22 mai 2020

Le président Donald Trump a suggéré samedi qu’il réévaluerait les relations des États-Unis avec la Chine après l’apparition du virus du PCC (Parti communiste chinois), communément appelé le nouveau coronavirus.

« Nos relations avec la Chine étaient bonnes jusqu’à ce qu’ils fassent cela. Nous venions de conclure un accord commercial en vertu duquel la Chine devait acheter pour 250 milliards de dollars par an de nos produits, […] 40 à 50 milliards de dollars aux agriculteurs. Et tout d’un coup, vous entendez parler de cela », a-t-il déclaré à la presse lors d’un briefing du Comité de lutte contre le coronavirus de la Maison-Blanche.

« La question a été posée : seriez-vous en colère contre la Chine ? La réponse pourrait bien être un ‘oui’ retentissant.

« Mais cela dépend. Est-ce une erreur qui a échappé à tout contrôle ? Ou a-t-elle été faite délibérément ? Dans les deux cas, ils auraient dû nous laisser entrer.

« Nous avons demandé à entrer très tôt et ils ne nous ont pas laissés entrer », a déclaré M. Trump.

Il n’est pas clair si Trump faisait référence à l’origine du virus du PCC ou au manque de transparence du régime concernant les infections et les décès.

Des théories circulent selon lesquelles le virus pourrait être lié à un laboratoire biologique de Wuhan, l’épicentre de l’épidémie.

Les États-Unis ne sont pas le seul pays à avoir suggéré qu’ils réexamineraient leurs relations avec le régime communiste chinois.

Jeudi, le ministre britannique des affaires étrangères et Premier ministre par intérim, Dominic Raab, a déclaré que les relations entre la Grande-Bretagne et Pékin ne seront plus « comme d’habitude » après la fin de la pandémie de covid-19.

« Il faut absolument faire un plongeon très, très profond après l’événement et revoir les leçons, notamment de l’apparition du virus », a déclaré M. Raab lors d’une conférence de presse à Londres. « Je ne pense pas du tout que nous puissions reculer devant cela. »

Lorsqu’on lui a demandé s’il y aurait un « règlement de comptes » avec Pékin après la fin de la crise, M. Raab, qui remplace le Premier ministre Boris Johnson alors qu’il se remet du virus du PCC, a répondu : « Il ne fait aucun doute que nous ne pouvons pas continuer comme si de rien n’était après cette crise, et nous devrons poser les questions difficiles sur la façon dont elle s’est produite et comment elle aurait pu être arrêtée plus tôt. »

Un médecin de la Maison-Blanche déboulonne les données sur l’épidémie de Chine

Le virus du PCC, qui provoque la maladie covid-19, a été associé à au moins 159 246 décès dans le monde et aurait infecté plus de 2,3 millions de personnes dans la nuit de samedi à dimanche, selon les données officielles du gouvernement rassemblées par l’université Johns Hopkins.

Ces chiffres sont considérés comme inexacts par beaucoup en raison du retard pris dans la collecte des données par les gouvernements ainsi que de la sous-déclaration significative des cas et des décès connus par le régime au pouvoir en Chine continentale.

Les données montrent qu’il y a plus de 732 000 cas confirmés et 38 664 décès aux États-Unis, et plus de 152 578 000 cas confirmés et 19 718 décès en France.

Lors de la conférence de presse du groupe de travail, un médecin de haut niveau a discrédité les données du régime chinois sur l’épidémie du virus du PCC.

Le Dr Deborah Birx, coordinatrice de la réponse à la pandémie à la Maison-Blanche, spécialisée dans l’immunologie, la santé mondiale et la recherche sur les vaccins, a montré une diapositive avec les taux de mortalité pour plusieurs pays.

Selon les données, la Belgique et l’Espagne ont signalé les taux de mortalité les plus élevés, avec respectivement 45,2 et 42,81 personnes mourant pour 100 000 habitants. Le taux de mortalité pour l’Italie, la France, le Royaume-Uni et les Pays-Bas est respectivement de 37,64 ; 27,92 ; 21,97 et 20,14.

Le taux de mortalité des États-Unis et de l’Allemagne – respectivement 11,24 et 5,25 – se situe dans la partie inférieure des rapports.

Toutefois, le taux de mortalité déclaré par la Chine, qui a été signalée par un astérisque, demeure bas de manière suspecte, à 0,33.

« J’ai mis les données de la Chine là pour que vous puissiez voir à quel point cela peut être irréaliste », a déclaré le Dr Birx.

Le président Donald Trump pointe du doigt une infographie lors d’un point de presse avec les membres du groupe de travail de la Maison-Blanche sur le virus du PCC à Washington le 18 avril 2020. (Sarah Silbiger/Getty Images)

Les données incluses pour la Chine comprennent les données récemment publiées par le PCC qui ont été révisées pour Wuhan.

Vendredi, les autorités de Wuhan ont augmenté le nombre de morts de 1 290 à 3 869 cas. Les autorités ont expliqué que les nouvelles victimes du virus comprenaient des personnes décédées chez elles, a rapporté Epoch Times.

Cependant, même avec les révisions, le Dr Birx a dit qu’elle doutait que la Chine puisse avoir un taux de mortalité inférieur à celui du Royaume-Uni, de la France, de la Belgique, de l’Italie et de l’Espagne, étant donné qu’ils ont également des systèmes de prestation de soins de santé très développés, des médecins, des infirmières et des équipements extraordinaires.

M. Trump a ajouté qu’il pense que le nombre de décès en Chine devrait être beaucoup plus élevé et le plus élevé au monde : « La Chine est numéro un par beaucoup. Elle est bien plus avancée que nous en termes de mortalité. »

« Ce n’est même pas proche », a-t-il ajouté.

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la gestion déplorable du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

RECOMMANDÉ