Trump tient un nouveau rassemblement et continue à contester les résultats des élections présidentielles de 2020

Par Nick Ciolino
29 septembre 2021
Mis à jour: 29 septembre 2021

Le 25 septembre, Donald Trump a tenu un rassemblement à Perry, en Géorgie, contestant à nouveau les résultats des élections présidentielles de 2020 et faisant allusion à son éventuelle candidature pour les élections de 2024.

Il a appelé ses partisans à « sauver l’Amérique », ce qui, selon lui, commence par une « large » victoire aux élections de mi-mandat au Congrès des États-Unis en 2022, « qui sera suivie d’une victoire encore plus glorieuse en novembre 2024 ».

Trump a également profité de son discours d’environ une heure et demie pour parler de politique à l’échelle de la Géorgie en exprimant son soutien aux trois candidats aux prochaines élections dans cet État. Il a soutenu le candidat au Sénat des États-Unis et icône du football américain Herschel Walker, le représentant américain Jody Hice, qui se présente au poste de secrétaire d’État de la Géorgie, et le sénateur d’État Burt Jones, qui se présente au poste de lieutenant-gouverneur.

En même temps, il a critiqué le secrétaire d’État sortant Brad Raffensperger, le lieutenant-gouverneur Geoff Duncan et le gouverneur Brian Kemp – tous des républicains qui se sont prononcés contre les allégations de Trump au sujet de la fraude lors des élections présidentielles de 2020, les élections qui ont déclaré vainqueur le candidat démocrate Joe Biden.

L’ex-président a lancé à la foule qu’il aurait plutôt vu la démocrate Stacey Abrams remporter la course au poste de gouverneur de la Géorgie en 2018.

« Stacey, aimeriez-vous prendre sa place ? », a-t-il dit. « Ça me va. »

Donald Trump a également fait référence à la vérification judiciaire récemment publiée des résultats des élections présidentielles de 2020 dans le comté de Maricopa, en Arizona, qui, selon lui, soutient ses affirmations de fraude électorale généralisée.

Selon les résultats définitifs et certifiés de ces élections, Joe Biden a remporté ce comté, qui comprend la ville de Phoenix, par 45 000 voix, ce qui lui a assuré la victoire dans l’État de la Géorgie par 10 500 voix. La vérification, soutenue par les républicains de l’État et effectuée par la société de cybersécurité Cyber Ninjas, comprenait un comptage manuel des voix qui a donné 306 voix de plus à Biden que les résultats officiels.

« Elle a confirmé ce que nous savions tous depuis un certain temps », a déclaré Jen Psaki, porte-parole de la Maison-Blanche, après la publication du rapport de vérification vendredi dernier.

Cependant, ce rapport remet également en question la légalité d’environ 50 000 bulletins de vote. Il révèle que 23 344 bulletins de vote par correspondance indiquaient l’ancienne adresse des électeurs, que 9041 bulletins de vote par correspondance ont été reçus en plus du nombre de bulletins envoyés aux électeurs, et que 5295 électeurs ont potentiellement voté dans plusieurs comtés. Le rapport remet également en question la validité de milliers d’autres votes, affirmant qu’ils ne correspondent pas à l’identité des personnes qui ont voté – qu’il s’agit de bulletins en double ou de bulletins soumis par des électeurs qui avaient déménagé hors du comté de Maricopa.

Trump y voit une preuve de sa victoire dans le comté et, plus largement, dans les élections présidentielles nationales, et demande une enquête plus approfondie.

« Si nous ne nous soucions pas du passé, vous ne gagnerez plus jamais à l’avenir parce que tout est truqué », a-t-il martelé lors du rassemblement.

Les conclusions du rapport ont été contestées par des responsables locaux. Les membres du conseil des superviseurs du comté de Maricopa, dirigé par les républicains, ont tweeté : « Le rapport de vérification préliminaire de Cyber Ninjas confirme que le démarchage dans le comté pour les élections générales de 2020 était correct et que les candidats certifiés comme gagnants ont, en fait, gagné. »

Et encore : « Malheureusement, le rapport est également parsemé d’erreurs et de conclusions erronées sur la façon dont le comté de Maricopa a mené les élections générales de 2020. »

Donald Trump a aussi évoqué la récente mise en examen de l’avocat spécialisé dans la cybersécurité qui avait été impliqué dans la campagne présidentielle de 2016 de Hillary Clinton. L’acte d’accusation indique que Michael Sussmann aurait menti au FBI au sujet de son implication dans la campagne lorsqu’il a fourni à cette agence des données alléguant un mystérieux backchannel informatique entre la Trump Organization et une banque russe. Une enquête du FBI qui a suivi n’a trouvé aucune preuve de l’existence de ce backchannel secret.

« Ils ont fabriqué un canular et nous avons dû vivre avec pendant trois ans », a annoncé Trump.

Il a également critiqué Joe Biden pour sa gestion du retrait militaire américain d’Afghanistan et du récent afflux d’immigrants illégaux à la frontière sud des États-Unis, le qualifiant de « pire situation frontalière de l’histoire du monde ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ